Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 juin 2017

“Pas d’islamisation et charia chez nous”, le slogan haineux du Parti de la France a suscité l’indignation dans la Somme

 

Djamel Mousli, un habitant de la 4ème circonscription de la Somme et ex-candidat aux municipales en 2014, a alerté Oumma sur cette incitation à la haine insupportable qui en a choqué plus d’un, musulmans comme non musulmans.

Dans une veine cocardière qui a la préférence nationale revancharde, le slogan du Parti de la France (PDF), porté sur les fonts baptismaux en 2009 par Carl Lang (à gauche sur la photo ci-dessus), ex-eurodéputé FN, et soutenu par Jean-Marie Le Pen, son grand inspirateur, a résonné d’un cri de guerre tonitruant dans la Somme à l’approche du premier tour des législatives, à la consternation d’un certain nombre d’administrés.

« Pas d’islamisation chez nous. Pas de charia chez nous. Défendons nos familles, nos traditions, nos libertés : les Français d’abord ! ». C’est un « Sus à l’islamisation de la France » qu’a lancé rageusement Sabrina Le Corronc, la candidate du PDF, sur sa profession de foi, ses bulletins de vote et autres tracts, soufflant sur les braises de la haine pour glaner des voix, dans la 4ème circonscription d’un département dont Amiens est la cité phare.

 

Parmi ces Samariens qui ont été particulièrement heurtés par la résonance nationaliste et islamophobe du mot d’ordre du PDF, a fortiori sur la terre qui a vu naître le président Macron, chantre de « la réconciliation nationale »,  et émerger dans le paysage politique son mouvement « En Marche », figure Djamel Mousli, enseignant en audiovisuel et réalisateur, qui nous a fait part de sa stupeur teintée d’indignation.

 

C’est un véritable choc qu’a ressenti cet habitant de Villers-Bocage, très impliqué dans la vie de son village où il fait bon vivre pour tous, sans distinction d’origine ou de religion, en découvrant dans sa boîte aux lettres une profession de foi aux relents nauséabonds signée de l’extrême-droite lepéniste, farouchement française.

« Je suis un citoyen français de confession musulmane et mon islamité est parfaitement compatible avec nos belles valeurs républicaines ! », clame-t-il haut et fort, en évoquant la « profonde souffrance » qu’il éprouve face à cette diabolisation incessante de l’islam, à ce cruel et désastreux « deux poids deux mesures » dans le traitement de la présence musulmane qui ne saurait être toléré pour aucune autre communauté sans susciter un tollé général.

Ce patriote dans l’âme qui « aime son pays » et exècre le nationalisme, cette « maladie mentale qui engendre des guerres et pousse à haïr des peuples qui ne nous ont rien fait », selon sa propre définition que n’aurait pas reniée le Général de Gaulle, à qui l’on doit la célèbre phrase d’une actualité brûlante « Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres », ne pouvait pas rester sans réagir.

L’émotion des premiers instants passée, Djamel Mousli s’est immédiatement tourné vers la Préfecture de la Somme pour s’enquérir de l’avis de la Commission de propagande électorale, encouragé dans sa démarche par les réactions outrées de ses concitoyens, musulmans et non musulmans, mais aussi par la décision d’un magistrat du Calvados tombée comme un couperet sur la stratégie de la division orchestrée par le PDF. Celui-ci, en sa qualité de président de la Commission de propagande, a en effet rejeté les bulletins de vote du parti de Carl Lang, arguant d’un « risque de trouble à l’ordre public ».

Mais autre territoire, autre arbitrage : la Commission de propagande de la Somme a, quant à elle, préféré valider les bulletins de vote du PDF. Peut-être est-ce par crainte d’une surenchère outrancière et victimaire dont le patriarche Jean-Marie Le Pen et ses affidés ont le secret. C’est en tout cas ce que beaucoup en ont déduit à l’échelle locale.

« Ce qui me navre le plus, c’est que les autres candidats de la 4ème circonscription, qui auraient eu leur mot à dire, sont restés silencieux. Aucun d’entre eux n’a exigé que les bulletins de vote du PDF soient invalidés, et à mon sens, cela en dit long sur les mentalités et sur une stigmatisation des musulmans qui s’est banalisée année après année », déplore vivement Djamel Mousli, en appuyant là où le bât blesse : le verdict du magistrat du Calvados, aussi louable et bien inspiré soit-il, n’a été motivé que par le « trouble à l’ordre public » et non pas par l’essentiel, à savoir l’incitation à la haine religieuse que distille le libellé fielleux de l’extrême droite française.

Redoutant plus que tout la résurgence de vieux démons dans une France de 2017 qui n’est pas sans lui rappeler celle des années trente, à ce petit détail près que les boucs émissaires d’aujourd’hui ont pour bible le Coran, Djamel Mousli et les autres habitants de la Somme, étreints par la même angoisse face au double fléau du nationalisme et de l’islamophobie, ont poussé hier soir un immense « ouf » de soulagement en apprenant la défaite cuisante de Sabrina Le Corronc.

Exit la pyromane du Parti de la France, qui n’aura embrasé les esprits que de 1,2% des votants dans une 4ème circonscription de la Somme qui compte 80 000 habitants ! De quoi faire renaître le fragile espoir de l’art de vivre ensemble, à l’heure où le FN, sous la houlette de Marine Le Pen, a de son côté échoué à soulever le raz-de-marée « Bleu Marine » qui aurait englouti l’Assemblée nationale.

Propos recueillis par la rédaction d’Oumma.

 

Source

Vidéo. La plus grande mosquée d’Europe a été ouverte en Allemagne

Le plus grande mosquée d’Europe a été ouverte ce week-end à Cologne en Allemagne. Cette œuvre sublime et majestueuse, flanquée de deux minarets de 55 mètres de haut, pourra accueillir jusqu’à 2.000 fidèles. L’inauguration officielle aura lieu après l'achèvement des travaux entamés en 2009.

La video

La Norvège va interdire le voile intégral dans l'enseignement

Le gouvernement norvégien a présenté lundi un projet de loi visant à interdire le port du voile intégral dans l'enseignement national, de la crèche à l'université, jugeant que cet habit entravait la communication.

L'interdiction, promise l'an dernier par la coalition au pouvoir --conservateurs et droite anti-immigration--, vise les niqabs et les burqas ainsi que les cagoules et les masques.

«Nous ne voulons pas de vêtements recouvrant le visage dans les crèches, écoles et universités», a expliqué le ministre de l'Éducation et de la Recherche, Torbjørn Røe Isaksen. «Ces vêtements empêchent une bonne communication, déterminante pour que les élèves et les étudiants puissent bien apprendre», a-t-il dit dans un communiqué.

Le projet de loi, qui va faire l'objet d'une consultation auprès des instances concernées jusqu'à septembre, ne prévoit pas à ce stade de sanctions éventuelles.

Source

lundi, 12 juin 2017

La Cour de justice de l’Union européenne entrave la lutte antiterroriste : normal?

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) est incorrigible.

Elle avait considéré déjà, par deux arrêts en 2011 et 2012, que le séjour irrégulier d’un étranger n’était plus « un délit ». Avec superbe et désinvolture, elle avait ainsi mis à bas tout le système français « d’éloignement des étrangers » avant que, par une loi du mois de décembre 2012, notre pays autorise « la retenue administrative » d’une durée de seize heures maximum.

Elle a récidivé avec un arrêt du 21 décembre 2016 dont l’objet « était de restreindre les conditions d’accès aux données conservées par les opérateurs de téléphonie ou les fournisseurs d’accès à Internet ». Cette limitation du stockage des données personnelles – sauf en cas de menace grave – aura évidemment pour conséquence, de l’avis unanime de la Justice, de la police et du monde du renseignement, non seulement de ruiner une partie des enquêtes mais de rendre le caractère opératoire de celles-ci beaucoup plus malaisé (Le Monde).

