Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 janvier 2018

Les Grands américains de l'Internet et le terrorisme islamique

 

fighting-online-terrorism.jpg

Les Grands américains de l'Internet et le terrorisme islamique

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Les services de contre-espionnage russes et de quelques pays européens avaient eu des preuves apparemment incontestables du fait que la CIA américaine et d'autres services des Etats-Unis ont toujours encouragé le développement au Moyen-Orient de milices se rattachant à l'Etat Islamique et combattant aussi bien le gouvernement de Damas que ses alliés russes et aujourd'hui iraniens.

A cette fin, ils avaient multiplié les aides en dollars et en armement. Il paraît très probable que cette aide se poursuit plus discrètement.

Mais il est une forme d'aide dont on a peu parlé, consistant à apprendre à ces terroristes à manipuler les « réseaux sociaux » de l'Internet pour diffuser des exhortations au djihad et aux attentats, visant non seulement les populations arabophones, mais des groupes terroristes implantés dans tous les pays européens.

Ces messages utilisaient et utilisent encore les grands de l'Internet américain, notamment Facebook, Twitter et You Tube. Cela ne pouvait pas se faire sans que ces organismes détectent de tels échanges. Mais pendant plusieurs années ils n'ont rien fait pour les prévenir, à la demande sans doute du gouvernement américain qui y a vu une forme d'aide très précieuse à leurs « proxies » terroristes.

Lancer une pierre en l'air et elle vous retombera sur la tête.

Le point de vue a cependant récemment changé, quand les services américains ont vu de tels messages pénétrer des milieux musulmans anglophones aux Etats-Unis susceptibles de comporter des candidats aux attentats en Amérique même. Une Commission du Sénat vient de se réunir récemment pour discuter de ce problème.

Mais les représentants des Réseaux sociaux interrogés ont prévenu qu'ils ne pouvaient pratiquement rien faire dorénavant pour contrer un phénomène devenu proliférant. Bien évidemment, ils ne peuvent confier à des contrôleurs humains la charge de contrôler des millions de messages par jour. Ils ont mis au point des algorithmes capables d'identifier et détruire les messages violents dont ces « robots » ont reçu la description. Comme il fallait s'y attendre cependant, les techniciens (souvent précédemment formés aux Etats-Unis) des organisations islamiques émettant ces messages ont vite appris comment échapper à ces algorithmes en changeant en permanence la façon dont ces messages se présentent. Comme il a été dit à la Commission, une sorte de jeu du chat et de la souris s'est installé, où le chat américain est toujours perdant

De plus, les terroristes islamistes ont appris à utiliser dorénavant des plates formes plus discrètes, utilisant des logiciels de cryptage. On connait à cet égard Telegram, Reddit and WhatsApp, très utilisés par les échanges n'ayant rien de criminel. Par ailleurs, comme les services de police le savent depuis longtemps, le fait que tous les messages et textes produits sur l'Internet permettent l'anonymat des auteurs ne fait que compliquer, sinon rendre impossible, l'identification et la poursuite en justice des sources.

Clint Watts, expert anti-terrorisme au Foreign Policy Research Institute, a reconnu que les Grands de l'Internet étaient devenus capables de détruire 95% des messages islamiques. Mais 5% de ceux-ci, en renouvellement constant de format, leur échappera toujours, quelque soit les progrès attendus de l'Intelligence Artificielle utilisée. Cela suffira à recruter dans les pays occidentaux un nombre considérable de candidats terroristes.

islamic-state-internet-access.jpg

Addendum
Nous recevons ce message d'un de nos correspondants, que nous ne nommerons pas ici. Pas de liens avec le terrorisme...encore que 

L'explorateur internet "Opera" introduit une protection contre l'emprunt 
clandestin de notre puissance de calcul :

"New year, new browser. Opera 50 introduces anti-Bitcoin mining tool.
"The only major browser that stops Bitcoin mining on your computer
Everyone is talking about Bitcoins these days. Their sudden rise in value 
resulted in the fact that more and more people set out to mine them by 
running shady scripts on the PCs of unsuspecting users. This situation might 
sound familiar: your CPU is suddenly working at 100 percent capacity, the 
fan is going crazy for seemingly no reason and your battery is quickly 
depleting. These are signs someone might be using your computer to mine for 
cryptocurrency and can continue to do so even after you have left the site. 
It's a problem which affects approximately 500 million people worldwide but 
not for those who choose Opera 50.
"We, as the only major browser with an integrated ad blocker, have a 
built-in solution to keep miners from trespassing onto your machine.
"After we recently updated the rules of our built-in ad blocker mechanism, 
we eliminated cryptocurrency mining scripts that overuse your device's 
computing ability."

L'annonce n'est pas claire : s'agit-il spécifiquement de "bitcoin" ? ou un 
peu plus largement de toutes monnaies cryptées ?
Ou encore, ce qui serait le mieux, d'une protection contre tout emprunt non 
autorisé des ressources de l'ordinateur ?
S'il ne s'agit que un certain type d'"emprunt", quelles conditions font 
qu'on puisse la particulariser ou, qu'elle ne puisse être plus générale ?

=====
Cet exemple me suggère un problème plus large, qu'il serait intéressant de 
traiter de manière systémique. Peut-être ceci a-t-il été entrepris : 
quelqu'un est-il au courant ? :
L'ensemble des ordinateurs connectés à Internet sont en interaction (via 
celui-ci) : ils forment donc un système. Ces relations sont des échanges 
d'information ou d'ordres. Il en est de diverses sortes : courrier 
électronique, consultation de sites, conversations (Skype, réseaux sociaux, 
travail collaboratif, ...), téléchargement de programmes, logiciels, 
pilotes, etc., mises à jour de logiciels déjà installés, implantation de 
cookies, circulations de virus et malwares divers, captation de carnets 
d'adresses, physhing, espionnage, etc.  ... et emprunt de ressources comme 
l'exemple ci-dessus.

Certaines interactions se font au su et avec l'accord à la fois de 
l'émetteur que du destinataire ; pour d'autres, les situations de 
connaissance et de consentement sont diverses et plus ou moins claires. 
L'initiative est tantôt chez l'émetteur du message ou de la requête, tantôt 
chez le receveur de l'information ou du logiciel. Aussi, des transactions 
licites et consenties sont parfois l'occasion d'offres incidentes 
(suggestions commerciales, documentaires, ou autres) et parfois le véhicule 
de communications ou installations occultes.

Divers enchaînements ou rétroactions sont donc possibles : soit que le 
destinataire accepte ou bloque de nouvelles possibilités de communication, 
soit qu'elles s'établissent automatiquement. C'est en particulier le cas 
pour les mises à jour automatiques et pour l'espionnage. D'où une dynamique 
fort complexe.

Comment étudier ce fonctionnement, ses implications techniques, économiques, 
politiques , culturelles et civilisationnelles ?

 

 

La Suède sombre dans la criminalité: le gouvernement n’exclut plus l’engagement de l’armée contre les bandes criminelles

 

soldat-oruzhie-swedish-army-7141.jpg

La Suède sombre dans la criminalité: le gouvernement n’exclut plus l’engagement de l’armée contre les bandes criminelles

Ex : http://www.zuerst.de

Stockholm. En bien des domaines, la Suède doit désormais faire un pas en avant. Le gouvernement de Stockholm fait face à une criminalité débordante alors que débutent déjà les premières manœuvres d’une campagne électorale qui devra aboutir à l’élection d’un nouveau parlement en septembre. Cette date butoir l’oblige à adopter une politique de fermeté bien profilée.  Le premier ministre Stefan Löfven n’exclut plus de faire donner l’armée sur le territoire national. Il a déclaré : « L’engagement de l’armée ne constitue certes pas mon premier choix mais je veux faire tout ce qui est nécessaire pour tordre le cou à la criminalité débordante et organisée qui frappe aujourd’hui notre pays ».

Ces dernières années la Suède a été à la une de la presse internationale parce qu’elle présentait des chiffres affolants, ceux d’une criminalité en expansion constante. Mais, le « politiquement correct » oblige, le lien entre l’immigration massive et cette criminalité ne peut être dit : cela doit rester un secret qui est cependant connu de tous… Le gouvernement a dû débloquer plus de fonds pour la police et annoncer une loi plus restrictive sur la possession et le port d’armes. Dorénavant, qui plus est, les enquêteurs pourront écouter les conversations téléphoniques et surveiller les échanges de courriers électroniques.

Entretemps, on constate, sur le territoire suédois, que de premières attaques à la grenade ont eu lieu. Dans le sud du pays, à Malmö, les viols collectifs, commis par des bandes de migrants, se sont multipliés dangereusement au cours de ces dernières semaines.

Or le service militaire obligatoire a été réintroduit en Suède : le gouvernement peut donc compter, depuis le début de cette année, sur des effectifs plus nombreux dans les rangs de l’armée. Suite aux déclarations du premier ministre, on peut estimer que dans un avenir très proche, ces effectifs recevront réellement l’ordre d’aller combattre sur ce qu’il faut bien appeler « le front de la nouvelle guerre civile ».

Source

Parler de laïcité, c’est parler d’islam

Par François d'Orcival

Notre opinion. Il n’y a qu’un discours possible, celui du respect des lois de la République. Laïcité, migrants, islam, on en revient toujours là.

Prix spécial du jury de la laïcité décerné par le Grand Orient de France, Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes (et « non-maçonne », comme le GODF le rappelle), publie un pamphlet intitulé Laïcité, point ! (L’Aube). Quatre-vingt-seize pages pour affirmer : « La laïcité est un combat politique. » Quelle découverte ! Mais elle a fait savoir au Figaro qu’elle allait en distribuer gracieusement un exemplaire « à tous les députés » — attention : « à l’exception des élus Les Républicains et Front national » ! Sectarisme ? Sans doute. Mais aussi hommage — involontaire — qu’elle rend à ces députés en considérant d’emblée qu’ils sont assez solides dans leurs convictions pour que sa littérature ne les concerne pas.

