Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 avril 2017

TERRE & PEUPLE Magazine n°17 résumés de lecture

 

17

 

Le numéro 17 de Terre et Peuple débute par la recommandation que nous fait Pierre Vial de “penser à notre âme”, notre âme collective, celle qui nous méritera, non pas l’éternité, mais la pérennité en tant que peuple. Celle qui nous préservera, entre autres maux, de l’enfer du Golem américain, colosse d’argile irresponsable et fou.

Ensuite, Bernard Marillier, inépuisable sur le sujet de la symbolique, relève à propos de la chouette, entre autres, que l’aigle et elle représentent les deux formes fondamentales de la connaissance: la chouette, la connaissance rationnelle, par la perception de la lumière lunaire qui n’est que reflet, et l’aigle, la connaissance intuitive, par la perception directe de la lumière du soleil, que l’aigle reçoit les yeux ouverts.

Thomas Stahler décline l’origine, le rôle, l’importance, le sexe du dieu Soleil chez les indo-européens. Fils du dieu du ciel, il est presque partout de sexe mâle et possède rarement une épouse. Son rôle est d’abord limité: de son char céleste, il voit tout ce qui se passe sur terre. Mais il deviendra primordial sous les dernier Romains et, dans l’image du Sol invictus (le soleil invaincu), la figure emblématique des silhouettes européennes les plus rayonnantes, tels l’Empereur Julien, Frédéric II de Hohenstaufen et Louis XIV. Apollon reviendra, et pour toujours. Mais était-il vraiment parti ?

Pierre Bérard a cuisiné pour nous une copieuse et savoureuse recension du pamphlet de David Martin-Castelnau, “Les francophobes”, lequel fait l’inventaire de ce “grumeau de forces hétérogènes”. Cela débute par les Nazificateurs, acteurs éminents de l’oligarchie. Se trouve classé comme tel Bernard-Henry Lévy, qui prétend voir dans la France la patrie du national-socialisme. A ce bobard, répond l’imposture de la France raciste, répandue par la deuxième catégorie, les Xénophiles, qui confèrent aux immigrés un “statut victimaire”. La série se complète avec les Américanouillards, franchouillards repentis et reconvertis, avec les Darwiniens ou libéraux, surhommes du marché total, et avec les haineusement corrects, clients fidèles des sacrifices humains.

Mais le dossier central de ce numéro de T&P, dossier crucial, évoqué en couverture par un portrait de Recep Tayyip Erdogan, est consacré au refus résolu de l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Encore faut-il savoir de quelle Europe il s’agit: de l’Europe-marché, marche-pied de l’hégémonie turque, ou de l’Europe-puissance que nous voulons, “bloc civilisationnel enraciné dans une histoire plurimillénaire et dans une géographie bien comprise, fondé sur un héritage très charnel à la fois helléno-germanique et pagano-chrétien,” qu’a ainsi défini Christopher Gérard. Ce que la Turquie ne pourra jamais être...

Pierre Vial rappelle la succession séculaire des affrontements de la Turquie avec l’Europe. Chaque fois, un choc frontal de deux civilisations, de deux visions du monde inconciliables. Le mot turc apparaît treize siècles avant JC dans des annales chinoises, avant d’être repris par les Arabes, pour qui il signifie brutal. C’est eux qui fonderont le royaume de Mongolie et c’est contre eux que sera été élevée la Grande Muraille de Chine. Les peuples turco-altaïques domineront la haute Asie, de la Mandchourie au Turkestan. C’est eux encore qui, emmenés par Attila, secoueront l’empire romain affaibli, qui sera sauvé, aux Champs Catalauniques, grâce à la coalition des Européens. C’est une autre vague turque, les Avars, que Charlemagne aura beaucoup de peine à endiguer. Les Bougres ou Bulgares et les Khazars menaceront ensuite les Byzantins et seront heureusement inquiétés eux-mêmes par la poussée arabe et musulmane. Islamisés, ils auront tôt fait de s’émanciper et puis de supplanter et de remplacer les sultans arabes. Les croisades sont, en fait, la contre-attaque européenne à la poussée asiatique. Après une période victorieuse, elles connaîtront revers sur revers et, non seulement la Terre Sainte, mais l’Empire romain d’orient et les Balkans seront conquis par les Turcs, qui ne seront arrêtés qu’à Vienne, il y a moins de trois siècles. Si la plupart des Européens l’ignorent, tous les Turcs le savent et en nourrissent fierté et ambition.

Bernard Marillier met en lumière la spécificité de l’islam turc et Thomas Stahler évalue la réalité, considérable, du paganisme turc: Tanri, le dieu du ciel, voit son nom utilisé aussi bien que celui d’Allah pour désigner Dieu et le croisant de lune comme l’étoile ne sont ni musulmans ni arabes.

Jean Mabire trace le portrait d’Enver Pacha, Albanais ou Bosniaque qui s’est voulu l’éveilleur de peuples turcs asiatiques. Il est le pendant inversé de Moustapha Kémal, Turc de Salonique, qui a entrepris de convertir l’empire ottoman en une nation moderne, aussi européenne que possible.

Jean-Gilles Malliarakis démontre par la géopolitique, notamment celle de l’eau et celle du pétrole, que “le rêve d’un monde turc de l’Adriatique à la muraille de Chine”, élément de l’identité turque, est irréductible à l’identité européenne.

Stéphane Bourhis, enfin, développe cinq bonnes raisons de dire non à l’entrée de la Turquie dans l’Europe.

Le numéro se clôture sur un bel hommage de François Fresnay à Leni Riefenstahl et sur une présentation, par Gilles de Fleury, de la BD de fiction spatiale Sillage.

