Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 août 2016

57% des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés en France

Une étude Ipsos publiée ce lundi 22 août et réalisée avant les attentats du mois de juillet met en lumière le climat anti-immigration en France.

Une femme se baigne en burkini

Ce lundi 22 août, un sondage Ipsos réalisé auprès de plus de 16.000 personnes dans 22 pays fait état de chiffres équivoques, essentiellement quand on sait qu’ils résultent de questions posées aux sondés avant les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray. Par exemple, l’institut de sondage rapporte que 57% des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés en France et seulement 11% trouvent que l’immigration a un impact positif.

Dans le même sens, l’étude rapporte que d’après 54% des sondés, l’immigration force la France à adopter des changements qui leur déplaisent et 60% des personnes interrogées estiment même que l’immigration a un impact négatif sur les services publics.

Concernant les réfugiés, sujet qui préoccupe l’Europe depuis plusieurs années, les Français sont 63% à penser qu’ils ne "pourront pas s’intégrer" et 45% voudraient la fermeture des frontières aux réfugiés. Les personnes interrogées pensent même à 67% que "des terroristes se font passer pour des réfugiés pour entrer dans l'hexagone". Inversement, ils sont 54% à estimer que la plupart des personnes se présentant comme des réfugiés "n'en sont pas véritablement".

Un constat inhérent aux pays touchés par le chômage

Dans le reste du monde, le climat semble être tout aussi xénophobe, puisque le pourcentage d’interviewés considérant que les immigrés sont trop nombreux dans leur pays monte à 85% et 65% respectivement en Turquie et en Italie, et à 40% en Espagne.

Selon Yves Bardon, directeur du programme Flair au Ipsos Knowledge Center, "dans des pays marqués par le chômage, on peut faire l'hypothèse que les interviewés se sentent menacés aussi bien par des immigrés susceptibles d'occuper les emplois peu qualifiés que par une immigration choisie, en mesure de les priver de métiers pointus en lien avec leur formation."

Source : Rtl.fr

La Suisse au cinquième rang européen pour le populisme autoritaire

La Hongrie, la Grèce et la Pologne sont actuellement les trois chefs de file sur le front du populisme autoritaire en Europe. La Suisse occupe la cinquième position, juste derrière l’Italie. C’est ce qui ressort de l’Indice 2016 publié par l’institut de recherche suédois Timbro, portant sur 33 pays.

Sous le terme général de «populisme autoriatire», l’auteur de l’étude Andreas Johansson Heinö classe les partis qui contestent le concept de démocratie libérale, auquel adhèrent tous les partis traditionnels en Europe et qui se trouve à la base des institutions européennes. Selon ce concept, la démocratie est considérée comme une acceptation des décisions de la majorité, mais dans le respect de certains droits individuels, ancrés dans la constitution et dans les traités internationaux.

L’«Indice Timbro du populisme autoritaire 2016» comprend donc des formations politiques – de droite comme de gauche – très différentes les unes des autres. Le chercheur suédois a analysé l’évolution de 206 partis, qui ont obtenu au moins 0,1% des voix à une élection dans un des 33 pays considérés, à partir de 1980. Pour mesurer leur degré d’influence, il a pris en compte deux indicateurs: le nombre de mandats obtenus au parlement et la participation au gouvernement.

La situation en 2016 est résumée dans le graphique ci-dessous, où l’on note que seuls trois pays européens - l’Islande, Malte et le Monténégro - sont totalement exempts de soutien électoral aux partis populistes autoritaires.

Le graphique montre la force des partis autoritaires et totalitaires aux dernières élections dans chaque pays. (swissinfo.ch)

Le graphique montre la force des partis autoritaires et totalitaires aux dernières élections dans chaque pays.

(swissinfo.ch)

La présence de la Suisse dans le «top 5» est due aux résultats électoraux aux législatives et à la présence au gouvernement de l’Union démocratique du centre (UDC). La Suisse et l’Autriche font partie des premiers pays dans lequel des partis autoritaires de droite se sont installés au gouvernement, note Andreas Johansson Heinö.

S’agissant de la participation de l’UDC au gouvernement fédéral, il faut rappeler que dans le système suisse, en vertu d’une formule qui n’est inscrite ni dans la constitution ni dans la loi, mais que les partis ont convenue depuis 1959, les sept sièges sont répartis proportionnellement à la force des partis au parlement. La progression de l’UDC dans les deux Chambres a ainsi fait passer sa représentation à l’exécutif de un à deux ministres.