À qui s’adresse-t-elle donc ? Aux incertains, aux flageolants, peu assurés de leur « laïcité » ? « Nous combattons les dogmes de tous genres », dit aussi la jeune femme qui incarne si bien tous les tabous du “politiquement correct”. On ne savait pas que la République interdisait à ses citoyens de croire en certains dogmes… Vise-t-elle les racines chrétiennes de ce pays ? La déchristianisation y est déjà bien avancée. Et pas depuis hier. Les amis de Claude Imbert, le fondateur du Point disparu en 2016, viennent de rééditer (chez Plon, sous le titre Chroniques), ses éditoriaux (de 1972 à 2012). Dans l’un de ceux-ci, daté du 13 juillet 2001, il imaginait un Persan écrivant à son ami Uzbek, à la manière de Montesquieu : « Ce qui m’étonne le plus chez ces Français, ce ne sont pas leurs cent mille machines fulminantes, roulantes, volantes et communicantes, c’est que personne n’y craint Dieu. De ce pays qui en fut si entêté, la religion s’enfuit à tire-d’aile. »

Imbert ne citait pas gratuitement les Lettres persanes. Le fait est qu’au XXIe siècle, tout discours sur la laïcité ne peut plus être qu’un discours sur l’islam. Est-ce bien ce que Mme Schiappa sous-entend, et derrière elle le gouvernement ? Une journaliste marocaine semblait l’avoir compris de cette façon quand elle interpellait le président de la République, lors de sa réception de la presse, le 3 janvier, en lui demandant, en substance, quand prendraient fin ces discours sur la laïcité et ces rappels à l’ordre à l’islam. Sur le moment, Emmanuel Macron esquiva la question en observant que nous avions séparé les cultes et l’État il y a plus d’un siècle, quand l’islam n’était pas encore présent sur notre sol. Mais le lendemain, il y répondit réellement, en déclarant devant les représentants des cultes : « Je sais, comme vous, que certains tentent d’instaurer avec les pouvoirs publics une forme de rapport de force autour de la mise en oeuvre de telle ou telle croyance, oubliant le fil de notre histoire et voulant la faire bégayer. »

L’allusion à l’islamisme radical des mosquées salafi stes et des prières de rue était claire. Pour le chef de l’État, « l’acquis précieux » de notre civilisation c’est la « distinction fondamentale des ordres » — c’est-à-dire Dieu et César. Il n’est pas indifférent que dans le même discours aux représentants des cultes, Macron ait abordé la prochaine loi sur l’immigration, qui inquiète tant la gauche médiatique et associative. « Tension éthique », dit-il drôlement pour traduire cette opposition. Mais il sait qu’il est fortement soutenu sur ce point par l’opinion, parce que les Français redoutent ce que Mgr Aupetit, nouvel archevêque de Paris, appelle « l’insécurité culturelle ».

La réalité de la société française d’aujourd’hui est qu’elle ne peut plus, qu’elle ne veut plus accueillir que ceux qui sont susceptibles de s’intégrer à son modèle. La République respecte tous les dogmes. Sauf celui qui ordonnerait de ne pas respecter la République.

Source

L’OLRA, nouvelle association de lutte contre le racisme anti-blanc

olra
22/01/2018 – 08h00 Paris (Breizh-Info.com) –  Depuis la fin de l’année 2017, les blancs d’Europe ont désormais la possibilité d’être aidé par une association de lutte contre le racisme anti-blanc. L’OLRA, Organisation de lutte contre le racisme anti-blanc « a pour objectif premier de faire reconnaître, en lui donnant une tribune et une visibilité, cette forme de discrimination particulièrement insidieuse qu’est le racisme anti-blanc.»

L’association avait lancé une vidéo, le 17 janvier, sur Youtube, vidéo de présentation censurée immédiatement par le réseau social (la vidéo est désormais disponible ici) car jugée « non conforme aux standards de la chaine ». Hallucinant, quand on connait par ailleurs le type de vidéos qui sévissent sur Youtube.

L’association – présidée par Laurent de Bechade – a déjà créé un site web, une page Facebook, un compte Twitter et a même ouvert les adhésions à partir de 20 euros.

Sur le site Internet de l’association, une page actualité qui recense tout ce qui a  trait au racisme anti-blanc.

« Nous considérons que ne pas nommer les choses ne fait qu’aggraver le problème, nuit à l’ensemble de la société et détériore les relations sociales. Le racisme anti-blanc est bel et bien réel, et l’absence de ce sujet dans la sphère médiatique entretient l’inaction dans le champ politique. Le déni dont ce problème fait l’objet empêche de travailler à sa résolution, alors même qu’il existe de nombreuses solutions susceptibles d’endiguer le phénomène. En outre, lorsque le sujet est abordé dans les médias et par les différents acteurs politiques, la peur de « faire le jeu de l’extrême droite » paralyse les débats. Il s’agit pourtant d’un problème d’envergure nationale, qui transcende tous les partis.» expliquent les membres de l’association.

C’est le travail mené par les Identitaires, et notamment les Jeunesses Identitaires, au début des années 2000 qui a permis d’imposer le concept de racisme anti-blanc (suite notamment aux agressions dont étaient victimes des Français de souche, dans des cités, ou à l’occasion des émeutes en banlieue parisienne). Gérald Pichon, auteur de « Sale Blanc, chronique d’une haine qui n’existe pas » a ensuite parfaitement conceptualisé et argumenté sur ce concept.

Par la suite, l’émergence des réseaux sociaux, mais aussi le gros travail effectué à l’époque par des médias comme Fdesouche, Novopress, et dans la foulée un semblant de « libération de la parole » chez quelques politiques et intellectuels, a obligé porter le sujet sur le devant de la scène, les faits et les images ne pouvant plus être niés, au grand dam des belles âmes de gauche qui voulaient à tout prix réserver le racisme aux populations extra européennes.

L’OLRA – qui se déclare laïc et apolitique  – sait toutefois qu’elle a beaucoup de pain sur la planche, pour faire reconnaître ce racisme, qui touche pourtant de plus en plus de Français de souche, agressés ou humiliés pour ce qu’ils sont, dans leur propre pays.

Source

Prison : le casse-tête des détenus radicalisés

1 700 détenus radicalisés sont actuellement dans les prisons françaises, 500 écroués pour faits de terrorisme, 1 200 privés de liberté pour droit commun mais suivies pour radicalisation

Source et Video

Une centaine de racailles sur le terrain pour lyncher le joueur… C’est beau la France black-beur

 

Source et Video

Bible déchirée : El Toro sera-t-il poursuivi comme celui qui avait brûlé le Coran ?

Bible déchirée : El Toro sera-t-il poursuivi comme celui qui avait brûlé le Coran ?

En voilà une affaire intéressante ! Le zygomar ne se sent plus, sous prétexte qu’il aurait gagné quelques malheureux tournois en tapant avec ses poings. Et il se voit dans la peau du redresseur de torts, du vengeur de toute l’Afrique. Mazette !

Pourquoi pas, il en est d’autres, comme Thuram, qui se piquent de faire connaître Delacroix parce qu’ils ont tapé dans un ballon avec leurs pieds.

Ce jeudi 18 janvier, l’ancien élève de Jo Kimpuani à Gravelines a posté une vidéo sur son compte Facebook. On voit l’un des tout meilleurs mondiaux de la catégorie des poids lourds-légers dans une rue de Calais, où il s’entraîne désormais, brandir la Bible et le Nouveau Testament (autre livre de référence pour les chrétiens). « Cette vidéo, c’est pour tous les chrétiens, tous les Africains », déclare El Toro avant de déchirer les deux ouvrages et de les jeter dans une poubelle.

http://www.lepharedunkerquois.fr/dunkerquois/gravelines-l...

hbn

Ma foi, que des gens aient envie de déchirer la Bible, le Coran ou l’Odyssée, de pisser dessus et les brûler, cela ne me fait ni chaud ni froid. Chacun a le droit de faire ce qu’il veut de ses livres, payés de ses deniers.

Le blasphème n’existe plus en droit français depuis plus de deux cents ans, malgré les efforts du CCIF, de la LDH et de la Licra pour le rétablir. Que les croyants d’une religion soient gênés, choqués, peut-être, mais c’est leur problème ; ils ne peuvent pas, en principe, blasphémer contre leur propre religion mais il n’y a pas de blasphème pour le non croyant et ils ne peuvent exiger d’autrui qu’ils respectent leurs propres obligations ou limites.

Bien sûr, il s’agit de bien autre chose que de délit de blasphème ici, il ne s’agit pas pour le musclé de service de dire sa haine de la religion catholique, de la religion juive, toutes deux visées et par la Bible et par le Nouveau testament mais de dire sa haine de l’Occident, représenté par ces deux livres.

Le pauvre mec, qui vit à Calais, qui parcourt le monde, gagne pas mal d’argent… veut sauver l’Afrique. Grand bien lui fasse, mais que fait-il donc à Calais, entre une caméra et une poubelle ? Que n’est-il en Afrique à travailler à sortir « son pays » ( la folie des grandeurs ? ) de la mouise et de la corruption ?

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/15/pourquoi-pers...

On a assez dit la richesse du sol et du sous-sol africain et ses ressources quand c’était des Occidentaux qui l’exploitaient, pour le plus grand bien-être de ses autochtones…

Mais le problème qui nous occupe est ailleurs aujourd’hui :

S’agit-il d’inciter à la haine contre les chrétiens, contre les non Africains, selon le vocabulaire consacré à la 17ème Chambre ? S’agit-il d’appeler à la « révolte » des « Africains » vivant en France contre les chrétiens, contre les Français ? Cette video est-elle une menace ? 

On peut le penser… Et dans ce cas, la justice devrait agir, sévir…

Y aura-t-il, de façon claire, une justice à deux vitesses ?

La justice qui a poursuivi Calimero, qui,  en 2010, avait brûlé deux pages du coran transformées en avion imitant ceux qui se sont jetés contre les twin towers le 11 septembre 2001 et les avait éteintes en urinant dessus poursuivra-t-elle El Toro ?   

Un procureur avait osé demander  3 mois de prison avec sursis et 1000 euros d’amende  pour Calimero. Ce dernier avait été acquitté en première instance… Le parquet avait fait appel ! Les parties civiles, les vautours étaient La grande mosquée de Strasbourg, SOS racisme et la Licra.

http://resistancerepublicaine.eu/2011/04/11/un-juge-stras...

Caliméro avait été relaxé en appel, avec ces attendus des magistrats :

« Si la mise en scène décrite ci-dessus, que le prévenu reconnaît avoir réalisée dans le cadre d’une des émissions qu’il animait sur Internet, revêt un caractère volontairement outrancier et délibérément provocateur, notamment le fait de brûler des pages du Coran et d’uriner sur celui-ci, il n’en demeure pas moins que les éléments de la procédure ne permettent pas de démontrer avec certitude que l’intention (…) était de susciter un sentiment d’hostilité ou de rejet de nature à provoquer la discrimination, la haine ou la violence à l’égard des musulmans »

Je ne suis pas sûre qu’en 2018 Calimero aurait été relaxé…

La logique est que El Toro soit poursuivi et condamné, l’incitation à la haine et au rejet, si ce n’est l’assassinat des chrétiens est clair en ces périodes de terrorisme musulman… C’est quand même autre chose que de dire « islam assassin » après l’assassinat de deux policiers à Magnanville par un musulman, non ? Et ils ont osé me condamner.