 

In Renaissance Européenne n°58

ill : couverture de la revue Terre & Peuple n° 17

Macron est pour le port du voile en entreprise (Meeting de Lyon 04/02/17)


Anzin (59) : un bébé blessé par des caillasseurs de bus, l’oncle se lance à leur poursuite

Ce mardi soir, trois jeunes auraient lancé des pierres sur un bus qui circulait dans Anzin. Un bébé s’est retrouvé blessé par des éclats de verre. Son oncle s’est alors lancé à la poursuite des suspects. Il en a interpellé deux. Et les policiers ont arrêté le troisième peu après.

Il était près de 20 heures ce mardi. Un bus Transvilles était en train de circuler dans Anzin. Le car devait se trouver au niveau de la rue Louise-Michel lorsque trois individus auraient commencé à lancer des pierres en direction du bus. La vitre arrière du bus vole en éclat. Deux bébés d’un et deux ans, une petite fille de quatre ans et trois adultes étaient assis à l’arrière du car. «  La vitre a littéralement explosé, témoigne la maman du bébé de deux ans. Le bruit du carreau qui a explosé, c’était vraiment impressionnant ! Il y avait des morceaux de verre sur les enfants et dans les cheveux de ma sœur. Tout le monde s’est mis à crier dans le bus ! Mon bébé saignait de partout. Il avait des coupures aux mains et à la bouche.  »

La VDN

Source

Mantes la Ville : le FN Refuse la Mosquée

 

Mantes la Ville, 20000 habitants, à 50 km à l’ouest de Paris, est la seule ville gérée par le Front National en Ile de France. La promesse électorale de Cyril Nauth, le maire, est son combat judiciaire : récupérer un ancien bâtiment des impôts vendu à la communauté musulmane pour en faire une mosquée.

Mantes la ville mosquee

Tout à l’opposé de Mantes la Jolie, de ses tours, et de son quartier du Val fourré, Mantes la Ville est une commune de 20 000 habitants, essentiellement pavillonnaire, remplie d’espaces verts, en bord de Seine, traversée par l’autoroute A13. Fort bassin d’emplois ouvriers dans les années 1970, avec les usines Talbot de Poissy, ses grandes carrières de craie, et le leader européen du cellophane, elle a subi de plein fouet la désindustrialisation. Depuis 1945, la commune votait à gauche.

En 2014, une quadrangulaire surréaliste oppose au 2ème tour Monique Brochot, maire PS sortante, l’ancienne députée maire Annette Peulvast, ex PS mais non investie par le parti, Eric Visaintanier pour Les Républicains, et Cyril Nauth, qui était jusque là professeur de français en lycée technique, pour le Front National. Résultat, avec 30,26% des voix, Eric Nauth est élu maire. Son programme tient essentiellement en 2 points : diminuer le budget de fonctionnement de la commune, en baissant une masse salariale d’environ 20 millions d’euros, et s’opposer à la transformation en mosquée d’un ancien bâtiment des impôts vendu à l’association des musulmans de Mantes quelques mois avant les municipales de 2014, en bloquant le permis de construire accordé par l’ancienne municipalité.

3 ans plus tard, la masse salariale a été diminuée de 2 millions d’euros, par diminution des postes. Et l’affaire de la mosquée, 7 procédures judiciaires plus tard dont certaines encore en cours, n’est toujours pas réglée. Abdelaziz El Jaouhari, président de l’association des musulmans est sûr de son bon droit, et doit faire face aux procédures judiciaires intentées par la mairie. Il les a toutes gagnées jusque là, la justice ayant même condamné Cyril Nauth pour abus de pouvoir.

Quelques semaines avant le premier tour, nous sommes allés voir à quoi ressemble une gestion municipale frontiste, pour rencontrer à plusieurs reprises tous les protagonistes de cette histoire, et savoir si 3 ans de pouvoir Front National à la mairie allaient influer sur le vote Marine Le Pen aux présidentielles à Mantes la Ville.

Christophe Tisseyre
Melissa Duquesne

Source

Toutes les instances représentatives musulmanes de France se mobilisent pour le vote Macron

A la veille du premier tour, l’UOIF, le mouvement des Musulmans de France, issue des Frères musulmans, avait déjà appelé à ne surtout pas voter Madame Le Pen. Le 24 avril ils ont réitéré tout comme la grande mosquée de Paris qui a appelé aujourd’hui les musulmans « à voter massivement » pour le candidat Emmanuel Macron du parti En Marche au second tour de l’élection présidentielle.

Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Amar Lasfar, président de l’Union des Organisations islamiques de France

Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et Amar Lasfar, président de l’Union des Organisations islamiques de France

« Il apparaît que tous les Français doivent impérativement rester unis et rassemblés face à la réalité de la menace incarnée par des idées xénophobes dangereuses pour notre cohésion nationale » a déclaré dans un communiqué la grande mosquée de Paris.

De son coté, l’Union des Organisations Islamiques de France, a été claire le 24 Avril dernier :

« Les résultats du premier tour des élections présidentielles de ce dimanche 23 avril, font de celles qui suivront, le 7 mai prochain, un rendez-vous déterminant, pour épargner à notre pays l’aventure, la menace de la division et la mise à mal d’une laïcité apaisée et fraternelle. L’Union des Organisations Islamiques de France appelle tous les musulmans de France, par-delà leurs opinions politiques, à ne pas se relâcher à cette occasion, et à aller voter massivement pour faire barrage aux idées de xénophobie et de Haine et donner au candidat Emmanuel Macron, le score le plus large. Par ce choix, nous espérons cohésion et prospérité à notre pays ».

Le CFCM (Conseil français du culte musulman), s’exprimera lui aussi dans l’entre-deux-tours « au vu de la situation exceptionnelle », a indiqué son président Anouar Kbibech.