En moyenne, sur l’ensemble du continent, un électeur sur cinq vote aujourd’hui pour un parti populiste, qu’il soit de droite ou de gauche. Jamais dans le passé ces partis n’ont connu un soutien pareil dans toute l’Europe, souligne Andreas Johansson Heinö, précisant qu’il n’y a pratiquement pas un seul pays qui aille clairement à contre-courant. Pour l’auteur, cette évolution représente une grave menace pour la démocratie libérale.

Timbro est un think-tank voué à la promotion et à la diffusion des idées fondées sur les principes du libéralisme économique et politique et de la liberté individuelle.

Sonia Fenazzi

Source : Swissinfo.ch

A Hayange, le maire FN réitère la fête du cochon portée en symbole politique

002a44a70209f5b6877a555be.jpg

Le maire Front national d’Hayange (Moselle) organise de nouveau à la rentrée la «Fête du cochon» début septembre. Pour le maire frontiste, c’est un acte symbolique et politiquer fort où il répète son rejet de la place de l’islam dans la société. La mairie quant à elle promet qu’il n’y aura pas que du porc au menu.

Dès son arrivée, Fabien Engelmann, maire Front national d’Hayange en Moselle avait instauré cette fête en 2014 après sa victoire aux municipales. Dès sa première édition, les festivités ont attisé la polémique où les opposants de l’élu local l’ont rapidement accusé de vouloir rejeter la population musulmane.

En 2014, des militants l’Œuvre Française, groupuscule d’extrême droite interdit par l’ex-ministre de l’Intérieur (Valls, NDLR) en 2013. Le maire avait minimisé leur présence, affirmant qu’il y avait «deux ou trois personnes parmi des milliers d’habitants et de familles».L’année suivante, les identitaires s’étaient de nouveau invité à la fête. Sur une affiche diffusée sur les réseaux sociaux, on pouvait y lire : «Montrons une nouvelle fois aux habitants d’Hayange que loin des trahisons du FN, les véritables nationalistes sont toujours là, avec eux !». Le maire d’Hayange avait qualifié les militants +d’imbéciles+, selon cette même affiche.

Cette année, pour le maire FN d’Hayange, cette édition est l’occasion de «venir célébrer le "Vivre-Ensemble" à la française au cours d'une fête traditionnelle, familiale et régionale» indique-t-il dans un communiqué. «Cette troisième édition de notre rassemblement annuel et convivial est le témoignage-même que les grandes foires typiques de notre patrimoine ne sont pas choses du passé. Venez donc célébrer l’identité marquée et le terroir de notre pays, avec des stands de restauration pour tous, une exposition de vieux métiers et des animations populaires» poursuit M. Engelmann.

- Une fête qui fait polémique chaque année -

Outre la mise en avant de la cuisine du porc, la fête qui se déroule près de l’hôtel de ville le dimanche 4 septembre à 11H sera aussi l’occasion selon la mairie, d’assister au concert d’Herbert Léonard et de troubadours bavarois. La mairie a répondu au début de polémique en assurant qu’il «n’y aurait pas que du porc» proposé lors de cette fête rassemblant plusieurs centaines de participants chaque année.

Lors d’un discours pour la première édition, le maire s’était défendu de toute provocation ou de tout amalgame alors que les tensions étaient vives entre la communauté musulmane et le premier magistrat. «C'est une fête somme toute classique, comme dans des centaines de collectivités françaises qui organisent la traditionnelle fête de la saucisse ou du cochon» avait répété aux journalistes M. Engelmann. «Peuple de France amoureux des traditions, bienvenue ! À Hayange, le cochon ne date pas d'hier, contrairement à ce que les bonnes âmes et la cohorte véhémente de nos détracteurs voudraient laisser croire» avait-il lancé à la tribune. «La fête du cochon, c'est la solidarité, la joie palpable d'être ensemble et, n'ayons pas peur des mots, un apprentissage de la République. C'est l'oubli de soi et de ses petits intérêts pour davantage de fraternité et pour mieux vivre ensemble» avait-il assuré devant les habitants, Place de la Résistance.