Nous attendons donc avec curiosité de savoir si un procureur va poursuivre El Toro, et si les ligues de vertu habituelles vont se constituer parties civiles. Je vais naturellement, signaler cette video au procureur de la République au nom de Résistance républicaine, et je ne doute pas que Bernard Anthony en fera autant pour l’AGRIF.

Pour les défenseurs habituels du racisme qui nous traînent au tribunal, gageons qu’ils vont détourner le regard… Il est urgent de ne rien voir. Il est vrai aussi que Soros ne paye pas la LDH pour défendre des Blancs et des chrétiens. Mais peut-être que si nos lecteurs les titillent, ils vont se sentir obligés de bouger ? Voici les adresses nationales mais une petite couche sur les antennes locales, cela ne sera pas inutile :

LDH    https://www.ldh-france.org/contact/

SOS RACISME  https://sos-racisme.org/racisme-au-quotidien-ce-quil-faut...

LICRA   http://www.licra.org/signalement

Source

Prof agressé à Miramas : connards de profs qui demandent « des moyens en plus »

A se taper la tête contre les murs.

Un professeur agressé par un lycéen.

http://www.laprovence.com/article/edition-salon/4797398/a...

Résultat des courses ? Les profs font jouer leur droit de retrait pendant une demi-heure et envoient une délégation au recteur, demandant…des sous.

Hier, la communauté éducative était sous le choc. Pour manifester son soutien au professeur, elle a décidé, lors d’une assemblée générale, d’exercer son droit de retrait et d’envoyer une délégation au rectorat afin de réclamer davantage de moyens. « La sortie du dispositif Zone d’éducation prioritaire retirerait des moyens humains et horaires au lycée. Son inscription en Rep Plus lui donnerait la possibilité de prévenir et de lutter contre de telles exactions, expliquaient les enseignants, hier, dans un communiqué.

On devine qu’il était question d’enlever le label « ZEP » ( Zone d’Education Prioritaire ) au lycée et que les enseignants sautent sur l’occasion pour garder leurs avantages. Et ils demandent, du coup, la lune :  devenir un REP PLUS.

POur les non initiés :

ZEP : Les zones d’éducation prioritaires (couramment abrégées sous le sigle ZEP) sont, dans le système éducatif français, des zones créées en 1981 dans lesquelles sont situés des établissements scolaires (écoles ou collèges) dotés de moyens supplémentaires et d’une plus grande autonomie pour faire face à des difficultés d’ordre scolaire et social, rompant ainsi avec l’égalitarisme traditionnel du système éducatif français (« donner plus à ceux qui en ont le plus besoin »). ( Wikipedia ).

Ces ZEP ont été attaquées par Peillon puis par Belkacem, il y en a trop, elles coûtent cher ( personne ne parle de leur inefficacité – Selon une étude de l’Insee portant sur la période 1982-1992, « la mise en place des zones d’éducations prioritaires n’a eu aucun effet significatif sur la réussite des élèves »7. Selon cette étude, les moyens supplémentaires bénéficient aux enseignants et non directement aux élèves. Conséquence de la persistance des problèmes, le nombre d’élèves dans les établissements de ZEP baisse, beaucoup de parents évitant ces collèges en contournant la carte scolaire quand ils le peuvent.- mais apparemment ce n’est plus le problème. Le problème c’est la discipline, c’est que les profs puissent débiter leur cours devant une classe qui joue aux cartes sans recevoir un pain dans la tronche ). Mais ça grogne à gauche… alors on est dans un dispositif transitoire qui doit se terminer en 2019… d’où la réaction des profs ci-dessus.

A la place des ZEP on doit trouver des REP ( Réseau d’Education Prioritaire ), des REP plus ( Réseau d’Education Prioritaire renforcé).

Des dédoublements en CP et CE1, des primes aux profs pour qu’ils restent dans l’établissement que tout le monde fuit.

http://www.education.gouv.fr/cid187/l-education-prioritai...

On relira utilement notre article consacré aux échecs de l’Education prioritaire : 

http://resistancerepublicaine.eu/2016/12/01/et-une-claque...

Alors, si le lycée obtient le classement REP+,  qu’est-ce qui va changer à Miramas ? 

C’est un lycée. Pas de dédoublements en CP…

Une prime pour les professeurs désireux de rester en place ? Le professeur agressé l’a-t-il été parce que débutant, sans savoir-faire, sans expérience ?

Les témoignages, même ceux des élèves laissent penser qu’il était plutôt apprécié des élèves.

Alors ?

Alors ces connards, au lieu de dénoncer ce qu’est devenue l’Education nationale, une machine à décerveler, faire haïr notre histoire et nos racines, pleurnichent et veulent leurs 3000 euros par an. Ce qui ne changera rien à l’agressivité des élèves… Au fait, celui qui a agressé, une Chance pour la France ?

Alors ces connards, au lieu de dénoncer les réformes successives qui ont mis l’élève et non plus le savoir au centre du système éducatif, au lieu de se révolter au lieu de se mobiliser pour les clandestins et l’immigration musulmane, feraient bien de faire de la vraie politique.

http://resistancerepublicaine.eu/2015/05/19/combien-de-gr...

http://resistancerepublicaine.eu/2015/04/30/pendant-que-l...

Combien d’entre eux ont voté Marine ?

Combien d’entre eux sont syndiqués au SNES, au SGEN, à Sud Education qui surfent sur l’accueil de l’autre et l’abandon des nôtres ?

http://resistancerepublicaine.eu/2012/09/27/toi-qui-entre...

Source et Video

Ne rêvez pas de la Corse, ils nous préparent un cocktail immigrationniste à la mode Tsipras/Polemos

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/20/corse-simeoni...

Excellent article, mon Cher Dan, mais permet moi de brosser un peu plus prosaïquement, le tableau de la situation locale :

L’ île de beauté est à l’image du continent : majoritairement de droite et nationaliste (et même plutôt nationaliste français, comme le confirme les scores du FN à chaque présidentielle) mais dans l’incapacité de se liguer pour faire battre le turlupin socialo-communiste et/ou les turlupins autonomo-indépendantistes…

C’est ce que nous avons vu en 2010 avec l’élection de D.Bucchini –PCF– (!!!…) à la présidence de l’Assemblée de Corse et on l’a revu fin 2017, avec l’abstention record qui découlait de l’absence de coalition des partis de droite en faveur d’un candidat commun crédible et, un peu aussi…à cause du mauvais temps !…
Hé oui, ça compte aussi … De plus en plus, ce seront les vrais militants qui feront les élections et non ceux qui restent couchés ! Il faut sans cesse le rappeler !

Contrairement à l’impression que pourrait laisser ce dernier résultat, il ne s’agit pas là d’un mouvement de réaction identitaire à l’encontre de l’Etat français et qui viserait à sanctionner son laxisme à l’égard de l’immigration-invasion et à l’islamisation rampante.. Non, non, hélas non !

Tout au contraire ! Les turlupins en question ont été les seuls à vilipender les populistes ajacciens qui étaient descendus, spontanément, dans la rue, pour manifester leur colère dans la Cité des Jardins de l’Empereur, suite à l’agression de pompiers par des CPF …

Un article (d’inspiration autonomo-indépendantiste) paru dans Corse-Matin le lendemain traitait même ces manifestants de fachos et de sales racistes !

Il faut rappeler cet état de choses, car il me semble que bien des continentaux ont vu plutôt avec sympathie cette évolution dans les urnes qu’ils ont associée au mouvement populiste précité…

Je regrette que la droite corse n’ait pas cru bon d’attirer l’attention des électeurs sur ce point de détail…

De mon point de vue (et c’est le meilleur !..) ils nous préparent un cocktail Tsipras/Puigdemont/Polemos à la mode corse et comme les RSA, Allocs etc…sont payés à 100% par l’Etat français, je crains fort un développement de la politique électorale clientéliste et immigrationniste, sachant que nous sommes dans une région de France où la population d’origine maghrébine est la plus dense…à l’exception peut-être du 93 ?…
D’ailleurs, bien qu’un soi-disant cordon sanitaire entoure la Corse pour la mettre à l’abri de la submersion migratoire, à ma connaissance, aucun contrôle d’identité n’est effectué à l’arrivée des ferrys Livourne/Bastia…
Sans parler des traversées discrètes Sardaigne/Bonifaccio/Porto Vecchio par des maffieux..
De bonnes raisons de faire connaître RR et RL en Corse.

Source

Les islamistes s’arrêtent maintenant sur les autoroutes pour prier

On connaissait Mohamed dans le RER, Mohamed dans les rues de Clichy, Mohamed à la plage en Corse (avec sa femme en burkini qui demande à « être libre »). Voici la toute dernière création de nos ingénieurs en turban.

http://www.fdesouche.com/941351-tranche-de-vie-italie-mus...

Nous nous trouvons ici près de Varèse, en Lombardie (Italie), et pas (encore) dans une contrée où les barbus sont majoritaires. On remarquera une fois encore qu’ils passent outre cette disposition pour agir à leur guise.

Je ne connais guère ce monsieur, mais je parierais volontiers qu’il impose à ses propres enfants d’attendre une aire d’autoroute pour faire leurs besoins. Il y a des priorités dans la vie, et puis, les enfants sont responsables, eux, au moins.

Le phénomène du « pray on highway » n’est guère nouveau. La preuve avec la vidéo qui suit. La personne que l’on voit s’approcher du prieur est un policier. On imagine au premier abord qu’il vient rappeler ce bigot à la raison. Il n’en est rien.

 

Source et Video

dimanche, 21 janvier 2018

Légitime satisfaction pour l’AGRIF : la Cour d’appel de Lyon condamne « Nique la France »

C’est une heureuse décision rendant justice à l’AGRIF que vient de rendre ce vendredi 12 janvier 2018 la Cour d’appel de Lyon. Elle a en effet condamné les injures racistes anti-françaises perpétrées dans une production rapeuse sous le même titre que le livre « Nique la France », ayant pour auteur le dénommé Saïd Zouggagh, plainte dont elle avait été déboutée par la Cour d’appel de Paris.

 

Mais la Cour de cassation, ayant cassé cet appel d’une manière très sévère sur le fond, avait ordonné que le procès soit déporté devant la Cour d’appel de Lyon. Cette dernière a jugé que les propos poursuivis étaient de nature à mériter une condamnation, certes à la peine symbolique d’un euro de dommages et intérêts, mais condamnation explicite et significative assortie de l’injonction de verser 3000 € à l’AGRIF pour ses frais de procédure et d’avocat.