 

Source

Trappes: Opération antiterroriste, 4 personnes interpellées, des perquisitions en cours

Lu sur 20 Minutes du 26.04.2017 :

Une opération antiterroriste a eu lieu tôt ce mercredi matin à Trappes, dans les Yvelines, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Quatre personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Des perquisitions sont actuellement en cours, selon des sources policières. Ces interpellations, menées par la DGSI et la police judiciaire, interviennent dans le cadre d’une enquête préliminaire, ouverte par la section anti-terroriste du parquet de Paris. Elle n’aurait aucun lien avec l’attentat perpétré sur les Champs-Elysées la semaine dernière ou la tentative avortée à Marseille. 

 

Source

mercredi, 26 avril 2017

Nîmes (30) : émeute urbaine sur fond de tournage d’un clip de rap

Plusieurs interpellations ont eu lieu ce mardi 25 avril au matin à Nîmes suite à une émeute survenue mi-mars et qui serait en lien avec le tournage d’un clip de rap.

Une enquête consécutive à une émeute urbaine survenue le 19 mars dernier dans une zup de Nîmes a donné lieu à onze interpellations ce mardi matin. Les personnes sont notamment suspectées de dégradations et de recel de vol. Cette enquête, confiée à la Sûreté Départementale du Gard, aurait révélé que les faits seraient intervenus sur fond de tournage d’un clip de rap.

Midi Libre

À Lyon, les religions avec Macron ?

De manière directe ou détournée, les représentants religieux lyonnais se sont exprimés sur le scrutin de l'élection présidentielle.

Le grand rabbin Wertenschlag, le cardinal Barbarin et le recteur de la grande mosquée Kamel Kabtane © Jeff Pachoud / AFP
 
© Jeff Pachoud / AFP
Richard Wertenschlag, Philippe Barbarin et Kamel Kabtane.

Si le grand rabbin de France, Haïm Korsia, avait appelé avant le 1er tour de l'élection présidentielle à "faire barrage aux extrêmes", le grand rabbin de Lyon, Richard Wertenschlag, ne souhaite pas faire de recommandation à sa communauté pour le second tour de l'élection présidentielle. "Nous ne faisons jamais de recommandation pour respecter la neutralité que nous devons observer. Par contre, nous avons le droit de protester contre des déclarations qui peuvent choquer la communauté juive, par exemple, la remise en question de la prise de parole de Jacques Chirac en 2002 sur la France, redevable des crimes terribles de Vichy, car il s'agit là d'une forme de négationnisme vis-à-vis d'une réalité. Mais aujourd'hui, les électeurs n'ont pas besoin de nos conseils, chacun peut réagir en fonction de ses propres sensibilités. Nous ne sommes plus au temps où l'on donnait des positions et de toute façon, les gens sont assez mûrs pour décider d'eux-mêmes" indique-t-il à Lyon Capitale.

Des critères de discernement pour l’Église catholique

 

À Rome pendant l'entre-deux tours, le cardinal Barbarin n'a pas pu répondre à nos questions. Pour l'heure, le diocèse de Lyon renvoie avant tout vers la prise de parole de l’Église catholique à travers la conférence des évêques de France. Dans un texte publié au soir des résultats du 1er tour, une partie concerne "les fondamentaux pour aider au discernement". L'accroissement du phénomène migratoire, qui est "un constat, pas un combat", nécessite selon l’Église une "solidarité au niveau européen". Des prises de positions plus proches de la vision d'Emmanuel Macron que de celle de Marine Le Pen. Le président de l’Église Protestant Unie de l'ensemble Grand Lyon, Étienne Tissot, se rattache aussi au texte de la fédération protestante de France qui met notamment en garde contre les extrémismes. "Habituellement, nous n'allons pas plus loin que ce qui peut être dit au niveau national. Les paroissiens sont majeurs et vaccinés et nous n'intervenons pas directement dans la vie publique" explique-t-il.

Le "devoir d'appeler à battre l'extrême droite" du recteur de la grande mosquée

 

"Nous ne pouvons que résister face à la montée de tous les extrémismes, quel qu'il soit, et notamment l'extrémisme politique tel qu'il se manifeste par la présence au second tour de Madame Le Pen." Kamel Kabtane ne passe pas par quatre chemins pour associer la grande mosquée de Lyon à la démarche engagée par la grande mosquée de Paris et appelle les fidèles à voter Emmanuel Macron. "Il est de notre devoir d'appeler les républicains, qu'il soit musulmans, juifs ou chrétiens, à se mobiliser pour battre l'extrême droite et faire en sorte que la devise de la France - Liberté, Égalité Fraternité - soit permanente" précise-t-il à Lyon Capitale. Au premier tour, il avait, ainsi que Chana Benaïcha, le président du conseil régional du culte musulman, appelé les musulmans à se rendre aux urnes"Une minorité de jeunes citoyens français de confession musulmane considère que le vote est illicite et prétend que la République ne serait pas compatible avec l’islam. Conscient de son devoir en tant qu’institution représentative de l’islam de France, le Conseil Régional du Culte musulman Rhône-Alpes, lance un appel aux imams et aux responsables de mosquées à sensibiliser les fidèles à se rendre massivement aux urnes pour élire notre prochain Président de la République, car c’est à la fois leur devoir de citoyens et leur droit de musulmans" avait écrit Chana Benaïcha.

Le dernière expression publique commune des représentants religieux à Lyon avait été envoyé à la veille du 1er tour. Dans un communiqué commun, ils appelaient à la paix et soulignaient le "besoin de sérénité" du pays. "Dans la Métropole de Lyon, humblement, à notre place et comme bien d’autres, nous souhaitons lancer un message pour l’unité et être une présence de paix" concluaient-ils. 