Comment ne pas questionner la validité d’un tel arbitrage qui, au nom du droit européen, a conduit la CJUE à privilégier, si l’on veut, la pureté des principes et l’abstraction des concepts sans tenir le moindre compte des réalités nationales et des tragédies subies et douloureusement assumées par plusieurs des États membres ?

Ce n’est pas la première fois que l’on remarque que cette instance européenne semble vivre aisément les malheurs des nations qui la composent en portant sur elles un regard froid et distancié : celui d’un droit qui ne s’embarrasse d’aucun pragmatisme, même le plus honorable, pour s’installer dans un ciel des idées, dans une rectitude désincarnée.

Pour des vivants qui n’auront jamais à mourir, jamais pour des morts dont la mémoire devrait interdire qu’on facilite la tâche des tueurs.

 

Je ne parviens pas à attacher une valeur supérieure de principe à cette approche qui se flatte, au-dessus des nations, de négliger les intérêts de chacune dans un dépassement d’autant plus commode que tout ce qui est humain lui semble étranger. Pourquoi respecter davantage ce qu’une conception sectaire et dogmatique du droit imposerait plutôt qu’une synthèse en même temps lucide et responsable qui viendrait énoncer les droits prioritaires au regard des dangers gravissimes qui menacent nos pays et les rares nécessaires limites ?

J’avoue que désarmer nos démocraties à cause des surprenantes analyses de la CJUE prenant un malin plaisir à entraver, à compliquer des processus jusque-là satisfaisants me semble la pire des mauvaises surprises. Le coup vient de là où, au contraire, la sauvegarde maximale devrait être prévue et assurée.

On ne peut qu’être lassé par ce détournement européen de débats qui structurent et divisent tous les pays. Liberté ou sécurité ? Ces déviations sont d’autant plus perverses que la CJUE n’a même pas pour ambition de tenir le moins mal possible les deux bouts de la chaîne mais, au contraire, d’en lâcher totalement un seul.

Cette décision de la CJUE ne va évidemment pas mobiliser la communauté nationale mais elle ne va pas favoriser, de la part de ceux qui s’intéressent à la justice européenne largement entendue, une appétence civique plus vive, plus intense pour l’Europe, ses absurdités, sa bureaucratie. Là où les nations se battent et affrontent, la CJUE, en surplomb, donne des leçons de surcroît hémiplégiques.

La CJUE se moque du monde qui n’est pas le sien, éthéré et tranquille dans la ouate du droit.

 

 

Extrait de : Justice au Singulier

Philippe Bilger

Source

 

Airbnb s’engage pour l’hébergement des migrants

Comme beaucoup de ses homologues californiens, Airbnb s’illustre régulièrement par des positions politiques qui lui permettent de se forger l’image d’une marque progressiste et libérale.

Ainsi, l’entreprise spécialisée dans l’hébergement de particulier à particulier s’était récemment démarquée en dévoilant un grand plan de lutte contre les discriminations raciales et sexuelles, un plan qui empêchait notamment aux hébergeurs de choisir librement leurs clients. Plus remarquable encore, le PDG d’Airbnb avait publiquement protesté contre le décret de régulation de l’immigration de l’administration Trump, promettant d’offrir un logement à toutes les personnes visées par le « Muslim Ban ».

Fidèle à son slogan #WeAccept, l’entreprise vient donc de dévoiler Open Homes, une plate-forme qui doit permettre aux particuliers d’accueillir gratuitement des réfugiés. Ce projet, qui compte sur la générosité des utilisateurs, s’appuiera notamment sur l’ancrage local des associations d’aide aux migrants.

En France, l’entreprise s’est ainsi affiliée à SINGA, une jeune start-up connue pour avoir déjà mis en place un système appelé « Comme à la maison » qui devait favoriser l’accueil des réfugiés sur le territoire. Or, malgré les articles élogieux de la presse, malgré le soutien du ministre du Logement, malgré la contribution des réseaux Soros-Avaaz-Ricard, le projet n’avait pas pris. Ainsi, début 2016, seule une petite centaine de réfugiés bénéficiaient de ce service (alors que l’on comptait plus de 20.000 nouveaux réfugiés pour l’année 2015).

Refugees Welcome, mais pas trop quand même…

 L’échec de ce projet – échec également observé dans d’autres pays européens – nous autorise à nous interroger sur les débouchés de ce genre d’initiatives. D’autant plus que les procédures administratives liées au droit d’asile et à ce qui en découle sont complexes, et toute la charité du monde n’y changera rien. C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe des structures spécialisées. Osons, aussi, nous demander si l’ubérisation du travail social et la déresponsabilisation de l’État sur la question de l’immigration ne posera pas de sérieux problèmes pour l’intégration de ces populations.

Sans parler du caractère discriminant de Open Homes. En effet, non seulement ce projet laisse de côté tous les migrants qui n’ont pas le statut de réfugié – la plupart des migrants, donc -, mais il permettra aussi aux hébergeurs de choisir leur migrant selon certains critères, ce qui contrevient à la politique de non-discrimination du site.

Servir les migrants ou se servir des migrants ? Dans tous les cas, Airbnb signe ici un magistral coup de publicité qui sera au mieux appliqué sans efficacité, au pire préjudiciable à long terme pour les populations concernées et pour l’État. Voilà donc un bon moyen de se donner une belle image sans trop se mouiller ; un bon moyen pour nos compatriotes humanistes d’obtenir un fantastique faire-valoir social. « Avec Airbnb, adopte un migrant pour briller en société », slogan fondateur d’un nouveau marché de la misère ?

Pierre Terrail

Source

Les gardiens de prison, les grands oubliés

Des gardiens du centre de détention de Muret, dans la banlieue de Toulouse, viennent de se mettre en congé maladie pour burn out, tandis que de nouveaux parloirs ont été installés et que des unités de vie familiale sont prévues pour septembre, avec pour conséquence la nécessité de disposer de personnel supplémentaire.

Or, l’établissement compte moins de 170 agents pour 650 détenus, tous condamnés à des peines supérieures à trois ans, nombre qui semble largement insuffisant dans le contexte actuel. Le centre est déjà à « moins treize agents », selon Laurens Maffre, du syndicat UFAP, qui s’exprime au nom de l’intersyndicale.

Depuis plusieurs mois, le personnel multiplie les heures supplémentaires, jusqu’à quatre-vingts pour certains agents. « Les gars n’en peuvent plus. Ils ont des difficultés dans leur vie familiale.

Ils sont en situation de burn out », témoigne un gardien et syndicaliste souhaitant préserver l’anonymat.

 

Les gardiens semblent être aujourd’hui les grands oubliés du monde politique. Leur rôle est pourtant essentiel alors que les centres de détention voient pénétrer en leur sein les réalités anxiogènes du monde extérieur, dont la radicalisation islamiste.

 

Au contraire, les détenus se voient octroyer un nombre croissant de droits et, si l’on doit veiller à ce que les prisons soient des lieux où il est décent de purger une peine, elles ne doivent en aucun cas devenir des endroits où il fait bon séjourner (et retourner).

Ailleurs en Europe, le problème est identique. En Belgique, le projet de rationalisation du ministre de la Justice Koen Geens avait soulevé, il y a quelques mois, une levée de boucliers, alors que la surpopulation carcérale pose de nombreuses questions. Depuis, le service public fédéral Justice a ouvert une nouvelle procédure de recrutement pour 245 postes de gardiens de prison.

Pour rappel, Emmanuel Macron, durant la campagne, avait promis 15.000 nouvelles places de prison et l’exécution de toutes les peines. De surcroît, le nouveau Président préconise la construction d’établissements à taille humaine permettant davantage d’activités pour les détenus et plus d’encellulement individuel. Très peu, en revanche, pour les gardiens de prison.

Gregory Vanden Bruel

Source

En Finlande, les ultranationalistes poussent le gouvernement au bord de l’abîme

 .-Par Mohamed Bouhjar-.

Helsinki–L’élection de l’ultranationaliste Jussi Halla-aho à la tête du parti anti-immigration “Vrais Finlandais” a provoqué un véritable tollé en Finlande, poussant le gouvernement de centre-droite au bord de l’abîme.