 

Cette satisfaction judiciaire marque le combat mené par l’AGRIF face à l’entreprise de haine contre la France, les Français et les blancs, inspiré par madame Houria Bouteldja, porte-parole du PIR ( Parti des Indigènes de la République). Ce parti, fer de lance de toute une mouvance tenant des discours de guerre civile, a tenté à ses débuts de s’avancer sous le couvert de l’idéologie de l’antiracisme.

 

Mais nous en avons démonté la dialectique de camouflage, mettant en évidence le fait que, selon notre expression, l’antiracisme est en fait « un racisme en sens contraire ». 

 

L’AGRIF défend, quelle que soit soient leur race, ou leur religion, tous les Français injuriés ou agressés pour le seul fait d’être français. Elle défend notamment les chrétiens, quelle que soit leur origine, discriminés ou persécutés pour le seul fait d’être chrétien.

 

L’arrêt de la Cour d’appel de Lyon manifeste combien est nécessaire le combat de l’AGRIF contre le racisme de l’islamo-gauchisme.

Source

Terres de mission n°61 : Peut-on encore critiquer l’Islam ?

Terre de missions reçoit François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service Politique. Il fait un point sur l’un des combats actuels majeurs de la Fondation : le combat contre la pornographie. Une démarche qui l’a amené à porter plainte contre le ministère de l’Education nationale pour incitation à la débauche.
En deuxième partie, l’abbé Paul Aulagnier parle de son dernier livre : « A la fin, mon coeur immaculé triomphera ». Ce livre consiste en une lecture ligne à ligne, et même souvent mot à mot, des principales hymnes mariales du bréviaire romain traditionnel. Avec une attention toute particulière à la poésie de ces oeuvres magnifiques, de même qu’à leur admirable densité doctrinale.
Enfin dernière partie, l’abbé Guy Pagès, dont la page Facebook vient, une nouvelle fois, d’être suspendue, discute de la curieuse situation actuelle où, en Occident même, les pouvoirs publics et les grandes sociétés appliquent, d’une certaine façon, la charia, puisqu’ils condamnent toute critique de l’Islam comme une sorte de racisme – condamnant ainsi certains musulmans à demeurer enfermés dans leurs erreurs.

Source et Video

À Fleury-Mérogis, les surveillants de la prison évacués ce matin par les forces de l’ordre

Des incidents ont éclaté vendredi matin entre forces de l’ordre et surveillants pénitentiaires devant la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), au quatrième jour de la mobilisation nationale des gardiens pour de meilleures conditions de sécurité. Alors que les gardiens bloquaient l’accès à la plus grande prison d’Europe, les gendarmes mobiles ont forcé le passage peu après 7h et tiré des gaz lacrymogènes pour évacuer les 150 manifestants. La veille, 123 détenus avaient refusé de regagner leurs cellules après la promenade de la mi-journée :

Source et Video

Violences dans les prisons : deux surveillants agressés en Corse

Deux surveillants ont été agressés à l’arme blanche ce vendredi 19 janvier à la maison d’arrêt de Borgo (Haute-Corse). L’agresseur présumé purgeait une peine de dix ans de prison pour un homicide involontaire. Il faisait l’objet d’une surveillance étroite. En effet, des soupçons de radicalisation pesaient sur ses épaules et le parquet de Bastia avait ouvert une enquête préliminaire il y a quelques mois.

Source

Calais : le boxeur qui déchire la Bible en public…

J’avoue qu’avant qu’on me signale son acte détestable, j’ignorais tout du boxeur Youri Kayembre Kalenga, un franco-congolais de 29 ans. J’ai toujours pensé que prendre des coups sur la tête à la boxe finissait par altérer les capacités du cerveau. La preuve est faite. On lui souhaite autant de courage pour déchirer un coran en public car l’islam m’apparaît un tantinet plus meurtrier et néfaste que le christianisme en Afrique…

Ce jeudi 18 janvier, l’ancien élève de Jo Kimpuani à Gravelines a posté une vidéo sur son compte Facebook. On voit l’un des tout meilleurs mondiaux de la catégorie des poids lourds-légers dans une rue de Calais, où il s’entraîne désormais, brandir la Bible et le Nouveau Testament (autre livre de référence pour les chrétiens). « Cette vidéo, c’est pour tous les chrétiens, tous les Africains », déclare El Toro avant de déchirer les deux ouvrages et de les jeter dans une poubelle. « Cette Bible-là, je la déchire et je l’assume », précise Youri Kalenga en accomplissant son acte.

Source : Le Phare Dunkerquois, 18 janvier (merci M. J. V. pour ce signalement)

Source

Prisons: 2 surveillants de la prison de Borgo grièvement blessés par un détenu radicalisé

L’agence Reuter, qui cite une source syndicale, annonce que 2 gardiens de la prison de Borgo, en Corse, ont été grièvement blessés ce matin par un détenu islamiste radicalisé.

L’homme était à l’isolement et c’est à l’ouverture de sa cellule qu’il s’est jeté sur les 2 surveillants. « L’un des deux gardiens a été blessé au thorax à coups de couteau, l’autre frappé à la tête. Ce sont des blessures très graves », précise l’Ufap-Unsa Justice. France Bleu Corse confirme cette double agression.

Source

La loi permet d’ores et déjà de s’opposer au retour des djihadistes en France

Si l’on veut éviter le retour en France des djihadistes, fût-ce pour y être jugés, il faut trouver un moyen de contourner la présomption d’innocence pour les cas de terrorisme flagrant, en s’appuyant sur la notion de flagrance qui a toujours joué un rôle en droit pénal (http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/18/droit-chacun-...) afin de considérer que les djihadistes ont perdu de plein droit, c’est-à-dire sans qu’une décision soit nécessaire, la nationalité française.

Si tel est le cas, la France ne leur doit plus protection, les règles très larges de compétence judiciaire pour juger en France un Français ne trouvent plus à s’appliquer.
Il y a une exclusion de la communauté nationale. Voilà une réforme constitutionnelle qui s’impose.

Je ne vois pas ce qui peut y faire obstacle, car la caducité de plein droit est une notion juridique qui trouve de multiples applications. Elle permet de réaliser un changement juridique en dehors de toute intervention d’un juge pour faire perdre un droit à une personne.
https://www.dictionnaire-juridique.com/definition/caducit...

Il faudrait donc décider que la participation flagrante à une entreprise terroriste rend de plein droit caduque l’acquisition de la nationalité française (quel qu’en soit le moyen) par l’intéressé. Pas de discrimination entre le converti et le né musulman, le droit du sol et le droit du sang, puisque tous les modes d’acquisition de la nationalité sont concernés.

Ainsi, le djihadiste parti en Syrie ne peut alors prétendre revenir en France.
Les plaintes et l’indignation doivent laisser place à des solutions juridiques dans le respect de l’Etat de droit, autant que c’est possible ; en l’occurrence, ce dernier pourrait recevoir des aménagements pour faire rétroagir une telle réforme, ce qui est possible en cas d’impérieux besoin d’intérêt général, ce qui est bien le cas face à la menace de la nation et la haute trahison de ses intérêts.
http://www.lettredesreseaux.com/P-1495-451-A1-de-la-non-r...

En résumé, on peut d’ores et déjà s’opposer au retour des djihadistes de Syrie. La démonstration :

Les plaintes et l’indignation doivent laisser place à des solutions juridiques dans le respect de l’Etat de droit, autant que c’est possible ; en l’occurrence, ce dernier pourrait recevoir des aménagements pour faire rétroagir une telle réforme, ce qui est possible en cas d’impérieux besoin d’intérêt général, ce qui est bien le cas face à la menace de la nation et la haute trahison de ses intérêts.
http://www.lettredesreseaux.com/P-1495-451-A1-de-la-non-r...

On pourrait d’ores et déjà s’opposer au retour des membres de l’Etat islamique si l’on considère qu’il s’agit juridiquement d’un Etat, qui a eu une population, un gouvernement, un territoire, fût-ce temporairement. Le Code civil prévoit déjà en effet la perte de la nationalité française :
http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/04/le-code-civil-permet-la-perte-de-nationalite-du-depute-obono-et-de-tous-les-francais-traitres-a-la-patrie/

En revanche, il faudrait se libérer des textes empêchant de faire des apatrides, une interdiction résultant des traités internationaux. A moins de violer le droit international délibérément, au nom de l’urgence. Nul ne peut opérer de saisie des biens de l’Etat français. Celui-ci reste maître de ne pas obéir à ses engagements internationaux qui n’ont qu’une portée symbolique.
(1) ce peut même être une loi ordinaire qui opèrerait cette modification, car je ne vois pas d’atteinte à un principe constitutionnel actuel dans une telle réforme. La nationalité demeure en effet régie par la loi civile ordinaire, au sein du Code civil. L’avantage est qu’elle pourrait être ainsi adoptée plus facilement. L’importance du changement justifierait cependant a posteriori d’envisager peut-être de l’inscrire dans la Constitution mais simplement à titre symbolique

Et même, a-t-on besoin d’une réforme ?
Le Code civil prévoit déjà la perte de la nationalité française :
http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/04/le-code-civil...

Source

Mes parents ont acheté 3 maisons au Mali, ils ont fait venir leurs frères et soeurs en France…

Cette video a été enregistrée le 17 janvier sur la Promenade des Anglais à Nice. Un musulman et une emburkinée ( une Sylvie, convertie… ) viennent dire aux Français que la révolution est en marche, que les musulmans ne veulent pas d’amalgame, qu’ils sont chez eux en France, que la France est une bonne poire qui a permis aux leurs d’investir au Mali, de faire venir d’autres Maliens qui ont envoyé l’argent gagné au Mali à leur tour… Et qu’ils ont bien l’intention de continuer à nous enfler.

Naturellement, le plus gros de la diatribe du bonhomme, c’est « pas d’amalgame »… L’auteur de l’attentat de Nice n’est pas musulman. Et ceux qui parlent mal de l’islam à cause d’un vieux fou furieux sont des racistes.

Si ce Français d’origine malienne parlait bien français, lui qui se dit français, ça nous convaincrait peut-être plus.

Si ce musulman ne répétait pas cent fois en 3 minutes  » je suis musulman, moi, musulman… » ça nous convaincrait peut-être plus.

Si ce musulman prétendant respecter les lois françaises ne s’enregistrait pas avec une emburkinée, ça nous convaincrait peut-être plus.

 Je suis français, d’origine malienne, de confession musulmane.

Je suis français, je suis chez moi en France.

Nous, les musulmans, on va mener une guerre aux racistes, une guerre comme vous n’en avez jamais vu.

La révolution est en marche et personne peut l’arrêter.

Source et Video

Souillac : Jérôme Filippini, Préfet du Lot, ne sait pas que dans les mosquées, on incite à la haine ?