Mathilde Régis

Source

S’ils étaient sincères, les musulmans modérés voteraient Marine…

Le discours officiel qui nous est servi, en France, serait que la majorité des musulmans de notre pays seraient des modérés et qu’ils seraient les premières victimes des exactions de leurs radicaux. Après chaque attentat, nous avons droit, sur les plateaux de télévision, aux indignations des Boubakeur, Ramadan, Lasfar, Oubrou, Chalghoumi, qui viennent défendre la religion de paix, de tolérance et d’amour qui, bien évidemment, n’a rien à voir avec Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice, le prêtre égorgé, les policiers de Magnanville assassinés et le dernier meurtre des Champs-Élysées.

J’étais donc convaincu que les musulmans modérés de France, dont certains me disent qu’ils représenteraient 99 % de la communauté, allaient massivement voter pour la seule candidate qui, dans son programme, proposait l’éradication de l’islam radical, la dissolution de l’UOIF et la fermeture des mosquées salafistes. Car en interdisant ces mouvements, Marine Le Pen allait dans leur sens, et les libérerait des extrémistes qui ternissent tant l’image de l’islam. Comme, d’autre part, la candidate du Front national était la seule à demander l’abrogation de la loi Taubira sur le mariage homo, je ne doutais pas d’un déferlement de voix musulmanes en faveur de Marine Le Pen, le soir du 23 avril.

Aussi, ma surprise fut grande, en consultant le vote des musulmans, selon une étude menée par l’hebdomadaire Le Pèlerin. Mélenchon arrive grand gagnant (avec 37 %) devant Macron (24 %) et Hamon (17 %).

Fillon atteint péniblement les 10 %, et pas de traces de Marine ! 78 % des musulmans ont donc voté pour des candidats de gauche qui soutiennent le mariage homosexuel… mais surtout une immigration massive et leurs revendications communautaristes.

 

Éternel candide, je pensais que les porte-parole des musulmans en France allaient rappeler les brebis égarées à l’ordre, pour le deuxième tour. Je ne doutais pas qu’ils prendraient leurs distances avec Emmanuel Macron, vu que ce dernier, sur un plateau de télévision, croyant le micro fermé, avait avoué qu’il travaillait avec l’islamiste « un peu radical » Mohamed Saou, qui était par ailleurs « un bon gars ». Comme, par ailleurs, les musulmans modérés se disent patriotes et laïques, j’étais certain que leurs imams allaient les mettre en garde contre un candidat qui affirme qu’il n’y a pas de culture française et qui défend le voile islamique dans l’entreprise.

 

Or, depuis lundi matin, c’est un déferlement d’appels à voter pour Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen ! Cela a commencé dès lundi matin par la Grande Mosquée de Paris de Dalil Boubakeur. Puis Hani Ramadan a appelé à combattre le nazisme – rien de moins. Et même celui qu’on nous présente comme le meilleur de tous les imams modérés, Hassen Chalghoumi, qui se dit ami d’Israël, se met de la partie et appelle, lui aussi, tous les musulmans de France à voter Macron, contre Marine Le Pen. Sans oublier l’UOIF qui, par son président Amar Lasfar, avait appelé, à son rassemblement, à faire barrage à la candidate « d’extrême droite ».

Je suis donc obligé d’en conclure que les musulmans dits modérés préfèrent Macron, qui travaille avec un « radical » et souhaite l’accélération de l’islamisation de la France, permise par une immigration massive, à Marine Le Pen, qui veut défendre son pays menacé par l’invasion migratoire et les attentats des islamistes.

De là à en conclure que la majorité des disciples d’Allah dits modérés rêvent d’une France musulmane appliquant la charia, et qu’ils pensent que Macron accélérera ce souhait, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

 

Source

 

 

Le Pen veut interdire l'abattage des animaux sans étourdissement préalable

Marine Le Pen, candidate FN qualifiée pour le second tour de la présidentielle, a estimé mardi au marché alimentaire de Rungis que l'abattage des animaux de boucherie sans étourdissement préalable, pratiqué dans l'abattage casher comme halal, "devrait être interdit".

"Quasiment je crois 90% des abattoirs sont halal en Ile-de-France", a affirmé Mme Le Pen au pavillon des produits carnés de Rungis, où elle est arrivée à 6H00 du matin. "L'abattage sans étourdissement préalable, je suis désolée ça devrait faire l'objet d'un étiquetage. D'ailleurs je pense que l'abattage sans étourdissement préalable ça devrait être interdit", a-t-elle dit.

Cette proposition ne figure pas dans les 144 engagements de la candidate pour la présidentielle.

En 2012, Marine Le Pen avait lancé une polémique en affirmant que "l'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal".

Les cultes juifs et musulman interdisent d'égorger des animaux morts, des pratiques d'égorgement sans étourdissement sont donc autorisées par dérogation pour les rituels casher et halal.

Mais les défenseurs du bien-être animal assurent qu'il est particulièrement cruel d'abattre des animaux conscients.

Source

Rennes-le-Château (11) : une femme vandalise l’église à la hache, «Vous êtes tous des mécréants»

Hier matin vers 9 h, une jeune femme d’une vingtaine d’années, seule, habillée d’un manteau noir, se présente à l’office de tourisme de Rennes-le-Château pour demander les horaires d’ouverture de l’église. Elle avait, disait-elle, l’intention de la visiter. L’employée du site lui indique les horaires. La visiteuse décide alors de boire un café puis de déambuler dans les ruelles. Vers 11 h 15, elle demande à un restaurateur de se laver les mains. Quelques minutes plus tard, elle réapparaît habillée d’une longue cape blanche, d’un voile sur la tête et d’un masque style vénitien sur le visage.