Source : Loractu

L'extrême droite sort les chameaux et simule un attentat à Prague

897.jpg

Sous les cris d'"Allahu Akbar", des opposants à l’islam ont simulé un attentat dans la capitale tchèque. Le coup de théâtre a semé la panique parmi les touristes.

Des Jeeps entrent dans le centre historique de Prague. Des gens vêtu en tenue traditionnelle musulmane sortent des voitures et font semblant de tirer dans l'air. Une personne déguisée en bédouine rejoint à chameau le lieu de l'"attaque".

Non, ce n'est heureusement pas un attentat, mais une simulation organisée par l'extrême droite tchèque, hostile à l'islam, raconte Der Spiegel. Selon l'organisation de cette action, il s'agit d'une parodie de prise de pouvoir par les combattants de Daech.

Certains touristes ont pris ce mauvais jeu au sérieux et se sont mis à courir, saisis de panique. Pour empêcher un mouvement de foule, la police est rapidement intervenue dans le but de mettre fin à ce spectacle de mauvais goût.

 Accusés d'avoir déclenché une fausse alerte, les participants à l'action risquent désormais une peine de cinq ans de prison.

Source : Sputniknews

Exigeant plus de protection, des Chinois de France victimes de nouvelles agressions

1027383455.jpg

Suite à de multiples cas d'agression contre des Chinois dernièrement à Paris, la communauté chinoise a manifesté à Aubervilliers pour obtenir plus de protection. Au lieu de cela, certains de ses représentants ont été victimes de nouvelles agressions. La dégradation de la situation sécuritaire dans le pays bat son plein.

Pendant une manifestation organisée ce dimanche à Aubervilliers par la communauté chinoise de France pour protester contre les violences dont elle est victime, plusieurs cas d'agressions et de vols se sont produits, suite à quoi le rassemblement a pris fin. D'après une des victimes, "des gens d'apparence africaine" les auraient agressées.

Selon le communiqué de presse du comité "Stop à la violence, sécurité pour tous", la communauté chinoise insiste sur le fait qu'"aucune action concrète n'a été proposée, aucune +fiche-action+ n'a été communiquée". Et de poursuivre:

"Nous attendons des réponses plus concrètes concernant l'action policière, judiciaire, mais aussi la prévention, la médiation et le soutien aux victimes, notamment lors de l'accueil dans les commissariats."

Il est à noter qu'auparavant, Olivier Wang, porte-parole du collectif des associations asiatiques de France, avait déjà pointé une dégradation de la situation sécuritaire dans le pays.

"La sécurité est l'affaire de tous. Le Comité invite ainsi tous les habitants, toutes les associations, tous les citoyens de tout horizon et de toutes origines à marcher ensemble contre la violence. Sécurité pour tous," lit-on dans le communiqué qui va encore organiser une grande manifestation à Paris le 4 septembre.

La mort de Zhang Chaolin, un Chinois de 49 ans, est loin d'être un cas isolé parmi les agressions contre les Chinois en France. Entre le 27 décembre 2015 et l'agression de Chaolin Zhang, le président de l'Association de l'amitié chinoise en France Hua Qin Cao a recensé près de 105 agressions de ce type au sein de sa communauté, dont la plupart dans le quartier des Quatre chemins à Aubervilliers.

Source : Sputniknews

Fleury-Mérogis: 10 détenus islamistes dispersés pour éviter une structuration en réseau

Selon une information du JDD, la situation se tend à la prison de Fleury-Mérogis où est incarcéré Salah Abdeslam, seul survivant du groupe terroriste qui a attaqué Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. Selon l’hebdomadaire, l’administration pénitentiaire a identifié une « tentative de structuration en réseau » au sein de la prison francilienne, avant d’y apporter une solution. 

10 détenus déplacés

En plein mois de juillet, la direction de la prison explique avoir « décidé de les déplacer dans d’autres établissements ». En cause: dix détenus condamnés pour leurs liens avec l’islam radical, et accusés d’essayer de s’organiser en réseau au sein de l’établissement.  

Tout en niant que ces détenus avaient établi un projet précis de mutinerie, l’administration pénitentiaire admet que le scénario inquiète. Auprès du JDD, un membre de l’administration reconnaît que « c’est très dur au quotidien avec certains » et évoque « une menace de l’intérieur comme de l’extérieur ». Les dix détenus concernés ont été dispersés dans plusieurs prisons d’Île-de-France. La direction de la prison précise toutefois qu’ils n’avaient aucun contact avec Salah Abdeslam. « Aucun contact n’est possible avec lui » assure-t-on auprès du journal. 