La saga continue. Ou plutôt le bras de fer entre d’un côté Emmanuel Crenne, responsable départemental FN, et, de l’autre, le Préfet Jérôme Filippini,-le procureur-les responsables de la mosquée.

On pourrait penser que tout cela est très disproportionné mais on ne vient pas à bout comme cela d’un Emmanuel Crenne qui se bat et se défend comme un beau diable pour alerter les autorités et la population des risques liés à la mosquée de Souillac que le Préfet refuse de faire fermer.

Nous avons rapporté ce matin les différents épisodes de l’affaire :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/18/mosquee-de-so...

Depuis, les plaintes tombent dru contre le Conseiller régional FN, d’autant que, cerise sur le gâteau, un petit plaisantin aurait – horresco referens –  envoyé une « lettre de menaces » à la mosquée et déposé la tête d’un cochon brûlé sur la porte d’icelle.

Comme d’habitude, on peut penser que la lettre de « menaces « est sans doute plutôt anecdotique, eu égard à la rhétorique victimaire que l’on lit sur les forums et les comptes facebook ou twitter du CCIF… Et puis, quand on a vécu Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice… pour ne parler que des plus connus, entendre parler de menaces pour une simple lettre ou une tête de cochon, ça pourrait faire doucement rigoler, ça fait en fait hurler.

Naturellement également, l’association qui dirige la mosquée  accuse nommément Emmanuel Crenne d’avoir « armé » la main du petit rigolo… Et il est bien possible que les juges considèrent que ce sont ses tracts, allégations et compagnie qui sont responsables de ces deux terribles attentats !

L’association insiste sur cette transparence et évoque son profond désarroi après avoir découvert « une lettre de menaces et la tête d’un cochon brûlé sur la porte de la mosquée suite aux propos de Monsieur Crenne. 

https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/18/2724317-fn-lo...

Jean-Luc Garcia, le journaliste, terriblement objectif, ajoute tout de go :

Deux éléments de plus qui pourraient peser dans la balance de la justice.  S’il le dit… Et il est fort possible qu’il trouverait cela normal, le journaleux qui n’a aucun scrupule à parler de « parti d’extrême-droite » à propos du FN…

Et son confrère de Medialot,Thibaut Souperbie,  se contente de rapporter les propos ahurissants du Préfet sans pointer du doigt ses énormités :

Le préfet du Lot, Jérôme Filippini, a tenu à mettre les points sur les i suite à la conférence de presse d’Emmanuel Crenne du 12 janvier : « A l’occasion d’une conférence de presse, M. Emmanuel Crenne, conseiller régional d’Occitanie, fait état d’informations qui auraient été communiquées par lettre anonyme au parti dont il est le secrétaire départemental, informations qui l’ont amené à me demander de fermer la mosquée de Souillac. De plus, dans un tract intitulé « islamisme, danger à Souillac », M. Crenne fait état d’un certain nombre d’informations, qui reprennent les déclarations qu’il avait faites sur le même sujet le 21 octobre 2017.Je dois tout d’abord contredire une nouvelle fois les affirmations concernant le nombre d’individus fichés S ou faisant l’objet d’une surveillance des services spécialisés dans le département, qui ne correspondent pas à la réalité du Lot, sauf à vouloir créer un climat de peur et de défiance vis à vis de certains de nos concitoyens.Ensuite, je redis ma totale confiance dans l’action des services qui assurent au quotidien, chacun dans leur domaine, la protection des lotoises et des lotois contre le risque terroriste. Il convient en ce domaine de les laisser travailler discrètement et efficacement. Enfin, je rappelle que la fermeture d’un lieu de culte par le préfet est régie par les articles L227-1 et L227-2 du code de la sécurité intérieure. Cette mesure tend expressément à prévenir la commission d’actes de terrorisme, et elle vise uniquement les lieux dans lesquels « les propos qui sont tenus, les idées ou théories qui sont diffusées ou les activités qui s’y déroulent provoquent à la violence, à la haine, à la discrimination, ou provoquent à la commission d’actes de terrorisme ou font l’apologie de tels actes ». Or, à ce jour et en l’état des informations dont je dispose, ni la mosquée de Souillac ni aucun autre lieu de culte du département ne répond aux critères légaux qui pourraient me conduire à engager une procédure de fermeture.»

Lire l’ensemble de l’article ici :

http://medialot.fr/fn-46-mosquee-de-souillac-le-feuilleto...

 

Dans son désir effréné de se justifier, d’expliquer pourquoi, quoi qu’en dise le FN, il ne ferme pas la mosquée de Souillac, le Préfet est très bavard. Trop.

D’abord, il révèle que son premier souci est bien de protéger les musulmans, fût-ce au prix du danger couru par nos concitoyens non musulmans.  Bref, des nouvelles décapitations plutôt que de voir les non musulmans se défier des musulmans susceptibles d’être de futurs terroristes. D’une logique à toute épreuve. Cela s’appelle la politique macronienne. Cela s’appelle la préférence étrangère. Cela s’appelle le non respect d’une des fonctions régaliennes de l’Etat, la sécurité.

Ensuite, et là c’est Byzance, il rappelle qu’il ne peut fermer un lieu de culte que si les propos ou activités qui s’y déroulent provoquent à la haine, à la discrimination, provoquent à la commission d’actes de terrorisme ou font l’apologie de tels actes.

Et ça, c’est du poulet ? 

« Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association (d’autres divinités à Allah) et que la religion soit entièrement à Allah seul… » (coran 2.193).

« Et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association (d’autres divinités à Allah), et que la religion soit entièrement à Allah… » (coran 8.39).

Ibn Jarir a dit : « Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et qu’Allah seul soit adoré sans partenaire ni associé, et que les afflictions et les calamités, qui sont la mécréance et le polythéisme, soient arrachées de la Terre par les esclaves d’Allah, et que la religion soit pour Allah seul, et afin que l’obéissance et l’adoration soient consacrées à lui seul et à personne d’autre ».

Ibn Kathir a dit : « Allah nous a ordonné de combattre les mécréants jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de fitna, c’est-à-dire d’association, et que la religion soit entièrement et seulement consacrée à Allah, c’est-à-dire que la religion d’Allah triomphera de toutes les autres religions ».

Le prophète a dit : « On m’a ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et que Mohammad est le Messager d’Allah, et qu’ils accomplissent la prière et paient la zaka, s’ils le font, alors ils sauveront leurs vies et leurs biens de moi excepté de la loi islamique, et leur jugement revient à Allah ». (Rapporté par al-Boukhâri et Moslim).

33.27. Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n’aviez point foulée. Et Allah est Omnipotent.

« Le Prophète a dit : La Résurrection n’arrivera pas avant que les musulmans ne combattent les Juifs et que les musulmans les tuent. Les musulmans tueront les Juifs, s’en réjouiront, se réjouiront de la victoire d’Allah. Les msulmans tueront les Juifs et ceux-ci se cacheront. » (hadith rapporté notamment par Mouslim 2921 et par Boukhari 2926).

. « Le Messager de Dieu a dit : “Ne viendra l’Heure que lorsque vous combattrez les Juifs, que lorsque la pierre derrière laquelle se cache le Juif dira : « musulman ! Voici un Juif derrière moi, tue-le ! »

. « Le Prophète a dit : Les juifs se cacheront derrière l’arbre et le rocher et l’arbre et le rocher diront « Ô serviteur d’Allah ! Ô musulman ! Il y a un juif derrière moi, viens le tuer. »

Extraits du Coran proposés par notre ami Philippe Jallade, trop tôt disparu, dans différents articles écrits pour Résistance républicaine

J’imagine l’air atterré de Jérôme Filippini… Avec les articles  L227-1 et L227-2 du code de la sécurité intérieure, on devrait, on doit… fermer TOUTES LES MOSQUEES. 

Enfin atterré… Menteur, plutôt. On ne me fera pas croire qu’un Préfet ne reçoit pas suffisamment de rapports de RG pour ne pas savoir ce qui se dit et se fait dans toutes les mosquées.

Le Préfet sait. Collomb sait. Macron sait. Mais reconnaître que, à chaque prière, il se dit des horreurs interdites par la loi dans les mosquées, c’est reconnaître qu’il faut interdire l’islam et fermer toutes les mosquées…. Et alors là, les émeutes, le scandale au niveau international, le pétrole, le gaz… tout ça pour éviter quelques Bataclan, vous n’y pensez pas. La paix des lâches vaut bien quelques centaines de victimes innocentes pour ces policiticiens de merde, comme dirait Trump.

Panique à bord. Alors ils tapent sur ceux qui disent la vérité, alertent, dénoncent, préviennent et voudraient bien, comme Emmanuel Crenne, qu’il n’y ait pas de Laura et de Maurane dans son département.

 

Faites savoir au Préfet que nous sommes des millions à savoir…

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/19/oui-nous-somm...

Source

Il n’était pas armé, il ne s’est pas défendu, il est mort !

Inutile d’épiloguer, les faits ont patents !

Encore la Seine-Saint-Denis.
Il est dangereux d’y vivre ou de vouloir y survivre…

Ce que montre cet article du Parisien :  pas de légitime défense…
S’il s’était armé et défendu, il serait peut-être encore vivant…

Avec l’INJUSTICE,  il est donc mort en accord avec la loi,  l’agression à main armée est donc légitime !
Il n’ira pas au tribunal, mais au cimetière avec la « bénédiction » de « nos » juges !
Quant aux meurtriers, s’ils sont arrêtés et jugés (?), il leur sera trouvé bien des excuses…

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/la-courneuv...

La Courneuve : un chef d’entreprise abattu par des malfaiteurs.

Le gérant d’une succursale de Primagaz, un homme de 56 ans, se serait retrouvé nez à nez avec les braqueurs qui avaient pénétré dans les locaux.

La zone d’activités Mermoz à La Courneuve est en état de choc ce jeudi soir. Vers 19 heures, le dirigeant de l’entreprise Sodigaz a été tué par des malfaiteurs.

Le gérant, un homme de 56 ans, se serait retrouvé nez à nez avec les braqueurs qui avaient pénétré dans les locaux. Ils auraient cherché à se faire ouvrir un coffre-fort. Dans des circonstances encore floues, ils auraient tiré un coup de feu sur le chef d’entreprise le blessant à l’épaule gauche. Cet unique coup de feu s’avérera fatal. Alertés par la détonation, des témoins auraient indiqué avoir aperçu une équipe de cinq hommes encagoulés s’enfuir des lieux.