[ …] Devant des touristes surpris, la jeune femme se réfugie dans la grotte dite de la vierge, à proximité de l’église, et téléphone longuement en arabe, puis rentre tranquillement dans l’église, sort une hache et se met à frapper sur le célèbre bénitier surmonté par la représentation d’Asmodée. Elle décapite le fameux diable rouge, lui coupe le bras et pose un coran à ses côtés, puis lacère le bas-relief de l’autel de Marie-Madeleine, devant des visiteurs ébahis. Ces derniers donnent l’alerte, le maire, Alexandre Painco, intervient. Il constate les faits et appelle la gendarmerie. Face à la jeune femme étonnamment calme, il lui demande pourquoi elle a commis ces actes. Elle répond posément : «Aujourd’hui, ici, c’est un jour d’élection présidentielle, pendant qu’en Syrie l’Occident bombarde et tue des enfants. Vous êtes tous des mécréants! Mon mari est là-bas».

Rapidement sur place, les gendarmes interpellent la jeune femme sans aucune résistance. Un périmètre de sécurité est établi dans le village, et une équipe de déminage arrivée dans l’après-midi se met à l’œuvre. Le maire n’en revient toujours pas : «Cette femme était déterminée et son geste prémédité. Elle a choisi ce jour d’élection, ce lieu précis, pour qu’il ait un impact médiatique important et ainsi porter atteinte à la République française.»

Midi Libre

Information importante et révélatrice

La Grande Mosquée de Paris comme la Bourse de Paris appellent à voter Macron ;) Un collabobo de gauche de plus et son discours est d'une banalité affligeante, alors pensez bien à l'avenir de vos enfants avant de voter au 2ème tour. ;)
___________________________________________________________________________________________

La grande mosquée de Paris appelle les musulmans à voter "massivement" Macron
http://www.francesoir.fr/actualites-ele ... ent-macron
http://www.ouest-france.fr/elections/pr ... on-4947732

Bourse de Paris : FRANCE 2017-Les ténors Les Républicains appellent à voter Macron
https://www.zonebourse.com/actualite-bo ... -24249829/

Pour Macron, l'immigration est une chance


 

Source

mardi, 07 février 2017

Encore un incident dans une zone de non-droit. Des policiers mis en cause


Comme dit Nougaro : « À Toulouse, même les mémés aiment la castagne ! » Sauf que nous ne sommes pas à Toulouse mais dans la cité des 3.000, et que les mémés sont ici remplacées par des « jeeunnes », vous savez, ces êtres hybrides mélange de Al Capone et de Pablo Escobar, nourris exclusivement de rap, de rapine et plus récemment d’islamisme. Dans ces cités de non-droit, les rixes font partie, avec la drogue, du folklore local. 

Aulnay-sous-Bois est une plaque tournante du trafic de stupéfiants ; elle héberge aussi de nombreuses bandes qui s’affrontent suivant leur géolocalisation : cité des 3.000 contre quartier de l’Europe. Ces « terreurs », dès l’apparition d’un képi, se volatilisent ou, parfois, se regroupent contre le « flic », l’ennemi commun. En 2016, une arrestation quartier du Grand Saule avait obligé les policiers à utiliser la manière forte pour s’emparer d’un dealer. Plusieurs gardiens de la paix avaient été blessés.

Alors, que s’est-il passé, ce jeudi 2 février, dans la cité ? Vers 17 heures, quatre policiers effectuent une interpellation musclée après une opération de contrôle, raconte Le Parisien. Par « interpellation musclée », il faut comprendre que Théo, l’individu suspecté, se défend bec et ongles. 

Il sait très bien que plus l’interpellation prendra du temps, plus les gangs se rassembleront et se mobiliseront, créant l’occasion de son évasion. De plus, dans ces « ghettos », résister à une interpellation, c’est s’apparenter à ce cow-boy qui, lors du rodéo, monte un taureau sauvage, luttant pour chuter le plus tardivement possible. Suite à cette arrestation, les quatre policiers sont visés par des accusations de violences volontaires en réunion et placés en garde à vue. D’après l’interpellé, l’un des agents aurait introduit sa matraque dans son fondement. La scène s’est déroulée sous les yeux de dizaines d’habitants, elle a été filmée par la vidéosurveillance de la police municipale et montre un policier « porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses », après que le pantalon de l’adolescent a glissé tout seul, mais aucune pénétration anale n’est manifeste. Transporté à l’hôpital, le jeune homme a été examiné par un médecin qui diagnostiqua « une plaie longitudinale du canal anal » et une « section du muscle sphinctérien » ; 60 jours d’ITT lui furent prescrits.

Mais les faits ayant été requalifiés de « viol » en « violences volontaires », le maire, qui tremble pour son hôtel de ville, s’est empressé d’en rajouter : « Nous, les Aulnaysiens, ne pouvons pas comprendre cette requalification. Elle est vécue comme un détournement de vérité », s’est écrié Bruno Beschizza. « La police est là pour protéger et non humilier nos concitoyens. »
 
Ainsi, Les Républicains s’écrient qu’il était nécessaire d’attendre une décision de justice pour charger Fillon mais, par contre, cet édile, du même groupe, accable sans jugement ces quatre policiers.
Sur BFM TV, Omar, un « témoin de l’interpellation », raconte en montrant les deux angles d’un mur taché de sang : « Il y a son sang un peu partout, ça a giclé, c’est dégueulasse. »

Sauf que dans la vidéo, l’arrestation de Théo s’effectue à un endroit précis et non dans deux lieux séparés par un coin de mur.
Depuis cet incident, les forces de l’ordre ont été déployées. Une voiture a été brûlée, un bus à moitié incendié et des Abribus cassés : la routine, en quelque sorte !

Après l’affaire Traoré à Beaumont-sur-Oise, voilà une autre « zone de non-droit » en ébullition.

On le voit, le moindre accrochage, comme Obertone le souligne dans Guérilla, peut dégénérer en émeute et même en conflit civil.
NDLR : nous apprenons que les quatre policiers ont été mis en examen dans la soirée, l’un pour viol, les autres pour violences volontaires en réunion.