Figure de proue de l’aile la plus radicale au sein de cette formation eurosceptique faisant partie de la majorité, M. Halla-aho a multiplié les promesses controversées allant du durcissement de la politique migratoire jusqu’à brandir la menace de faire sortir le pays de l’Union européenne.

“Nous devons aborder plus activement les sujets qui nous distinguent des autres partis”, a-t-il déclaré à la presse à l’issue du congrès des “Vrais Finlandais”, samedi dans la ville de Jyväskylä (centre-sud). 

Linguiste de profession, cet eurodéputé de 48 ans, déjà condamné pour des propos racistes, ne mâche pas ses mots. Il a, d’emblée, prévenu qu’il ne “s’accrocherait pas à tout prix” à la coalition de centre-droite au pouvoir, si celle-ci n’adopte pas une politique plus ferme sur le dossier migratoire.

De l’avis des observateurs, la rhétorique incendiaire adoptée par M. Halla-aho vise à redonner au parti son “poids électoral”, après avoir subi un revers sanglant aux élections municipales organisées en avril dernier, en obtenant seulement 8,8% des voix.

A l’épreuve du pouvoir, la formation nationaliste s’était rendue incontournable en devenant le deuxième parti au sein du parlement en 2015, en pleine crise migratoire.

Mais depuis qu’il a accepté d’assouplir ses positions anti-européennes pour intégrer la coalition pro-austérité, le parti et son ancien leader Timo Soini souffrent d’une dégringolade spectaculaire dans les sondages.

Dans la pire des hypothèses pour l’exécutif, ces positions pourraient entraîner la chute de la coalition regroupant les conservateurs du Rassemblement national et les centristes du Premier ministre Juha Sipila.  

Ce dernier n’a pas tardé à réagir aux exigences du nouveau leader des eurosceptiques. “Nous continuerons sans aucun doute à adhérer au programme gouvernemental. Je ne cèderai pas à aucun type de chantage”, a insisté le chef du gouvernement, qui devrait rencontrer lundi M. Halla-aho.

  1. Sipila a exclu donc la possibilité d’une “renégociation” de la politique d’immigration ou toute autre question figurant au programme du gouvernement.

Plus ferme, le ministre des Finances et président du Rassemblement national (NCP), Petteri Orpo, a déclaré que sa formation devrait “examiner sérieusement” sa participation au sein d’un exécutif avec “un parti dirigé par une personnalité anti-immigration et eurosceptique comme Halla-aho”.

D’autant plus que le nouveau chef des “Vrais Finlandais” avait été condamné en 2012 par la Cour suprême à une amende pour des propos, tenus sur un blog, associant l’islam à la pédophilie et les Somaliens aux vols.

“C’est une question de principes, les mêmes principes sur lesquels notre programme gouvernemental est fondé”, a déclaré M. Orpo. “La Finlande est un pays ouvert et international, riche en langues et en cultures”, a-t-il martelé en faisant référence à l’une des clauses du programme de la majorité, mise en place en 2015.

Surfant sur la guerre des mots entre les partenaires à la coalition gouvernementale, l’Alliance de gauche (opposition) a appelé à une nouvelle élection législative anticipée.

“Sous la direction de Halla-aho, les Vrais Finlandais deviendra un parti conservateur de droite avec un programme clairement raciste”, a écrit sur Twitter le chef de l’Alliance, Li Andersson, qui se demande si le Centre et le Rassemblement national accepteront la nouvelle ligne dure des eurosceptiques.

Pour sa part, le parti populaire suédois s’est dit prêt à négocier une intégration au sein de la coalition gouvernementale si le parti nationaliste devait quitter l’équipe dirigeante.

“Ce serait un acte patriotique”, a déclaré Anna-Maja Henriksson, présidente de cette formation qui représente les intérêts de la minorité finlandaise suédophone.

En effet, le Centre et le NCP auraient besoin du Parti populaire suédois et des Démocrates chrétiens pour obtenir une majorité de 101 députés au Parlement.

 

Source

Irak : otage pendant trois ans, une fillette chrétienne retrouve ses parents

christina

Le 27 août 2014, voici presque trois ans, je vous avais signalé le cas d’une fillette chrétienne de 3 ans arrachée à ses parents par l’État Islamique, alors qu’ils quittaient Qaraqosh, le 7 août, chassé par les islamistes qui l’avaient investie. Pendant près de trois ans, les parents n’eurent pratiquement aucune nouvelle de leur petite Christina jusqu’à hier matin où l’on a appris que cette fillette, qui fut sans doute confiée par l’État Islamique à une famille musulmane de Qaraqosh, avait été libérée par les forces spéciales irakiennes et rendue à ses parents, Khader et Ayda Abada. Elle va pouvoir fêter son sixième anniversaire en famille dans le camp de réfugiés d’Ashti près d’Erbil (Kurdistan irakien). Rendons grâce à Dieu.

Source : World Watch Monitor, 9 juin

La video ici

Lyon : dîner de soutien pour les chrétiens d’Alep !


Lyon Diner soutiel OL

OL SOS Chretiens d'Orient - copie

Pour s’inscrire, c’est ici !

 

Lyon Affiche OL

Monaco : prêtre agressé dans l’église Sainte-Dévote

Monaco Sainte Devote

Un lecteur que je remercie, m’informe qu’un “déséquilibré” a agressé un prêtre hier au soir, vendredi 9 juin, dans l’église Sainte-Dévote avant, semble-t-il, de se réfugier dans la sacristie. La police monégasque est intervenue et a interpellé l’agresseur. D’autres informations sont attendues.

 

Source

Mexique : prêtre violemment agressé à Tijuana

AntonioZambrano_ArquidiocesisTijuana_090617

Dans la nuit du 8 juin, un individu a attaqué le Père Juan Antonio Zambrano García, prêtre de la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Tijuana. Alors que le prêtre était sur le point d’aller se coucher dans le presbytère, il a entendu des aboiements de chiens. Sortant pour voir ce dont il s’agissait, il a été attaqué par un individu armé d’un couteau. Le prêtre a évité un coup de couteau mais l’individu était aussi armé d’un tournevis dont il a frappé le prêtre tout près de l’oreille gauche, avant de prendre la fuite. Transporté à l’hôpital, une intervention chirurgicale a permis d’extraire le tournevis profondément enfoncé dans sa boîte crânienne mais qui n’a pas touché le cerveau. Le pronostic vital du prêtre n’est pas engagé.

 

Source : ACI Prensa, 9 juin

Égypte : les chrétiens invités à réduire leurs visites aux églises…

MisaortodoxaElCairo_FlickrGuillenPerez_090617

Le gouvernement égyptien n’en est pas à une contradiction près… Alors que le ministère du Tourisme promeut la venue de chrétiens étrangers pour pèleriner sur le chemin emprunté par la Sainte Famille lors de la fuite en Égypte, le ministère de l’Intérieur tient un tout autre discours. Magdi Abdel Ghaffar, ministre de l’Intérieur, a réuni le 8 juin dernier les responsables de la sécurité des provinces où les risques majeurs d’attentats terroristes sont les plus probables et il a recommandé aux chrétiens de diminuer leurs visites aux églises et aux monastères… C’est bien mal connaître les chrétiens égyptiens : si une église est attaquée, toutes les autres sont bondées de fidèles !