Gilles Poux, maire (PCF) de La Courneuve s’est rendu sur les lieux avec l’un de ses adjoints alors que l’épouse de la victime rentrait dans l’entreprise. L’élu ne connaissait pas personnellement le responsable de cette succursale de Primagaz, mais il a souligné : « C’est terrifiant de voir une personne qui fait simplement son travail se faire abattre par quatre ou cinq hommes qui viennent faire un casse pour prendre trois francs, six sous. Tuer un père de famille pour rien, c’est dramatique ».

 M. Poux, cela ne vous rendra pas plus réaliste, malheureusement, au PCF de nos jours, c’est rédhibitoire !

Source

Bruxelles, ça pue, on vous loge mal, on est racistes, on mange du porc : restez donc chez vous

 

Source et Video

La loi leur interdirait de fermer les mosquées plus de 6 mois ? A d’autres !

La mosquée de Sartrouville restera fermée encore jusqu’en avril.
La loi ne permet en effet qu’une fermeture temporaire actuellement, limitée à 6 mois.
Et pourtant, vu le dossier (voir la décision du Conseil d’Etat du 11 janvier dernier, ci-dessous), comment peut-on concevoir que le « vivre ensemble » demeure possible avec ceux qui la fréquentaient ?
On voit bien qu’il y a un problème quelque part. On n’est pas dans le domaine du problème temporaire, il y a une difficulté durable. La législation est purement cosmétique actuellement.
Donc dans 6 mois, comme par magie, tout le monde sera blanc comme neige dans cette affaire ? De qui se moque-t-on ?
Il faut vraiment être crédule pour le croire. On a comme l’impression que c’est la méthode Coué qui sert de gouvernail au pouvoir exécutif, avec aussi la volonté de dire : « vous voyez, on ne peut pas dire qu’on ne fait rien… ».
Les constats sont accablants, mais les solutions ne sont actuellement pas à la hauteur.

Rappel du dossier :
http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/26/sartrouville-...
http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/09/est-ce-rr-qui...

Décision du 11 janvier du Conseil d’État, juge des référés

(…) 1. Aux termes de l’article L. 521-2 du code de justice administrative :  » Saisi d’une demande en ce sens justifiée par l’urgence, le juge des référés peut ordonner toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d’une liberté fondamentale à laquelle une personne morale de droit public ou un organisme de droit privé chargé de la gestion d’un service public aurait porté, dans l’exercice d’un de ses pouvoirs, une atteinte grave et manifestement illégale. Le juge des référés se prononce dans un délai de quarante-huit heures « .

2. L’association  » Communauté musulmane de la Cité des Indes  » relève appel de l’ordonnance du 22 novembre 2017 par laquelle le juge des référés du tribunal administratif de Versailles a rejeté sa demande, présentée sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, tendant à la suspension des effets de l’arrêté du 17 novembre 2017 du préfet des Yvelines prononçant la fermeture de la mosquée dite  » Salle des Indes  » pour une durée de six mois.

3. Par l’ordonnance attaquée, le juge des référés du tribunal administratif de Versailles a également transmis au Conseil d’Etat la question prioritaire de constitutionalité soulevée devant lui par l’association  » Communauté musulmane de la cité des Indes  » relative à la conformité à la Constitution de l’article L. 227-1 du code de la sécurité intérieure ; en outre, par une décision n° 415434-415697 du 28 décembre 2017 le Conseil d’Etat a transmis au Conseil constitutionnel la question de la conformité de ces dispositions à la Constitution.

Dans de telles conditions, il appartient au juge des référés du Conseil d’Etat, sans attendre la décision du Conseil constitutionnel, d’apprécier s’il y a lieu de prendre immédiatement, compte tenu de l’urgence et en l’état de l’instruction, des mesures de sauvegarde sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, la demande en référé devant être examinée au regard et compte tenu des dispositions du code de la sécurité intérieure en vigueur à la date de la présente décision.

4. Aux termes de l’article L. 227-1 de ce code :  » Aux seules fins de prévenir la commission d’actes de terrorisme, le représentant de l’Etat dans le département ou, à Paris, le préfet de police peut prononcer la fermeture des lieux de culte dans lesquels les propos qui sont tenus, les idées ou théories qui sont diffusées ou les activités qui se déroulent provoquent à la violence, à la haine ou à la discrimination, provoquent à la commission d’actes de terrorisme ou font l’apologie de tels actes. /

Cette fermeture, dont la durée doit être proportionnée aux circonstances qui l’ont motivée et qui ne peut excéder six mois, est prononcée par arrêté motivé et précédée d’une procédure contradictoire dans les conditions prévues au chapitre II du titre II du livre Ier du code des relations entre le public et l’administration. / L’arrêté de fermeture est assorti d’un délai d’exécution qui ne peut être inférieur à quarante-huit heures, à l’expiration duquel la mesure peut faire l’objet d’une exécution d’office. Toutefois, si une personne y ayant un intérêt a saisi le tribunal administratif, dans ce délai, d’une demande présentée sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, la mesure ne peut être exécutée d’office avant que le juge des référés ait informé les parties de la tenue ou non d’une audience publique en application du deuxième alinéa de l’article L. 522-1 du même code ou, si les parties ont été informées d’une telle audience, avant que le juge ait statué sur la demande. « . Aux termes de l’article L. 227-2 du même code :  » La violation d’une mesure de fermeture d’un lieu de culte prise en application de l’article L. 227-1 est punie d’une peine de six mois d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende « .

5. La liberté du culte a le caractère d’une liberté fondamentale or, telle qu’elle est régie par la loi, cette liberté ne se limite pas au droit de tout individu d’exprimer les convictions religieuses de son choix dans le respect de l’ordre public, elle a également pour composante la libre disposition des biens nécessaires à l’exercice d’un culte. Aussi, un arrêté prescrivant la fermeture d’un lieu de culte est susceptible de porter atteinte à cette liberté fondamentale, il est également susceptible de porter atteinte au droit de propriété.

 

6. Il appartient au juge des référés de s’assurer, en l’état de l’instruction devant lui, que l’autorité administrative, opérant la conciliation nécessaire entre le respect des libertés et la sauvegarde de l’ordre public, n’a pas porté d’atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale, que ce soit dans son appréciation de la menace que constitue le lieu de culte ou dans la détermination des modalités de la fermeture.

7. Par un premier arrêté du 2 octobre 2017 pris sur le fondement de la loi du 3 avril 1955, le préfet des Yvelines avait prononcé la fermeture, jusqu’à la fin de l’état d’urgence, de la mosquée  » Salle des Indes  » située au 3, rue Maurice Audin à Sartrouville, dont l’association  » Communauté musulmane de la cité des Indes  » assure la gestion. Puis, par l’arrêté litigieux du 7 novembre 2017, pris sur le fondement de l’article L. 227-1 du code de la sécurité intérieure, il a ordonné, pour une durée de six mois, la fermeture de cette mosquée. Pour prendre la mesure de fermeture contestée, le préfet s’est fondé sur la circonstance que, par une dérive radicale que l’association gestionnaire n’avait pas su empêcher, cette mosquée était devenue un lieu où étaient tenus des propos, organisée la diffusion d’idées et réalisées des activités incitant à la haine et la discrimination, provoquant la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie du terrorisme.

 

8. Il résulte de l’instruction et notamment de deux notes blanches, précises et circonstanciées qui ont été versées au contradictoire, qui ne sont pas sérieusement contestées par l’association requérante et sont ainsi susceptibles d’être prises en considération par le juge administratif, que l’imam principal et les imams invités de ce lieu de culte tenaient des propos radicaux incitant notamment à la haine envers les fidèles d’autres religions et au rejet des valeurs de la République, que compte tenu de son orientation, la mosquée était fréquentée, de manière habituelle, tant pour les prières que pour les enseignements qui y étaient dispensés, par des personnes radicalisées venant de différents départements voisins, en particuliers des jeunes femmes dont plusieurs portant le voile intégral et dont l’une a rejoint la Syrie, ainsi que des individus en lien avec des filières terroristes, que dans la salle de prière se trouvait en juillet 2017 un tableau évoquant l’organisation de sports de combat surmonté de l’inscription  » guerre sainte des jeunes musulmans  » et que l’influence radicale de ce lieu de culte s’étendait à l’ensemble de la vie locale, en particulier sur les plus jeunes.

 

9. Lors de l’audience de référé et dans les écritures produites après la réunion qui s’est tenue le 29 décembre à la préfecture des Yvelines, l’association a fait valoir que la mosquée était désormais dotée d’un règlement intérieur encadrant le comportement des fidèles et rappelant la nécessité de se conformer aux valeurs de la République, que différentes mesures de surveillance, tant du contenu des prêches que des entrées des fidèles dans le lieu de culte et des interventions pendant les cultes, avaient été décidées et allaient être mises en oeuvre dans le respect de la réglementation applicable, que le bureau avait été intégralement renouvelé lors d’une assemblée générale tenue le 10 décembre 2017 et que les nouveaux membres du bureau, choisis pour leur modération et leur maturité et désireux de s’éloigner des orientations données par le précédent président, avaient mis fin aux fonctions de l’imam qui officiait avant la fermeture et avaient proposé que certains d’entre eux exercent eux-mêmes, en tant que de besoin, le rôle d’imam. L’association a en outre fait état de sa volonté d’établir une relation constructive avec l’administration et souligné l’urgence d’une réouverture dès lors que plusieurs fidèles âgés ou handicapés ne peuvent pas se rendre à l’autre mosquée de la commune.
10. Les mesures correctrices que les nouveaux dirigeants de l’association indiquent avoir prises sont, comme l’avait d’ailleurs relevé le représentant du ministre lors de l’audience de référé, de la nature de celles qui pourraient permettre de fonder une demande d’abrogation de la mesure. Toutefois, elles ne sont intervenues que très récemment et les modalités de mise en oeuvre de plusieurs d’entre elles, en particulier la désignation de l’imam ou des personnes autorisées à intervenir dans la mosquée et les mesures de surveillance, tant du contenu des prêches que des personnes se rendant dans ce lieu, ne sont pas précisées. Dans ces conditions, l’association n’établit pas qu’elle serait en mesure d’éviter la réitération des graves dérives constatées dans un passé récent et la menace à l’ordre et la sécurité publics qui en était résultée.
11. Eu égard à l’ensemble des éléments recueillis, et alors qu’il est constant que la très grande majorité des fidèles habitant dans le quartier de la cité des Indes peuvent se rendre dans l’autre mosquée de la commune, il n’apparaît pas, en l’état de l’instruction, que le préfet des Yvelines aurait porté une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale. Par suite, l’association requérante n’est pas fondée à soutenir que c’est à tort que, par l’ordonnance attaquée, le juge des référés du tribunal administratif de Versailles a rejeté sa demande.
12. Il résulte de tout ce qui précède qu’il n’y a pas lieu pour le Conseil d’Etat statuant en référé de prendre, en l’état de l’instruction et dans l’attente de la décision à intervenir du Conseil constitutionnel sur la question prioritaire de constitutionnalité qui lui a été transmise par la décision précitée du 28 décembre 2017, des mesures de sauvegarde sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative.
O R D O N N E :
——————
Article 1er : Il n’y a pas lieu, en l’état, d’ordonner des mesures conservatoires de sauvegarde.
Article 2 : Il est sursis à statuer sur le surplus de la requête de l’association  » Communauté musulmane de la cité des Indes « .
Article 3: La présente ordonnance sera notifiée à l’association  » Communauté musulmane de la cité des Indes  » et au ministre d’Etat, ministre de l’intérieur.