J.-P. Fabre Bernadac

Source 

Le saviez-vous? La France est toujours en état d’urgence

Décrété au lendemain des attaques du 13 novembre 2015, l’état d’urgence a été plusieurs fois prolongé. La dernière prolongation a été votée le 14 décembre pour une durée de sept mois : soit jusqu’au 15 juillet 2017.

On peut douter de son efficacité quand des soldats armés sont attaqués en plein Paris. Ce n’est, toutefois, pas le premier attentat commis sous ce régime : le double meurtre de Magnanville, l’attentat de Nice et l’assassinat du père Jacques Hamel ont été perpétrés alors que la France était en état d’urgence et devait prendre, à ce titre, conformément à la loi du 3 avril 1955, des « mesures d’exception ».

Ce régime permet, en effet, la restriction de certaines libertés pour maintenir l’ordre public. Les policiers sont, par exemple, autorisés à fouiller les bagages et les véhicules. Le gouvernement peut, également, dissoudre les associations et les sites Internet « provoquant à la commission d’actes terroristes ou à des atteintes à l’ordre public ». On citera, également, la simplification des perquisitions et l’assignation à résidence des personnes dont le comportement « constitue une menace pour la sécurité et l’ordre public ».

Dès sa proclamation, l’état d’urgence a suscité l’ire de personnalités politiques et artistiques qui ont dénoncé une « mise sous tutelle de la population »

D’autres objections ont été exprimées par le Syndicat de la magistrature, l’Observatoire international des prisons, ou encore Amnesty International, qui a demandé la levée de ce régime dont il a condamné les « mesures brutales ».

Le terme « brutal » peut faire sourire si l’on compare notre législation à celle d’autres pays. En Turquie, la loi sur l’état d’urgence prévoit, notamment, la prolongation des gardes à vue jusqu’à trente jours, des rétentions administratives sur soupçon d’atteinte à l’ordre public, l’interdiction des manifestations, le couvre-feu sur tout ou partie du territoire national, le contrôle de la presse et la promulgation de décrets sans l’aval du Parlement.
La Turquie d’Erdoğan n’est pas un modèle, dira-t-on avec raison. Alors, sans même parler du Patriot Act états-unien – dont les mesures autrement plus « brutales » que celles de notre état d’urgence donnent des sueurs froides aux droits-de-l’hommistes –, prenons la très démocratique Allemagne, où la loi du 30 mai 1958 prévoit en cas de « situation de crise » des mesures restrictives comme la limitation du secret de correspondance et de la télécommunication, la limitation de la liberté de circulation et la fermeture des frontières.

En France, c’est à peine si l’on a autorisé les policiers (uniquement ceux de la police nationale) à garder leur arme après le service. Quelque 600 assignations à résidence et 4.000 perquisitions administratives. Vingt et une interdictions de manifester et une vingtaine de mosquées salafistes fermées. Un bilan « brutal »…
Au lieu de ce miroir aux alouettes qu’est l’état d’urgence, c’est un renforcement durable de la sécurité qu’il faut mettre en œuvre. Un juste milieu entre les excès d’Erdoğan et le laxisme d’un Hollande que d’aucuns surnomment « Tartemolle ».

Nicolas Kirkitadze

Source 

David Engels, historien : « Nous n’avons aucune chance d’éviter une guerre civile »

[David Engels est titulaire de la chaire d’Histoire romaine à l’Université libre de Bruxelles]


Combien de temps donnez-vous encore à l’UE ?

Dans 20 ou 30 ans, l’Europe sera devenue un État autoritaire ou impérial, après une phase marquée par des évènements s’apparentant à une guerre civile et par des manifestations de décadence. C’est en tout cas ce que laissent présager les analogies entre la crise actuelle de l’Europe et la période où la République romaine finissante cède la place à l’État d’Auguste [premier empereur]. […]



Quels parallèles discernez-vous ?

[…] Chômage, dissolution de la famille, individualisme, déclin des confessions traditionnelles, globalisation – à l’époque sous la forme de la romanisation – recul de la population, fondamentalisme, migrations, appauvrissement, « Du pain et des jeux », criminalité, polarisation entre une caste de politiciens oligarques d’un côté et des « populistes » mécontents de l’autre…

[…] À cela s’ajoute le fait que l’Occident, tout comme la République romaine, a la fâcheuse tendance à vouloir se prendre pour la seule humanité civilisée et à vouloir combler de ces valeurs dans des guerres asymétriques ceux qu’on appelle les « barbares ». […]


[…] jusqu’à ce que l’État devienne ingouvernable comme dans la République romaine tardive : Trump, Farage ou Le Pen ne sont rien d’autre que des variantes de Catilina ou de Clodius.
[…]

Avons-nous une chance d’éviter une guerre civile ?

Non. Mais je ne crois pas à une guerre de légions de citoyens armés, notre politique est trop peu militarisée pour cela. J’envisage plutôt des banlieues qui échappent au contrôle de l’État. Avec des territoires où règnent des groupes paramilitaires, ethniques ou religieux. Avec une criminalité galopante. Avec une faillite économique et un total immobilisme politique. Les citoyens de l’Europe se jetteront alors dans les bras du premier qui offrira au continent un État social qui fonctionne, la paix et l’ordre. Comme le fit en son temps l’empereur Auguste.

Source 

lundi, 06 février 2017

De nouvelles interpellations aux Minguettes à Vénissieux



Depuis le tournage sauvage du clip du rappeur Elams aux Minguettes jeudi, la tension n’est jamais retombée depuis dans le quartier de Vénissieux.

Samedi, trois mineurs âgés de 13 à 16 ans avaient été interpellés, ils sont soupçonnés d’avoir pris part à l’incendie de voitures dans le secteur du boulevard Lénine.

Et ce dimanche après-midi, cinq nouveaux individus ont été arrêtés par la police. Quatre auraient incendié des véhicules, le cinquième est soupçonné d’avoir brandi un couteau dans le tramway pour menacer des usagers.