 

Source : ACI Prensa, 9 juin

Monaco : précisions sur l’agression du prêtre à Sainte-Dévote

23b

J’ai reçu, hier au soir à 21 h, des informations sur l’agression contre un prêtre en l’église Sainte-Dévote, survenue vendredi soir. Ce soir là, les catéchistes de la paroisse avaient organisée une soirée consacrée au pèlerinage accompli à Fatima (Portugal) par des jeunes d’une école catholique en avril dernier. La soirée devait se composer de la célébration à 19 h d’une messe suivie d’une projection des diapositives prises à Fatima, puis d’un pique-nique. Vers 18 h 30, alors que des jeunes commençaient à installer des tables sur le parvis de l’église, un inconnu leur a demandé à quelle heure serait célébrée la messe puis il est entré dans l’église et s’est dirigé vers la sacristie où le curé de la paroisse, le Père Jean-Christophe Genson, se trouvait seul en train de se préparer pour la célébration. C’est là que l’individu l’a agressé, sans doute à coups de poing au visage. Alertés, les services de sécurité et les pompiers de la principauté sont rapidement arrivés sur les lieux. Le prêtre a été emmené par les pompiers et n’a pas reparu de la soirée, tandis que l’agresseur était interpellé par la police. Ce dernier, selon la police, serait un déséquilibré d’origine italienne qui n’a pas immédiatement été placé en garde à vue, en raison de son état, mais interné en psychiatrie dans un hôpital – peut-être au Centre hospitalier Princesse Grace.

 

Source

Bourges : précisions sur la profanation d’une église


eglise st pierre Bourges

Décidément, la soirée d’hier a été fertile en information. Outre l’affaire de l’agression du prêtre à Monaco – sur laquelle la presse locale est pour l’heure muette –, j’ai reçu du diocèse de Bourges deux courriels sur la profanation d’une église en mai dernier (voir ici et ). Le premier, à 21 h 29, du délégué diocésain à l’information, répondait à ma demande de précision de la veille sur l’identité de l’église où la profanation s’était déroulée. Le délégué me confirme :

« En effet, il s’agit bien de l’église Saint-Pierre de Bourges et non de la cathédrale qui a été l’objet de la profanation "Le second, à 22 h 16, transmis par ce même délégué diocésain, est un communiqué du chanoine Stéphane Quessard, vicaire épiscopal et curé doyen de la paroisse Saint-Guillaume (dont l’église Saint-Pierre fait partie) :

« Suite à la profanation perpétrée dans l’église Saint-Pierre de Bourges lors du tournage d’un clip vidéo mettant en scène le rappeur Vin2S qui a scandalisé de nombreux fidèles, clip mis en ligne le 26 mai et retiré le 6 juin, Mgr Armand Maillard, archevêque de Bourges, a décidé la fermeture de cette église par décret. L’église Saint-Pierre sera rouverte lors de la messe de réparation prévue par le Code de droit canonique (canon 1211) en cas de profanation, qui aura lieu le mercredi 14 juin à 18 h 30 ».

 

Source

dimanche, 11 juin 2017

Législatives: L’Union des démocrates musulmans français présente dans plusieurs circonscriptions

Porte-parole de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF), Eric Berlingen est candidat dans la première circonscription de l’Essonne face à Manuel Valls. Alors que le président de ce même parti, Nagib Azergui se présente dans la première circonscription de Seine -et- Marne. Dans cette interview pour l’Esprit d’actu, ils reviennent sur les bons scores obtenus par l’UDMF lors des précédents scrutins, et expliquent pourquoi l’UDMF présente d’autres candidats dans plusieurs circonscriptions pour les élections législatives, dont le premier tour aura lieu le 11 juin 2017.

Source

C’est arrivé un 10 juin…

 

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 10 juin 1236 : le concile de Tours interdit aux croisés et aux Chrétiens de maltraiter les juifs.
  • le 10 juin 1534 : Jacques Cartier est le premier européen à découvrir le Saint-Laurent.

Jacques Cartier est le premier européen à découvrir le Saint-Laurent sur le continent nord-américain. Parti de St-Malo, il arrive à Terre-Neuve, puis le10 juin, il découvre et commence l'exploration de l'estuaire d'un fleuve qu'il nomme le St-Laurent.

 

  • le 10 juin 1574 : prise de Saint-Lô par l'armée royale.

Les troupes royales sous le commandement du maréchal de Matignon enlèvent Saint-Lô, tenue par les Huguenot, après un siège de deux mois environ.

  • le 10 juin 1637 : naissance de Père Jacques Marquette, explorateur et missionnaire jésuite français, découvreur du Mississippi avec Louis Jolliet.

Né à Laon le 1er juin 1637, Jacques Marquette est le sixième enfant de Nicolas Marquette de La Tombelle.  Il est ordonné prêtre à 29 ans et sollicite d'être envoyé en mission "ad exteras nationes". Il embarque donc à La Rochelle au début du mois de juin 1666 et arrive à Québec le 20 septembre. Il passe un an à Trois-Rivières à étudier le montagnais et d'autres langues indiennes ; il en parle couramment une demi-douzaine. Avec Joliet, il explore le Mississippi, et y reste pour continuer l'évangélisation des indiens. Il décède  le 18 mai 1675.

  • le 10 juin 1673 : naissance de René Duguay-Trouin, corsaire français.

René Duguay-Trouin est un corsaire français né à Saint-Malo. D'une famille d'armateurs bretons, il débute sa carrière en 1689 et reçoit très tôt le commandement d'un navire. Il connaît une ascension très rapide grâce à ses qualités de chef au combat: capitaine de navire corsaire à 18 ans, capitaine des vaisseaux du Roi à 24 ans, chevalier de l'ordre de Saint-Louis à 34, anobli à 36, chef d'escadre à 42. Il siège à 50 ans en 1723 au Conseil des Indes, et est nommé lieutenant général des armées navales en 1728, pour finir par commander les ports de Brest en 1731 puis de Toulon en 1736. Ses campagnes sont parmi les plus belles de l'histoire navale française. On estime à un peu plus de quatre-vingts le nombre de combats et d'abordages auxquels Duguay-Trouin participe ou qu'il dirige de 1689 à 1711, soit en moyenne près de sept par an.

De toutes les expéditions de Duguay-Trouin, la plus célèbre est la prise de Rio de Janeiro en 1711. L'objectif est d'intercepter la flotte annuelle de l'or qui part du Brésil vers Lisbonne. En 1710 le capitaine Duclerc parti attaquer le Brésil avec 5 vaisseaux et un millier de soldats, a fini prisonnier avec plus de 600 hommes, puis assassiné. Quand René Duguay-Trouin décide de lancer cette opération, la France est en pleine Guerre de Succession d'Espagne, et le Brésil, une colonie portugaise alliée de l'Angleterre contre la France.

Le retentissement de la prise de la ville est considérable en Europe, tout particulièrement chez les nations maritimes en guerre contre la France, donc les Anglais, qui viennent d'essuyer un désastre complet dans une tentative de débarquement sur Québec. Ce succès a sans doute poussé les Anglais à signer la suspension d'armes du 17 juillet 1712. Duguay-Trouin est acclamé en héros :

Il meurt le 27 septembre 1736 à Paris ; d'abord inhumé à l'église Saint-Roch de Paris. Retrouvés, ses ossements sont, en 1973, à l'occasion du tricentenaire de sa naissance, rapatriés de Paris jusqu'à Saint-Malo, et ré-inhumé à la cathédrale Saint-Vincent.

  • le 10 juin 1794 : la Convention décrète la Terreur.

Certains historiens datent son début de la création du tribunal révolutionnaire, en mars 1793. Le 10 juin, les pleins pouvoirs sont conférés au tribunal révolutionnaire. La Terreur, la répression révolutionnaire se durcit avec la loi du 22 prairial an II. Celle-ci supprime la défense (plus d'avocats) et l'interrogatoire préalable des accusés, ne laissant au tribunal que le choix entre l'acquittement et la mort.

Ces décisions débouchent sur une accélération des procédures et une augmentation des condamnations. Pour le seul mois de juin 1794, on procède à 2 000 exécutions à Paris et la guillotine fonctionne jusqu'à six heures par jour. Les pavés parisiens disparaissent sous une couche de sang séché s'écoulant vers la Seine. La « Grande Terreur » commence.

  • le 10 juin 1809 : bulle d'excommunication de Napoléon Bonaparte.

Dans la bulle d'excommunication du 10 juin 1809, Pie VII juge sans ménagement Napoléon Bonaparte : « Nous avons, dit-il, inutilement épuisé toutes les ressources de l'humilité, de la modération et de la mansuétude, pour défendre les droits et le rôle de l'Eglise, auprès de celui qui s'était concerté avec les impies dans le but de la détruire ; qui avait affecté de l'amour pour elle, afin de la trahir plus facilement ; qui avait feint de la protéger pour l'opprimer avec plus de sécurité ».