Note de Christine Tasin

Comment ça, la loi interdirait une fermeture supérieure à 6 mois ? 

Et ils n’auraient pas légiféré pour changer ça depuis qu’ils passent des heures à enculer les mouches à l’Assemblée nationale, à admirer les boîtes de haricots verts apportées par Mélenchon ou Corbières  ? Non, mais allô quoi…

Comment ça, la liberté de culte nécessiterait la disposition de lieux de culte ? Ils sortent d’où ces crétins ? Le culte musulman n’existe pas, il n’y a pas d’église musulmane, de hiérarchie musulmane, de réunion des fidèles. En islam on n’a pas besoin de lieux de culte ce n’est spécifié ni dans le coran ni dans les haddith-s. Il faut juste pouvoir effectuer les 5 piliers de l’islam et la prière collective n’est pas un impératif.

La mosquée, les lieux de prière collectives dont des inventions pour marquer la force de l’islam et le pouvoir des musulmans  en pays mécréant, et, en pays musulman, la mosquée permet de faire surveiller chaque musulman par son voisin, histoire de voir si c’est un « bon » musulman perdant sa vie à vénérer un assassin et un pédophile.

Source

Seine-et-Marne : fermée sous l'état d'urgence, la mosquée de Torcy a rouvert

La mosquée a rouvert vendredi avec à sa tête une nouvelle association et un nouvel imam.

Fermée dans le cadre de l'état d'urgence en raison des prêches radicaux de ses imams, la mosquée de Torcy, dans la Seine-et-Marne, a rouvert vendredi avec à sa tête une nouvelle association et un nouvel imam. "Le culte a repris à 13H. Deux-cent cinquante personnes ont participé à la prière, tout s'est très bien passé", a précisé la préfecture. "Une nouvelle association a repris le flambeau, il y a un nouvel imam, la mairie est impliquée : toutes les conditions étaient réunies pour la réouverture". "Les mêmes conditions ne sont pas réunies à Lagny-sur-Marne", ville voisine de Disneyland Paris qui abrite la première salle de prière "radicale" fermée après les attentats de novembre 2015, a ajouté la préfecture.

Incitations au djihad par le passé. La mosquée de Torcy, qui pouvait accueillir jusqu'à 500 fidèles, avait fait l'objet d'un arrêté de fermeture administrative en avril 2017 au motif qu'elle était devenue depuis plusieurs années "un lieu de culte où étaient prônées une idéologie radicale ainsi que des incitations au djihad". L'imam, professeur de mathématiques au lycée Jean-Moulin de Torcy, avait dans la foulée été suspendu de son poste par l'Education nationale. Fin décembre, une commission composée de magistrats a par ailleurs donné son feu vert à l'expulsion de l'imam adjoint, un Marocain de 50 ans, accusé d'avoir "légitimé le djihad" dans ses prêches.

Selon l'arrêté de fermeture du lieu de culte, les deux imams auraient aussi "apporté leur soutien aux fidèles de la mosquée mis en cause dans le cadre du démantèlement de la cellule terroriste dite de Cannes-Torcy", dont le procès-fleuve s'est tenu au printemps à Paris. Fin 2016, 275 personnes étaient suivies en Seine-et-Marne dans le cadre de la lutte contre la radicalisation violente, et une dizaine assignées à résidence, selon une source judiciaire, contre cinq en Seine-Saint-Denis à titre d'exemple. Vendredi, la préfecture s'est contentée de déclarer qu'elle "avait constaté une baisse sensible des signalements" d'individus radicalisés.

Source

samedi, 20 janvier 2018

Mosquée de la Miséricorde : les musulmans de Nîmes s'offrent un bâtiment au centre-ville

Rédigé par Hanan Ben Rhouma

L’année 2018 commence bien pour les musulmans de Nîmes. Deux ans après la fermeture de la mosquée de la Miséricorde sur décision de la municipalité en raison de l’insalubrité du bâtiment, l’achat du bien a pu être finalisé. Reste encore à faire les nécessaires travaux de mise aux normes du bâtiment afin d’en jouir pleinement.

Ils sont sortis d’affaire par la grande porte. Après avoir été menacés de se retrouver sans lieu de culte en 2016, les responsables de l’Association culturelle islamique qui gèrent la mosquée de la Miséricorde sont désormais propriétaire du bâtiment abritant le plus vieux lieu de culte musulman de Nîmes (Gard) après avoir finalisé l’achat la veille de l’année 2018.

Ce sont environ 450 000 euros qui ont collectés pour s’approprier le bâtiment de 2 000 m² situé dans le centre-ville. Un luxe dans la mesure où de très nombreuses mosquées de France sont excentrées. L’Association culturelle islamique s’en est donné les moyens grâce au soutien de ses fidèles.

Rien n’est terminé pour autant. « Nous avons commencé les premiers travaux de mise aux normes de sécurité relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées et le démantèlement des plafonds en lambris de la salle de prière principale », indique à Saphirnews Dominique Mimoun, vice-présidente de l’association, qui rappelle que ce fut « une des conditions de vente des locaux » instaurées par la mairie.
 

 

Devant la mosquée de la Miséricorde, à Nîmes (Gard). © ACI
Devant la mosquée de la Miséricorde, à Nîmes (Gard). © ACI

Les travaux de mise aux normes du bâtiment, une priorité

Mais « nous n’avons pas pu faire plus car actuellement nous sommes en récolte de dons pour la continuité des travaux », ajoute-t-elle. A cette fin, les fidèles sont encore appelés à donner 160 000 euros sur les 170 000 nécessaires, une estimation réalisée « par un maître d’œuvre et un cabinet d’expertise ».

« Normalement, nous devions effectuer ces travaux dans les six mois qui suit la signature de l’acte (le 28 décembre 2016, ndlr). Il nous a été impossible de tenir ces délais », signale Dominique Mimoun. « Notre priorité était donc, de récolter les fonds pour honorer les paiements. Si nous dépassions la date prévue, nous aurions dû payer des pénalités de retard de paiement de 6 % l’an. C’est pour cette raison qu’il est impératif de commencer les travaux le plus rapidement possible et que nous relançons un appel aux dons », prévient-elle. Espérons-lui le même succès que pour l’achat du bâtiment.
 

Jean-Pax Méfret au Casino de Paris

Au Casino de Paris, ce 13 janvier 2018, l’ambiance était tout à la fois décontractée, bon enfant et pleinement française. On annonçait complet. Tandis que la salle se remplissait, ceux qui avaient déjà pris place se remémoraient, chantonnaient, plaisantaient, tout simplement heureux d’être là, dans l’attente impatiente de l’artiste.

Jean-Pax Méfret au Casino de Paris.

Puis, la lumière s’éteint. Rythmant les scansions « Jean-Pax ! Jean-Pax ! », les applaudissements fusent, gonflent et explosent quand le « chanteur de l’Occident » (né pourtant en 1944 dans cet Orient nostalgique aux inoubliables parfums d’oranges et de jasmin), vêtu d’un costume sombre, foule enfin la scène d’un pas lent et sûr. Il attend, reçoit sans mot dire les vivats et acclamations chaleureuses et amicales de son public où se mêlent aficionados de la première heure et jeunots de vingt ans et plus qui connaissent déjà par cœur Les Barricades ou Les Oies sauvages. L’orchestre émet ses premières notes et le trouvère entonne ces premières paroles poignantes :

« Ils meurent victimes de leur foi,

Ils tombent à l’ombre de la Croix,

Dans un silence qui fait douter

Du cœur des hommes.

Et au milieu des corps sans vie,

Une petite fille prie

Tout près d’une statue brisée,

D’une croix de bois calcinée… »

La salle, mutique, semble prier à l’unisson de cette gamine arborant le visage de nos propres enfants et qui lance dans le désert et à la face d’un monde irrémédiablement sourd à sa supplique, le déchirant cri de détresse de son martyre et de celui de ses semblables, là-bas, aux fins fonds de l’Orient compliqué. Noun… !

Jean-Pax Méfret n’a pas son pareil pour communiquer une émotion d’autant plus sincère qu’elle entre en résonance avec notre être profond, fruit d’un héritage ancestral voire bien plus lointain.

Le visage triste et apeuré de l’innocence enfantine s’imprimait encore dans nos esprits quand surgit, telle une muse oubliée, le long d’un mur honteux qui masquait alors les pires turpitudes des zélotes des fallacieux lendemains qui jamais ne chanteront, le non moins doux visage de Veronika :

« Elle avait des cheveux blonds fous, Véronika

Les yeux bleus tristes et un air doux, Véronika

À Berlin-Est, elle balayait les allées

Lorsque je l’ai rencontrée »

À cet instant, tel le docteur Youri Jivago incapable de choisir entre Tonia sa femme aimante et Lara, sa tendre maîtresse, mon cœur balançait en pensant à Nathalie, la jolie guide moscovite de Gilbert Bécaud, narrant à ce dernier « en phrases sobres […] la révolution d’Octobre ». Et l’on se dit que la poésie est sans doute le meilleur moyen d’entrevoir la vérité, où qu’elle se niche…

Mais évoquer Jean-Pax Méfret (Jean comme tout le monde, Pax comme personne, Méfret comme son père, affectionne-t-il de répondre à qui l’interroge sur les origines de ce prénom mystérieux), sa musique et ses chansons authentiquement engagées (aux antipodes des rebelles en peau de lapin venant promouvoir leur insipide soupe pseudo-artistique sur les plateaux sabbatiques du service public), revient aussi et surtout à se souvenir de nos temps glorieux et moins glorieux. L’héroïque sacrifice des 62 légionnaires de Camerone, la douloureuse époque de la fin de l’Algérie française, ravivée par des couplets bouleversants (« je viens d’un pays perdu qui n’existe plus », « Notre-Dame des déracinés », « l’été 62 sur les quais du chagrin », « les grandes souffrances de ceux qui ont choisi la France »…), les barouds d’honneurs de Dien Bien Phu, le martyre des Vendéens, etc.