Source 

Lyon : arrêtée avec 7 kilos de cannabis, la nourrice condamnée



Un Lyonnais âgé de 24 ans était jugé ce vendredi.

Deux jours plus tôt, il avait été interpellé dans la rue des Rancy à Lyon. Les policiers avaient repéré son comportement suspect alors qu’il fouillait le coffre de sa voiture. Et pour cause, il gardait à l’intérieur 7 kilos de résine de cannabis conditionnés dans des paquets.

Aux enquêteurs, l’individu au chômage a expliqué avoir accepté de faire la nourrice pour des connaissances et de garder la drogue une semaine en échange de 1000 euros.


La justice lyonnaise, pas émue par le fait qu’il doive rembourser les dealers à hauteur de 11 000 euros pour la cargaison saisie par la police, l’a condamné à 10 mois de prison.


Source 

Les gens du voyage avaient choisi le Parc OL pour s’installer !

L’arrivée impromptue de gens du voyage cause parfois des remous dans les communes.

Cela aurait pu être le cas jeudi soir à Décines, lorsque plusieurs caravanes ont tenté de s’installer au Parc OL ! Plusieurs d’entre elles avaient choisi une parcelle au niveau du parvis nord rapporte le Progrès.

Sauf qu’il ne s’agit pas d’un banal stade de foot communal en rase-campagne dans le Cantal. Les gens du voyage ont donc rapidement reçu la visite des forces de l’ordre. Convaincus qu’ils ne pouvaient pas rester au pied du Grand Stade, ils ont repris la route sans incident.

Source 

Meurtre de Mebarki à Vénissieux : 20 ans de réclusion pour Keita


Plus de 5 ans après la mort de Yacine Mebarki, poignardé aux Minguettes à Vénissieux un jour d’octobre 2012, son meurtrier Salif Keita a été condamné aux Assises du Rhône.

Malgré ses remords face à cette rixe qui avait dégénéré, il a écopé, conformément aux réquisitions, de 20 ans de réclusion.

Le procès, ainsi que l’enquête initiale, n’ont pas été faciles, les témoins et les accusés préférant se murer dans le silence. Cela a profité à Yacine M. et El Yamine C., la justice a été incapable de déterminer leur rôle dans la mort de Yacine Mebarki. Elle a donc décidé de les acquitter.

Quant à Byllal Mebarki, le frère de la victime, il a écopé de 2 ans avec sursis pour avoir tenté de se venger en poignardant à son tour Salif Keita.

Source 

Eragny-sur-Oise : une patte de cochon sur la porte de la mosquée

La mosquée Essalam a été victime d’un acte islamophobe en fin de semaine dernière. Vendredi en milieu de journée, un membre de la communauté a découvert une patte de cochon accrochée sur la grille d’entrée de ce lieu de prière implanté dans un paisible quartier résidentiel. 

« Nous n’avions plus de problèmes depuis deux ans et demi », constate le président Tijani Bouki. Autrefois victime de vols notamment, la mosquée avait rehaussé ses grilles d’entrée et installé un système de vidéosurveillance qui lui avait assuré la tranquillité. Jusqu’à vendredi. Une plainte a été déposée. Les représentants de la communauté invitent les fidèles « à ne pas céder aux sirènes de la division, plus que jamais notre volonté de vivre ensemble s’en trouve raffermie. »

Source 

Marseille : un militaire violemment giflé

Un militaire en civil qui rentrait au camp de Sainte-Marthe à Marseille (14e) a été agressé en fin d’après-midi. Trois individus qui circulaient à bord d’une voiture se sont arrêtés à sa hauteur et l’ont apostrophé. S’approchant d’eux, le militaire a reçu une violente gifle qui l’a projeté au sol.




Les agresseurs ont été mis en fuite par l’arrivée d’un véhicule, permettant à la victime de se réfugier dans le camp militaire. […] Légèrement blessé, le militaire a été hospitalisé à Laveran.

Source 

Italie : Venise, ville refuge pour les migrants

À rebours des politiques actuelles d’accueil des réfugiés en Europe, jugées sévèrement par les ONG, Venise fait preuve d’une grande hospitalité…




[…] Depuis 2015 on observe la « renaissance » de la notion de ville-refuge, voire de l’engagement, différemment décliné, des pouvoirs locaux dans la prise en main des conditions et des logiques d’accueil des étrangers, qui compense une progressive déresponsabilisation étatique. Ces expériences des villes-refuges – ville d’asile, ville hospitalière ou solidaire ou encore « sanctuaire », Sanctuary city – prennent de l’ampleur et s’imposent dans le débat public.

Il ne s’agit pas pourtant de quelque chose d’inédit : la ville de Venise a une expérience d’accueil qui la caractérise. Dans les années 1990, la situation initiale n’est pas des plus simples, en raison de problèmes d’ordre matériel, sanitaire et socioculturel. L’engagement de la mairie fait la différence : elle organise des assemblées citoyennes pour discuter des modalités d’accueil et pour envisager des formes de cohabitation en interpellant directement la collectivité. Une approche « par le bas », en antithèse avec une gestion institutionnelle de l’accueil, qui s’aligne sur une gestion humanitaire souvent quantitative et anonyme. […]

Source 

Autriche : manifestation contre l’interdiction du voile islamique

Près de 3.000 personnes ont manifesté ce samedi dans les rues de Vienne pour protester contre le projet du gouvernement de bannir le voile intégral de l’espace public.