Cité par Charles Van Duerm dans Rome et la Franc-maçonnerie page 48, aux éditions Desclée de Brouwer

  • le 10 juin 1810 : un Arrêté de Police assigne les 13 "cardinaux noirs", à résidence forcée.

Des 24 cardinaux français se sont les seuls qui refusèrent d'assister au 2è mariage de Napoléon. Ils sont mis en résidence forcée, éloignés les uns des autres, après leur avoir supprimé leur pension, mis leurs biens sous séquestre et scellés et interdit de porter tous vêtements pouvant rappeler leur titre de cardinal…

  • le 10 juin 1836 : décès d'André Marie Ampère, à 61 ans.

Physicien, chimiste, mathématicien, inventeur, philosophe et poète, André Marie Ampère invente le premier télégraphe électrique, l'électroaimant (avec Arago) et énonce la théorie de l'électromagnétisme en 1827. Il invente une unité de courant électrique : l'ampère qui devient par la suite l'unité internationale de cette mesure.

André-Marie Ampère est né le 20 janvier 1775 à Lyon. Il montre d'impressionnantes capacités intellectuelles dès son plus jeune âge : à 4 ans, il sait déjà lire. Tout au long de sa vie, il s'efforce de démontrer des théories sur l'électromagnétisme, sa première datant de 1827.

Napoléon le nomme, en 1808, Général de l'Université française impériale. Six ans plus tard, il devient membre de l'Académie des sciences de Paris. Il meurt le 10 juin 1836 à Marseille.

  • le 10 juin 1883 : début de l'expédition de Charles de Foucauld au Maroc.

Charles de Foucauld commence son l'expédition au Maroc. Ce jeune militaire français né en 1858, décide de démissionner de l'armée pour parcourir le territoire marocain en se faisant passer pour un juif. Il prépare minutieusement son périple depuis la Tunisie, où il a retrouvé un camarade de Saint Cyr et de Saumur, Maurice Crété, démissionnaire de l'armée d'Afrique aussi, et qui s'est installé en Tunisie pour développer le pays. Ce pionnier moderne lui donne une mule que Charles de Foucauld utilise pour son périple.

« La situation au Maroc était dangereuse pour un chrétien ; effectuer seul une telle expédition sans moyens puissants… relevait du domaine de l'impossible, même si le sultan en donnait l'autorisation, ce qui était hautement improbable et n'aurait d'ailleurs pas servi à grand-chose. »

Tunisie, pour mémoire… de Yves Pagès (Editions Marmelades, pages 97)

Il finit le tour du pays le 23 mai 1884, et publie un livre en 1888, "Reconnaissance au Maroc", dont les croquis topographiques serviront pour la pacification future du pays. Au contact du désert, il prend conscience du vide spirituel de sa vie et finit par se convertir. Il meurt assassiné en Algérie en 1916 devant son ermitage, il est béatifié en 2005.

  • le 10 juin 1940 : Mussolini déclare la guerre à la France.

L'Italie entre en guerre alors que son armée n'est pas tout à fait prête. Elle profite de la faiblesse de la France pour lui déclarer la guerre. Aux côtés de l'Allemagne nazie, avec qui elle a conclu le pacte d'Acier, elle fait de même vis-à-vis du Royaume-Uni.

  • le 10 juin 1944 : massacre d'Oradour-sur-Glane par les SS.

L'église où périrent les femmes et les enfants

  • le 10 juin 1995 : agression des défenseurs de la vie.

Rassemblés devant la clinique Ordener, à Paris, à l'appel du docteur Xavier Dor, ils sont agressés par les membres de la ligue des droits de l'homme, le MRAP, le PCF, les Verts, la LCR, Sos Racisme, Ras le Front, la Cadac (coordination des associations pour le droit à l'avortement et à la contraception) aux cris de « Gloire à Satan » et au chant de l'internationale.

(Voir les chroniques du 4 juillet, du 24 octobre, du 10 novembre, et du 6 décembre)

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 434)

 

Source

Accueil Société Jaime Mayor : “Le djihadisme prospère car nous sommes faibles” Société Jaime Mayor : “Le djihadisme prospère car nous sommes faibles”

 

Louis de Raguenel, Maria Victoria Juliani
 
 

Ministre de l’Intérieur espagnol de 1996 à 2001, Jaime Mayor Oreja, après avoir mené une lutte implacable contre l’ETA, constate que les attentats sont la conséquence de la perte de valeurs de la société occidentale. Explications.

Quelles décisions l’Europe doit-elle prendre pour faire face au terrorisme ?

La première décision serait d’essayer de comprendre ce qui nous arrive et pourquoi cela nous arrive. Nous ne mesurons toujours pas la profondeur de la crise et, en conséquence, la gravité de la menace. La cause de ce qui nous arrive ne se trouve pas uniquement dans la décision de certains groupes djihadistes. Elle réside surtout dans la crise de valeurs qui caractérise actuellement les Européens. Puisque les terroristes nous voient faibles, sans principes, sans valeurs, fracturés, nous sommes frappés avec plus d’intensité. La menace est intrinsèquement liée à notre propre crise.

Est-il possible de lutter efficacement contre le terrorisme ?

Le terrorisme ne se base pas que sur un groupe ou une organisation : il s’appuie toujours sur un projet politique. Bien sûr qu’il est possible de lutter contre le terrorisme, dans la mesure où nous sommes capables de tracer un projet politique. Quand j’étais ministre de l’Intérieur, j’ai défini une équation élémentaire, mais basée sur la vérité : plus d’Espagne égale moins d’ETA, tandis que moins d’Espagne entraîne plus d’ETA. Aujourd’hui, nous pouvons appliquer la même équation. Moins de valeurs entraînent plus de djihadisme. La première décision que nous devons prendre est de renforcer nos grands principes et nos valeurs. Il est impossible de lutter efficacement contre le terrorisme avec la fracture sociétale actuelle. Tous les Européens ne sont pas chrétiens, mais il faut que tous admettent que les racines européennes le sont. Il faut éviter les projets politiques qui tournent à l’obsession pathologique, cherchant à remplacer les valeurs chrétiennes par le vide. Cette négation est l’expression de la crise. La refondation et la réconciliation ne pourront pas se faire à travers du marketing, l’argent ou le mensonge. Insistons vraiment : les valeurs chrétiennes sont la racine de l’Europe, et elles seules sont capables de contrer l’islamisme radical.

Quelle est la situation en Espagne ?

La situation est similaire à celle des autres pays européens. Il y a une montée du populisme d’extrême gauche. Par rapport à la France, nous avons un nombre inférieur de migrants issus de différentes cultures et nous avons plus d’expérience dans la lutte antiterroriste. Alors que le point faible de la France est la société qui a été construite, en Espagne le point faible est la nation.

Établissez-vous un lien entre l’immigration massive et le terrorisme ?

Dans la pratique, lorsque le volume de migrants, islamiques en particulier, n’est plus contrôlé, la tendance à la radicalisation augmente. S’il n’y a pas d’équilibre et s’il y a des quartiers dans lesquels il devient compliqué de continuer à vivre, il est évident que les sociétés se fracturent plus aisément, comme on a pu le voir lors des élections françaises. Le fait que la candidate populiste ait atteint presque 35 % des voix explique qu’il y a effectivement une crise profonde.

Comment voyez-vous l’avenir ?

La solution ne sera jamais dans l’extrême, mais il ne faut pas non plus maintenir le statu quo. J’en appelle à un nouvel ordre international. Je ne crois pas en ce nouvel ordre mondial que préconise Macron ni en l’extrême populisme représenté par Le Pen ou Trump. Je pense que nous avons besoin d’un nouveau courant d’opinion européen appuyé sur des valeurs solides et des grands principes.

Propos recueillis par Louis de Raguenel et Maria Victoria Juliani.