Alors que nous venons de tourner le dos à 2017, année du centenaire de la révolution russo-léniniste de 1917, de sinistre mémoire, Jean-Pax demeure présent et droit pour nous rappeler que si « l’un de vous a chanté Potemkine / Moi je viens chanter Soljenytsine ». Une manière opportune de souligner combien les totalitarismes athées du XXe siècle (le nazisme est évoqué elliptiquement dans Jour J quand le communisme est explicitement dénoncé dans Le Camp 36, Sibérie, Goulag, Professeur Müller ou Budapest) inspirés des pires folies criminelles depuis Robespierre et ses épigones, constituent le canevas renouvelé du socialisme libéral-sociétal, sarko-hollando-macronien du XXIe.

Les paroles du Vieux Soldat témoignent, à elles seules, de la déliquescence d’une civilisation française désormais livrée aux hyènes de l’amnésie volontaire et du déracinement méa-culpant :

« Ça lui fait mal, toutes ces insultes,

Cracher sur la France que l’on traite de pute.

Ça lui fait mal, le drapeau brûlé, le drapeau souillé

La mémoire tachée.

 

Ça lui fait mal, il l’a mauvaise,

Lorsque l’on siffle la Marseillaise

Ça lui fait mal, voir son pays livré au mépris,

Il en est meurtri.

Le respect, il veut du respect,

Juste du respect, le respect »

Tout comme Pas politiquement correct fustige les snipers stipendiés de la pensée unique, ce bas clergé du désordre immoral qui, quoi qu’ils disent ou veulent faire croire, en dépit de sporadiques soubresauts identitaires ou populistes, détiennent encore largement le pouvoir politico-culturel :

 

« On ne peut plus rien dire

Sans s’attirer leur foudre

Qu’ils brandissent à plaisir

Pour te réduire en poudre »

Comme l’écrivait récemment le politologue Jean-Yves Camus, « tous ceux qui étudient la pensée de droite devraient aller assister à un concert de Jean-Pax Méfret » (tempsprésents.com, 16 janvier), même si ce dernier représente bien plus, c’est-à-dire, les valeurs éternelles de nos pères et de notre pays. Un autre universitaire osait assez justement le comparer à l’auteur de La Colline inspirée : « une sorte de Barrès pied-noir, le Barrès d’après-1919 où ont disparu les ennemis extérieurs, battus, et intérieurs, intégrés par le sacrifice militaire [1] ».

Respect.

[1] Paul Airiau, « Jean-Pax Méfret, chanteur anticommuniste et républicain populiste », Histoire@Politique. Politique, culture, société, N°7, janvier-avril 2009.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

Source

4 personnes s’échappent du centre de rétention administrative de Palaiseau

Quatre personnes retenues au sein du centre de rétention administrative de Palaiseau dans l’Essonne se sont évadées dans la nuit du 16 au 17 janvier. 


4 clandestins s’échappent de nuit

Une évasion digne d’un film. C’est en sciant des barreaux et en fabricant une corde avec des draps que quatre hommes se sont échappés du centre de rétention administrative de Palaiseau.

Selon le journal Le Parisien, qui a révélé cette affaire en premier, il n’y aurait que 4 gardiens pour 20 personnes retenues dans l’enceinte du centre. Les hommes ont pris la fuite dans la nuit du mardi 16 au mercredi 17 janvier.

Ces quatre hommes étaient entrés de façon illicite sur le territoire français. Ils devaient faire l’objet d’une reconduite dans leur pays d’origine prochainement.

Qu’est qu’un centre de rétention administrative (CRA) ?

Sur son site internet le ministère de l’intérieur explique ce qu’est un CRA. On en dénombre 25 pour 1755 places au total.

“Les centres de rétention administrative ont été officiellement crées par la loi du 29 octobre 1981.

Le centre de rétention administrative est un bâtiment surveillé par la police ou la gendarmerie nationale où l’administration peut retenir, pour une durée limitée et sous contrôle juridictionnel, les étrangers faisant l’objet d’une procédure d’éloignement et ne pouvant pas quitter immédiatement la France. La phase de placement est appelée la rétention administrative.

Le centre de rétention administrative ne relève pas de l’administration pénitentiaire. Il n’est pas une prison car la privation de liberté ne relève pas d’une décision judiciaire. Le placement dans un CRA relève d’une décision administrative. La privation de liberté n’a pas un caractère coercitif. Il faut donc parler de rétention et non de détention ou d’emprisonnement.”

Source

Fleury-Mérogis : des détenus refusent de regagner leur cellule

Paris Vox – Plus d’une centaine de détenus de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) ont refusé de regagner leur cellule, aujourd’hui,  en pleine journée d’action des surveillants contre leurs conditions de travail.


«  A la fin de la promenade, 123 détenus ont refusé de regagner leur cellule. Il n’y a pas de revendications, pas de violence. Des ERIS (Equipes régionales d’intervention et de sécurité) sont en route pour leur faire réintégrer les cellules  » a déclaré la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP).

Les détenus « font de l’immobilisme »  et refusent de regagner leur cellule depuis midi. Cette action serait la conséquence  d’un  temps de promenade  écourté. La tension dans l’établissement, plus grand d’Europe, serait très forte.

Selon une source syndicale citée par le Figaro : « Le mouvement national de blocage des prisons perturbe les parloirs et les promenades. Face à ça, les détenus ont montré leur colère, en tapant sur les portes, en insultant le personnel  et les ERIS ont été déployées pour  éviter tous débordements et faire du maintien de l’ordre  ».

Source

Les Aztèques ont été victimes de l'immigration

 

Article intéressant de Pauline Mille sur RITV :

Images-5"La salmonellose qui fait l’actualité chez Lactalis frappait déjà au seizième siècle au Mexique : des millions d’Aztèques en sont morts, l’analyse ADN des squelettes l’établit. Voilà une nouvelle qui liquide la légende noire élaborée par les ennemis de l’Espagne et de l’Eglise, qui parlaient de génocide des Indiens, longtemps reprise par des historiens peu scrupuleux. [...]

Une terrible épidémie serait survenue entre 1545 et 1550, soit vingt-cinq ans après que le conquérant espagnol Fernando Cortès eut touché la côte mexicaine en un endroit qu’il nomma Vera Cruz. Elle a frappé les témoins de l’époque. Il en subsiste quelques rares traces. Selon l’anthropologue française Danièle Dehouve, spécialiste du Mexique et directrice de recherche au CNRS, quelques textes d’époque « décrivent les symptômes du mal. Il existe aussi quelques images de la fin du XVIe siècle montrant des morts ayant des petits points sur le corps, ce qui correspond aux symptômes de la fièvre typhoïde. Nous avons aussi le codex Telleriano-Remensis, un manuscrit d’époque montrant des morts, ou des malades, avec des choses qui leur sortent de la bouche et du nez ». Mais ces indications ne suffisaient pas à porter un diagnostic. Aujourd’hui, l’affaire est tranchée, selon Danièle Dehouve, grâce à l’analyse ADN : « l’ADN est une preuve beaucoup plus sérieuse ».

La revue Nature Ecology and Evolution vient en effet de publier que la pandémie de 1545 -1550 serait une gigantesque salmonellose : une salmonelle aurait provoqué une fièvre typhoïde qui aurait causé la mort de millions d’Aztèques. Combien ? C’est l’objet de « nombreuses polémiques », selon Danièle Dehouve. « Les Espagnols n’ont commencé à recenser les populations qu’à partir de 1540 ». Encore ne tenaient-ils pas tout le pays et les statistiques étaient rudimentaires. Mais « on estime que 80 % des Aztèques sont morts dans les terres côtières, et 50 % dans les terres plus centrales ». Au doigt mouillé. [...] L’équipe qui a publié dans Nature Ecology and Evolution a pu travailler sur 29 squelettes découverts dans des cimetières et datés, et l’analyse ADN a établi sans ambiguïté la présence de l’agent infectieux, les salmonelles (probablement introduites par le cheptel amené par les Espagnols), dans la fièvre mortelle.

On est donc face à un drame de l’immigration. C’est l’importation d’humains et d’animaux tout à fait étrangers aux écosystèmes de l’Amérique latine qui a provoqué la catastrophe. De même que certains végétaux ou animaux ne trouvent pas de prédateurs dans un biotope où ils sont inconnus, de même les agents infectieux apportés par les Espagnols, et qui pour eux étaient relativement bénins, signifièrent-ils la mort pour de nombreux Indiens. A noter : à partir du dix-septième siècle, les populations aztèques ont recommencé à croître, se croisant souvent avec les Espagnols. Contrairement à la légende noire, ceux-ci n’ont pas remplacé les autochtones comme cela s’est passé dans la Caraïbe ou aux États-Unis, mais se sont métissés avec les populations conquises."

Source

Presque un tiers des naissances issues de familles composées d'au moins un parent immigré

 

B_1_q_0_p_0L'augmentation du nombre des demandeurs d'asile en 2017 est spectaculaire :

  • 20 000 en 1997,
  • 61 468 en 2012,
  • plus de 100 000 en 2017.

Un rapport de la Cour des Comptes d'octobre 2015 souligne que 96 % d'entre eux, même déboutés, ne repartent jamais.

La hausse de l'immigration régulière, mesurée par le nombre des «premiers titres de séjour» délivrés, explose également :

  • 125 000 en 1995 ;
  • 186 116 en 2002 ;
  • 183 893 en 2008 ;
  • 193 655 en 2012 ;
  • 210 940 en 2014 ;
  • 215 220 en 2015 ;
  • 230 353 en 2016 ;
  • 262 000 en 2017.

Le pourcentage des naissances dans les familles composées d'au moins un parent immigré est passé de 26,3 % en 2007 à 30,4 % en 2016 (Ined). En Île-de-France, 38 % des femmes ayant eu un enfant en 2015 sont immigrées (Insee). Mais à part cela, il n'y a pas de grand remplacement...

Dans la loi de finances de 2017, l'aide médicale d'État (la gratuité des soins dont bénéficient 300 000 migrants en situation irrégulière) est en augmentation, passant de 812 millions à 882 millions d'euros.

La politique de Macron est ridicule : sa mesure phare, la prolongation de la rétention administrative de 45 à 90 jours, n'aura qu'un impact limité dès lors que le pouvoir de décision est laissé au juge des libertés, dont le réflexe naturel est souvent de refuser une prolongation de la rétention après 48 heures. La réforme prévue ne suffira pas à améliorer de manière significative un dispositif d'éloignement paralysé par sa lourdeur (6 600 reconduites hors de l'Union européenne en 2017).

Source

Le métro ne s’arrête plus, trop de délinquants : ils font comment, les Sans-Dents, Hidalgo ?

 

Source et nombreux documents