 Le gouvernement centriste autrichien veut proposer une loi dite « de neutralité » après consultation des communautés religieuses. 600.000 musulmans vivent en Autriche

Source 

400 migrants interceptés au large de la Libye

Les garde-côtes ont intercepté au large de la Libye plus de 400 migrants dont des femmes et des enfants qui tentaient de rejoindre l’Europe par la mer


Selon le général Ayoub Qassem, 431 migrants à bord d’embarcations pneumatiques ont été interceptés entre jeudi matin et samedi, à quelques miles marins au large de la ville de Sabratha, à 70 km à l’ouest de la capitale Tripoli. Les migrants sont de plusieurs nationalités africaines et comptent parmi eux un grand nombre de femmes et d’enfants.

Réunis en sommet à Malte, les dirigeants européens se sont engagés vendredi à aider la Libye à lutter contre les passeurs.

Chaos en Libye

Les passeurs de migrants clandestins profitent du chaos qui règne en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. La plupart des départs ont lieu depuis l’ouest du pays, à destination de l’Italie qui n’est qu’à 300 kilomètres.

En l’absence d’une armée ou d’une police régulières, plusieurs milices font office de garde-côtes tout en étant souvent accusées de complicité voire d’implication dans ce trafic lucratif.

Source 

100 migrants secourus au large de Chypre

Un bateau transportant près de 100 migrants a été secouru au large de Chypre dans la nuit de vendredi à samedi, ont annoncé les autorités de l’île méditerranéenne.


L’embarcation, à bord de laquelle se trouvaient 93 personnes dont 47 enfants, a été repérée à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest des côtes avant d’être escortée vers Kato Pyrgos, dans la région de Paphos.

Selon les médias locaux, les migrants ont affirmé à la police être partis de Turquie et avoir payé chacun 2.000 dollars (1.850 euros) pour rejoindre Chypre.

La guerre en Syrie qui fait rage depuis 2011 a fait plus de 310.000 morts et poussé la moitié de la population à quitter son foyer. La majorité d’entre eux ont trouvé refuge en Turquie et dans des pays voisins (Liban, Jordanie) mais beaucoup tentent de rejoindre l’Europe.

Source 

Lyon : 32 interpellations dont 9 gardes à vue suite à des débordements

Ce samedi à Lyon, alors que se déroulait un meeting d'Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, et le premier jour des Assises présidentielles du Front National, 32 interpellations ont été effectué par les forces de l'ordre, dont 9 garde à vue et 23 vérifications d'identité.

Police lyon ()
©Tim Douet
 
"Pour empêcher les affrontements entre extrême gauche et extrême droite : 69 personnes d'extrême droite ont été contrôlées et 48 personnes d'extrême gauche, dont 21 sur le site du Palais des Sports", indique le préfet du Rhône, Michel Delpuech, dans les colonnes du quotidien Le Progrès. Au Palais des Sports, Emmanuel Macron tenait un discours face à ses militants et sympathisants, des militants du GUD ont tenté d'entrer dans la salle avec de faux billets d'un dollar à l'effigie du candidat et sur lesquels étaient inscrits "approuvé par Rothschild", en référence à l'ex-employeur d'Emmanuel Macron. Ils seront reconduits par le service d'ordre avant d'être intercepté par la police, tout comme des militants d'extrême gauche qui ont eux aussi tenté de s'infiltrer au meeting un peu plus tard. Précédemment, en fin de matinée,  un rassemblement était organisé place Raspail, environ 150 personnes ont souhaité marquer leur "rejet de la mascarade présidentielle", mais ce n'est qu'en fin d'après midi, en fin de manifestation,  que quelques casseurs auraient brisé des devantures dans la rue Sébastien Gryphe ainsi que celle d'une banque sur la place Jean Macé, rapporte le quotidien. Les services de police, préparés à cette éventualité, ont alors procédé à des vérifications d'identités et à des interpellations. Sur la journée, selon la préfecture, neuf individus ont été placé en garde à vue. Les services de police seront de nouveaux mobilisés ce dimanche à Lyon pour éviter tout débordements violents entre militants politiques pendant les discours de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen.

Mathilde Régis

Source 

Boissise-la-Bertrand (77) : trois personnes âgées violemment agressées par des cambrioleurs

Nouvelle agression à domicile contre des personnes âgées, en Seine-et-Marne. Après Cesson à la mi-janvier, c’est le village de Boissise-la-Bertrand qui a été visé. Ce vendredi, vers 20 heures, trois hommes cagoulés et gantés ont fait irruption dans la maison d’une femme de 95 ans qui était en compagnie de deux amis, un homme de 77 ans et une femme de 69 ans.



Les braqueurs se sont jetés sur les deux femmes, les plaquant au sol, les frappant, puis les emmenant dans une chambre où ils les ont ligotées avec du fil électrique. L’homme a également été frappé, recevant des coups de genou dans les côtes notamment. Les agresseurs ont demandé à leur victime où se trouvait l’argent et ont fouillé la maison. Une fois leur butin en poche — au moins plusieurs centaines d’euros mais le préjudice total était en cours d’estimation ce samedi —, ils ont pris la fuite.

Les trois victimes ont été légèrement blessées et transportées à l’hôpital.

Source 

Paris : Black M et d’autres stars du rap français réclament « justice pour Adama »

Un guichet fermé, des grands noms de la scène du rap et du hip-hop français et surtout, des poings levés. À la Cigale, jeudi 2 février, les mots « Vérité et justice pour Adama » ont résonné de la scène à la fosse, lors d’un concert organisé en l’honneur du jeune Beaumontois de 24 ans, mort lors de son interpellation en juillet 2016. Devant une salle comble d’environ 1.000 spectateurs, le rap et le hip-hop engagés ont rendu hommage à Adama Traoré.

Les Identitaires perturbent le colloque de l'UOIF à Paris

L’UOIF, proche des Frères Musulmans, tient son colloque annuel aujourd'hui samedi 4 février à Paris, au Palais des Congrès (Porte Maillot).


Les Identitaires ont fait une intervention remarquée :

16387201_1065805060194969_4437614825902393038_n