Source

 

Lyon : la Ville réclame l’expulsion du GUD et de son Bastion social

Cette demande au tribunal d’instance, faite ce vendredi, intervient alors qu’une manifestation antifasciste a été organisée le même jour à Lyon.

 

 

Devant le tribunal d’instance, la Ville de Lyon et le Gud, groupuscule identitaire s’opposaient quant à l’occupation illégale d’un immeuble de la Presqu’île. Depuis fin mai, le groupe d'extrême-droite squatte un immeuble pour venir en aide aux Français, avec un mouvement appelé « Bastion social ».

 

Face au tribunal, la Ville a demandé l’expulsion des squatteurs sans délai qui occupe les lieux, rue du Port-du-Temple, "sans droit ni titre" rapporte Le Progrès. L’avocat des occupants, a lui, dénoncé l’incompétence du tribunal d’instance pour traiter cette affaire, qui pour ses clients, aurait dû être jugé devant le tribunal administratif. Avant de déclarer que l’immeuble n’était pas un bien privé et qu’il relevait du domaine public.

 

Une information immédiatement démentie par l’avocat de la Ville, affirmant que l’immeuble situé dans le deuxième arrondissement de Lyon appartenait bien au domaine privé. Il a ensuite demandé au tribunal, selon Le Progrès de "faire cesser immédiatement le trouble manifestement illicite doublé d’une revendication politique". La réponse du tribunal interviendra au 13 juin prochain.

 

Un nouveau rassemblement antifasciste

 

La même journée, une cinquantaine de personnes manifestaient pour dénoncer l’extrême droite dans sa globalité et plus particulièrement le squat ouvert par le Gud. Le rassemblement a eu lieu place des Jacobins dans le deuxième arrondissement de Lyon, entre 18 heures et 19h30. Les forces de l’ordre, en nombre, ont réussi à gérer les manifestants. Un seul incident a été noté par les policiers, une bouteille de bière lancée à leur encontre. L’auteur présumé a été interpellé et placé en garde à vue.

 

Source

Calvados : le slogan « Pas d’islamisation chez nous » sur les bulletins de vote du PDF est interdit pour « risque de trouble à l’ordre public »

Carl Lang, président du Parti de la France

Le Parti de la France, que dirige l’ancien eurodéputé Carl Lang, se présente aux élections législatives dans le cadre du cartel qui réunit aussi les Comités Jeanne, Civitas, le SIEL, l’Alliance Royale et la Ligue du Sud. Les candidats du Parti de la France couvrent 56 circonscriptions. Sur les bulletins de vote de leurs candidats figure en plus des noms des candidats et du logo du Parti de la France, le slogan suivant : « Pas d’islamisation chez nous : Défendons nos familles, nos traditions, nos libertés« .

Mais Carl Lang a signalé qu’il s’est trouvé un magistrat, président de la commission de propagande du Calvados, pour, de manière totalement arbitraire et contraire au code électoral et à la jurisprudence, décider de rejeter ces bulletins de vote avec la mention « Pas d’islamisation chez nous«  au motif totalement fallacieux de risque de trouble à l’ordre public.

Or, explique le président du PDF, « il n’y a malheureusement pas de recours possible avant l’élection face aux décisions arbitraires et militantes de ce genre de commissaire politique. Nos candidats vont donc devoir livrer leurs bulletins de vote dans chacune des mairies de la circonscription et nos bulletins ne seront pas dans les enveloppes envoyées à chaque électeur« .

 

Source : medias-presse.info

L’ultradroite promet une bataille navale antimigrants

EuropeDes groupuscules ont lancé une campagne de crowdfunding pour empêcher les ONG de sauver des vies en mer.

Divers groupements identitaires d'Europe veulent empêcher les missions humanitaires de sauver des migrants.

Divers groupements identitaires d'Europe veulent empêcher les missions humanitaires de sauver des migrants.

 

«Stop the invasion!» Dans une vidéo postée sur Facebook et un site dédié à une opération de crowdfunding, des militants d’extrême droite anti-islam et antimigrants en appellent aux donateurs pour «défendre l’Europe» dans une «grande mission de sauvetage». De quoi s’agit-il en fait? Un texte l’explique clairement: «Si besoin, de tenir tête en mer aux bateaux des ONG et autres trafiquants d’être humains» qui «font leurs affaires sur le dos des clandestins». C’est-à-dire empêcher des missions humanitaires de sauver des vies. Non sans cynisme, ces militants d’ultradroite, adeptes de l’action directe, précisent que «si nous rencontrions des clandestins en détresse, nous leur viendrions bien évidemment en aide en les raccompagnant jusqu’aux côtes africaines». On peut en douter puisque ces «migrants illégaux» sont qualifiés «d’ennemis de l’Europe» et les ONG de «contrebandiers humains».

Depuis la création, le 17 avril, du site defend-europe.org par un Autrichien de Graz, les groupuscules identitaires français (dont Génération identitaire), autrichiens, allemands et italiens, auraient récolté près de 100 000 dollars (97 000 francs), selon le site d’information américain salon.com. Ces sommes sont destinées à constituer un équipage, financer la logistique et acheter un bateau pour des opérations menées cet été. En réaction à ce crowdfunding antimigrants, une association parisienne d’aide aux réfugiés, le Baam, a appelé des internautes à faire pression sur l’opérateur de paiement en ligne Paypal pour qu’il refuse de se prêter à cette collecte, selon arretsurimages.net.

Le 12 mai, un groupe de 4 activistes est passé à l’action. Ils ont tenté d’empêcher l’Aquarius, le bateau de l’ONG SOS Méditerranée, de quitter le port de Catane en Sicile, en s’interposant avec un bateau gonflable, à la manière des militants de Greenpeace. Ces jeunes étaient interpellés par les garde-côtes italiens, placés en garde à vue et relâchés, avant de probables poursuites judiciaires.

Les mêmes militants identitaires mènent aussi des actions à terre. En septembre, ils avaient muré l’entrée d’un futur centre d’accueil de migrants à Montpellier dans le sud de la France. Ce sont aussi ces groupes qui avaient lancé en 2007 une soupe «identitaire» à base de cochon, pour les SDF. Bien qu’interdite par une ordonnance du Conseil d’Etat, qui jugeait cette initiative discriminatoire et pouvant troubler l’ordre public, cette distribution continue à Paris, le premier lundi de chaque mois.

Olivier Bot

Source

Élisabeth Guigou voilée à la mosquée de Pantin

 

“L’ex-ministre de la Justice s’est rendue à la rupture du jeûne du ramadan lundi 5 juin à la mosquée dite du nouveau gymnase à Pantin. En pleine élection législative, comme bon nombre de ses collègues, élus de tous bords, Élisabeth Guigou est venue faire campagne à la mosquée” rapporte Le Point. “Elle a  apporté son soutien à la construction de la grande mosquée de Pantin”.

Un voile qui a aussitôt suscité une polémique sur les réseaux sociaux. Les internautes “jugeant” que ce port du voile est une atteinte à la laïcité.

Source

Lyon : dîner de soutien pour les chrétiens d’Alep !


Lyon Diner soutiel OL

OL SOS Chretiens d'Orient - copie

Pour s’inscrire, c’est ici !

Lyon Affiche OL

Profanation à Bourges : le diocèse la dénonce aujourd’hui

Bourges profanation

Le clip de rap tourné dans une église de Bourges, l’a bien été sans autorisation du diocèse. Il s’agit là d’une violation des stipulations de la loi de 1905, doublée d’une profanation puisque le rappeur Vin2S est filmé assis sur un autel… J’avais écrit au diocèse, le 3 juin, pour avoir des réponses à ces faits scandaleux. J’ai reçu un communiqué daté de ce jour que vous pourrez lire ci-dessous. Des lecteurs m’avait signalé que ce n’était pas cathédrale du diocèse qui avait été profanée de la sorte, mais l’église Saint-Pierre-le-Guillard (paroisse Saint-Guillaume). J’ai également écrit au curé de cette paroisse le 4 juin, mais je n’en ai pas reçu de réponse. Le communiqué du diocèse est muet sur l’église où la profanation s’est déroulée : j’ai donc demandé ce jour au délégué à la communication de me confirmer qu’il s’agit bien de l’église que des lecteurs m’ont signalée. Le rappeur a supprimé sa vidéo dès le 5 juin.

 

Suite-au-tournage-sauvage-dun-clip-dans-une-église-de-Bourges - copie

Source

Le programme radical de la Grande Mosquée de Paris expliqué par Lina Murr Nehmé


 

Lina Murr Nehmé interviewée le 7 juin 2017. Première partie. Sont abordées les références de l’école d’imâms de la Grande Mosquée de Paris, l’Institut Ghazali, selon son Guide de l’étudiant. Puis le qualificatif de « quiétiste » accordé au salafisme saoudien est discuté. Ses livres sont disponibles chez Amazon.

Source

jeudi, 08 juin 2017

DE LA GUERRE ECONOMIQUE, VERS LA GUERRE CIVILE

Selon un ouvrage de Jean Fourastié (paru en 1979) l’Europe en général et tout particulièrement la France ont connu une période de croissance économique durable entre 1945 et 1975, dénommée les Trente Glorieuses.

Ce que l’on sait moins, c’est aussi que vers la fin de cette période on a assisté à la revanche des vaincus, à savoir l’Allemagne, l’Italie et surtout le Japon, pays qui avaient modernisé leurs outils industriels à toute vitesse. Pour leur part, les fils du Soleil Levant parcouraient le monde entier armés de leurs Canon et Nikon en mitraillant les chaînes de fabrications européennes, pour ensuite copier (et améliorer) les produits qu’ils allaient fabriquer made in Japan et revendre par la suite moins chers. De juteux partenariats leur ont permis de sous-traiter d’innombrables productions via Taïwan (ex Formose), la Corée du Sud, les Philippines et la Chine, afin d’inonder l’Europe et de concurrencer nos industries. Par manque de clairvoyance, d’anticipation et de naïveté, nous en payons encore les conséquences aujourd’hui. Merci le GATT, puis l’Organisation Mondiale du Commerce…

Terrorisme et guerre civile.

Partout en Europe on a été confronté à une multitude d’attentats depuis 60 ans, commis par le FLN, l’ETA, l’IRA, les Brigades Rouges, la RAF, Action Directe, le GIA, le GSPC ou autres commandos islamistes.

Mais voici quelques mois, nombreux sont les gouvernants, les hauts responsables des services de sécurité et les politiciens qui nous parlent de « guerre civile », sans trop s’étendre sur le sujet.

De quel type ? Sur le modèle de la guerre civile en Irlande du Nord de 1916 à 2005 ? Comme en Espagne, qui de 1936 à 1939 a connu l’affrontement entre Républicains et Nationalistes ? Ou encore comme au Liban où les combats avec les Palestiniens de 1970 à 1976 ont conduit à une guerre de religions jusqu’aux accords de Taïef en 1989 ?

QUI est notre ennemi ? OU se trouve-t-il ? QUELS sont ses moyens ?

A la guerre, il faut être prêt à tout ce qui est possible et non pas seulement probable. Nous devons être prêt (physiquement et psychologiquement) aussi à affronter des ennemis qui nous attaquent chez nous. Et ce n’est pas avec des pleurnicheries, des manifestations commémoratives grotesques avec des doudous et des fleurs, ni en mettant un bulletin dans l’urne, que nous vaincrons nos ennemis, leurs complices et leurs commanditaires. Il faut faire face : « si vis pacem, para bellum*», et cesser de se comporter en peuples castrés et asservis.

Manipulation des masses, mensonges et falsifications.

Afin de pouvoir encadrer les populations et de les orienter dans la direction souhaitée, le système adopte la stratégie suivante :

· Faire appel à l’émotionnel plus qu’à la réflexion.

· S’adresser au public comme à des enfants.

· Encourager l’opinion publique à se complaire dans la médiocrité.

· Distraire et détourner l’attention.

· Connaître les individus, mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes.

· Créer des problèmes, puis offrir des solutions.

· Différer les informations pour en faire perdre la cohérence.

· Remplacer la colère par la culpabilité et la révolte par la repentance.

Face à la propagande du Régime, il faut faire preuve de bon-sens et s’efforcer à une analyse lucide des évènements, par une recherche et la confirmation des informations, en dehors des médias aux ordres et subventionnés par le Pouvoir.

Avant toute chose, nous devons oser penser, puis oser agir, sans tergiverser, avec détermination.

Pieter KERSTENS.

*« Si tu veux la paix, prépare la guerre »

jeudi, 27 avril 2017

TERRE & PEUPLE Magazine n°17 résumés de lecture

 

17

 

Le numéro 17 de Terre et Peuple débute par la recommandation que nous fait Pierre Vial de “penser à notre âme”, notre âme collective, celle qui nous méritera, non pas l’éternité, mais la pérennité en tant que peuple. Celle qui nous préservera, entre autres maux, de l’enfer du Golem américain, colosse d’argile irresponsable et fou.

Ensuite, Bernard Marillier, inépuisable sur le sujet de la symbolique, relève à propos de la chouette, entre autres, que l’aigle et elle représentent les deux formes fondamentales de la connaissance: la chouette, la connaissance rationnelle, par la perception de la lumière lunaire qui n’est que reflet, et l’aigle, la connaissance intuitive, par la perception directe de la lumière du soleil, que l’aigle reçoit les yeux ouverts.

Thomas Stahler décline l’origine, le rôle, l’importance, le sexe du dieu Soleil chez les indo-européens. Fils du dieu du ciel, il est presque partout de sexe mâle et possède rarement une épouse. Son rôle est d’abord limité: de son char céleste, il voit tout ce qui se passe sur terre. Mais il deviendra primordial sous les dernier Romains et, dans l’image du Sol invictus (le soleil invaincu), la figure emblématique des silhouettes européennes les plus rayonnantes, tels l’Empereur Julien, Frédéric II de Hohenstaufen et Louis XIV. Apollon reviendra, et pour toujours. Mais était-il vraiment parti ?

Pierre Bérard a cuisiné pour nous une copieuse et savoureuse recension du pamphlet de David Martin-Castelnau, “Les francophobes”, lequel fait l’inventaire de ce “grumeau de forces hétérogènes”. Cela débute par les Nazificateurs, acteurs éminents de l’oligarchie. Se trouve classé comme tel Bernard-Henry Lévy, qui prétend voir dans la France la patrie du national-socialisme. A ce bobard, répond l’imposture de la France raciste, répandue par la deuxième catégorie, les Xénophiles, qui confèrent aux immigrés un “statut victimaire”. La série se complète avec les Américanouillards, franchouillards repentis et reconvertis, avec les Darwiniens ou libéraux, surhommes du marché total, et avec les haineusement corrects, clients fidèles des sacrifices humains.

Mais le dossier central de ce numéro de T&P, dossier crucial, évoqué en couverture par un portrait de Recep Tayyip Erdogan, est consacré au refus résolu de l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Encore faut-il savoir de quelle Europe il s’agit: de l’Europe-marché, marche-pied de l’hégémonie turque, ou de l’Europe-puissance que nous voulons, “bloc civilisationnel enraciné dans une histoire plurimillénaire et dans une géographie bien comprise, fondé sur un héritage très charnel à la fois helléno-germanique et pagano-chrétien,” qu’a ainsi défini Christopher Gérard. Ce que la Turquie ne pourra jamais être...

Pierre Vial rappelle la succession séculaire des affrontements de la Turquie avec l’Europe. Chaque fois, un choc frontal de deux civilisations, de deux visions du monde inconciliables. Le mot turc apparaît treize siècles avant JC dans des annales chinoises, avant d’être repris par les Arabes, pour qui il signifie brutal. C’est eux qui fonderont le royaume de Mongolie et c’est contre eux que sera été élevée la Grande Muraille de Chine. Les peuples turco-altaïques domineront la haute Asie, de la Mandchourie au Turkestan. C’est eux encore qui, emmenés par Attila, secoueront l’empire romain affaibli, qui sera sauvé, aux Champs Catalauniques, grâce à la coalition des Européens. C’est une autre vague turque, les Avars, que Charlemagne aura beaucoup de peine à endiguer. Les Bougres ou Bulgares et les Khazars menaceront ensuite les Byzantins et seront heureusement inquiétés eux-mêmes par la poussée arabe et musulmane. Islamisés, ils auront tôt fait de s’émanciper et puis de supplanter et de remplacer les sultans arabes. Les croisades sont, en fait, la contre-attaque européenne à la poussée asiatique. Après une période victorieuse, elles connaîtront revers sur revers et, non seulement la Terre Sainte, mais l’Empire romain d’orient et les Balkans seront conquis par les Turcs, qui ne seront arrêtés qu’à Vienne, il y a moins de trois siècles. Si la plupart des Européens l’ignorent, tous les Turcs le savent et en nourrissent fierté et ambition.

Bernard Marillier met en lumière la spécificité de l’islam turc et Thomas Stahler évalue la réalité, considérable, du paganisme turc: Tanri, le dieu du ciel, voit son nom utilisé aussi bien que celui d’Allah pour désigner Dieu et le croisant de lune comme l’étoile ne sont ni musulmans ni arabes.

Jean Mabire trace le portrait d’Enver Pacha, Albanais ou Bosniaque qui s’est voulu l’éveilleur de peuples turcs asiatiques. Il est le pendant inversé de Moustapha Kémal, Turc de Salonique, qui a entrepris de convertir l’empire ottoman en une nation moderne, aussi européenne que possible.

Jean-Gilles Malliarakis démontre par la géopolitique, notamment celle de l’eau et celle du pétrole, que “le rêve d’un monde turc de l’Adriatique à la muraille de Chine”, élément de l’identité turque, est irréductible à l’identité européenne.

Stéphane Bourhis, enfin, développe cinq bonnes raisons de dire non à l’entrée de la Turquie dans l’Europe.

Le numéro se clôture sur un bel hommage de François Fresnay à Leni Riefenstahl et sur une présentation, par Gilles de Fleury, de la BD de fiction spatiale Sillage.

 

In Renaissance Européenne n°58

ill : couverture de la revue Terre & Peuple n° 17

Macron est pour le port du voile en entreprise (Meeting de Lyon 04/02/17)


Anzin (59) : un bébé blessé par des caillasseurs de bus, l’oncle se lance à leur poursuite

Ce mardi soir, trois jeunes auraient lancé des pierres sur un bus qui circulait dans Anzin. Un bébé s’est retrouvé blessé par des éclats de verre. Son oncle s’est alors lancé à la poursuite des suspects. Il en a interpellé deux. Et les policiers ont arrêté le troisième peu après.

Il était près de 20 heures ce mardi. Un bus Transvilles était en train de circuler dans Anzin. Le car devait se trouver au niveau de la rue Louise-Michel lorsque trois individus auraient commencé à lancer des pierres en direction du bus. La vitre arrière du bus vole en éclat. Deux bébés d’un et deux ans, une petite fille de quatre ans et trois adultes étaient assis à l’arrière du car. «  La vitre a littéralement explosé, témoigne la maman du bébé de deux ans. Le bruit du carreau qui a explosé, c’était vraiment impressionnant ! Il y avait des morceaux de verre sur les enfants et dans les cheveux de ma sœur. Tout le monde s’est mis à crier dans le bus ! Mon bébé saignait de partout. Il avait des coupures aux mains et à la bouche.  »

La VDN

Source

Mantes la Ville : le FN Refuse la Mosquée

 

Mantes la Ville, 20000 habitants, à 50 km à l’ouest de Paris, est la seule ville gérée par le Front National en Ile de France. La promesse électorale de Cyril Nauth, le maire, est son combat judiciaire : récupérer un ancien bâtiment des impôts vendu à la communauté musulmane pour en faire une mosquée.

Mantes la ville mosquee

Tout à l’opposé de Mantes la Jolie, de ses tours, et de son quartier du Val fourré, Mantes la Ville est une commune de 20 000 habitants, essentiellement pavillonnaire, remplie d’espaces verts, en bord de Seine, traversée par l’autoroute A13. Fort bassin d’emplois ouvriers dans les années 1970, avec les usines Talbot de Poissy, ses grandes carrières de craie, et le leader européen du cellophane, elle a subi de plein fouet la désindustrialisation. Depuis 1945, la commune votait à gauche.

En 2014, une quadrangulaire surréaliste oppose au 2ème tour Monique Brochot, maire PS sortante, l’ancienne députée maire Annette Peulvast, ex PS mais non investie par le parti, Eric Visaintanier pour Les Républicains, et Cyril Nauth, qui était jusque là professeur de français en lycée technique, pour le Front National. Résultat, avec 30,26% des voix, Eric Nauth est élu maire. Son programme tient essentiellement en 2 points : diminuer le budget de fonctionnement de la commune, en baissant une masse salariale d’environ 20 millions d’euros, et s’opposer à la transformation en mosquée d’un ancien bâtiment des impôts vendu à l’association des musulmans de Mantes quelques mois avant les municipales de 2014, en bloquant le permis de construire accordé par l’ancienne municipalité.

3 ans plus tard, la masse salariale a été diminuée de 2 millions d’euros, par diminution des postes. Et l’affaire de la mosquée, 7 procédures judiciaires plus tard dont certaines encore en cours, n’est toujours pas réglée. Abdelaziz El Jaouhari, président de l’association des musulmans est sûr de son bon droit, et doit faire face aux procédures judiciaires intentées par la mairie. Il les a toutes gagnées jusque là, la justice ayant même condamné Cyril Nauth pour abus de pouvoir.

Quelques semaines avant le premier tour, nous sommes allés voir à quoi ressemble une gestion municipale frontiste, pour rencontrer à plusieurs reprises tous les protagonistes de cette histoire, et savoir si 3 ans de pouvoir Front National à la mairie allaient influer sur le vote Marine Le Pen aux présidentielles à Mantes la Ville.

Christophe Tisseyre
Melissa Duquesne

Source

Toutes les instances représentatives musulmanes de France se mobilisent pour le vote Macron

A la veille du premier tour, l’UOIF, le mouvement des Musulmans de France, issue des Frères musulmans, avait déjà appelé à ne surtout pas voter Madame Le Pen. Le 24 avril ils ont réitéré tout comme la grande mosquée de Paris qui a appelé aujourd’hui les musulmans « à voter massivement » pour le candidat Emmanuel Macron du parti En Marche au second tour de l’élection présidentielle.

Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Amar Lasfar, président de l’Union des Organisations islamiques de France

Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et Amar Lasfar, président de l’Union des Organisations islamiques de France

« Il apparaît que tous les Français doivent impérativement rester unis et rassemblés face à la réalité de la menace incarnée par des idées xénophobes dangereuses pour notre cohésion nationale » a déclaré dans un communiqué la grande mosquée de Paris.

De son coté, l’Union des Organisations Islamiques de France, a été claire le 24 Avril dernier :

« Les résultats du premier tour des élections présidentielles de ce dimanche 23 avril, font de celles qui suivront, le 7 mai prochain, un rendez-vous déterminant, pour épargner à notre pays l’aventure, la menace de la division et la mise à mal d’une laïcité apaisée et fraternelle. L’Union des Organisations Islamiques de France appelle tous les musulmans de France, par-delà leurs opinions politiques, à ne pas se relâcher à cette occasion, et à aller voter massivement pour faire barrage aux idées de xénophobie et de Haine et donner au candidat Emmanuel Macron, le score le plus large. Par ce choix, nous espérons cohésion et prospérité à notre pays ».

Le CFCM (Conseil français du culte musulman), s’exprimera lui aussi dans l’entre-deux-tours « au vu de la situation exceptionnelle », a indiqué son président Anouar Kbibech.

 

Source