Source : Boulevard Voltaire



Fermée pour radicalisme, la mosquée attaque la Ville de Liège

11e6-9c10-85848da21e76_original.JPG

Les responsables du centre culturel islamique Markaz Attawhid, réputé comme radical, attaquent la Ville de Liège au Conseil d’État.

L’information a été diffusée par le journal La Meuse ce lundi matin et confirmée par le cabinet du bourgmestre de la Ville de Liège, qui rappelle que la décision de fermer la mosquée avait été prise avec les autorités judiciaires et policières, après avoir consulté plusieurs services juridiques et différents avocats.

En juin dernier, la Ville de Liège, représentée par le bourgmestre Willy Demeyer (PS), officialisait la fermeture du centre Markaz Attawhid, situé dans le quartier Saint-Léonard de la Cité Ardente. Deux arrêtés justifiaient cette décision. Le premier concernait une infraction urbanistique relative aux mesures de sécurité en cas d’incendie, et le second se justifiait par des motifs terroristes.

La fermeture, une première en Belgique

Six personnes, actuellement jugées, condamnées ou en attente de procès pour actes terroristes fréquentaient en effet la mosquée Markaz. Les individus avaient été interpellés pour avoir tenté de partir pour la Syrie ou incité d’autres personnes à le faire, sans pour autant tomber dans l’endoctrinement. La Ville de Liège avait dès lors agi pour atteinte à l’ordre public. Cette fermeture était une grande première en Belgique

La mosquée, qualifiée de «radicaliste» dans La Meuse, devait rester fermée tant que le niveau d’alerte de l’Ocam était maintenu à 3. Les responsables du centre islamique demandent aujourd’hui, non seulement sa réouverture, mais également que les motifs terroristes associés à la mosquée soient déclarés caduques. Ils justifient leur recours au Conseil d’État par un «acharnement» qui fait l’amalgame entre la religion et le terrorisme. La violation de la liberté d’association et de l’exercice du culte est également un argument énoncé par l’avocat qui représente la mosquée.

Du côté de la Ville de Liège, le cabinet du bourgmestre confirme les informations diffusées dans le journal La Meuse. Il y est rappelé que la décision de la Ville a été prise avec les autorités judiciaires et policières, après avoir consulté plusieurs services juridiques et différents avocats.

Source : Lavenir.net

 

Aquila, réfugiée algérienne en France : « pour un monde sans islam »

islam_aquila.jpg

Les éditions Tatamis font paraitre le 5 septembre prochain un livre coup de poing intitulé : « Pour un monde sans Islam ». Rédigé par Aquila, une Kabyle réfugiée en France, le livre apparait comme une réponse adressée à ceux qui estiment compatible une religion conquérante et politique avec notre civilisation.

Aquila est née au cœur de l’Islam en Algérie. Elle y (sur)vécut trois décennies avant de pouvoir s’en évader, comme d’une prison. Trois décennies dont une noire (ou rouge) : celle de la guerre civile au nom d’Allah, pendant laquelle le sang des Algériens et des étrangers (les moines de Tibhirine entre autres) y coule à flot.

Le terrorisme islamique par la terreur a mis à genou tout un pays. Contre vents et marées, en temps de paix comme en temps de guerre et au risque de sa vie, elle résiste et refuse de se soumettre à l’Islam.

Aquila ne s’est jamais sentie musulmane. Elle a rejeté très tôt la religion de sa naissance. Elle force son destin en quittant l’Algérie à 30 ans pour une terre non-musulmane : la France. Elle coupe les ponts avec sa famille qui voulait la forcer, même en France, à un mariage avec un musulman, et lui interdire d’épouser un non-musulman.

Devenue femme libre et indépendante en France, elle découvre que la France et l’Occident sont à leur tour des terres en voie de conquête par l’Islam. Le vecteur est l’immigration musulmane légale et illégale encouragée et subventionnée par la lâcheté des politiques et la naïveté des peuples qui les élisent.

Alors que des populations d’origine musulmane déferlent par milliers, parmi eux des terroristes déguisés en réfugiés, sur les rivages sud de l’Europe dans la sidération générale d’une société désarmée, elle quitte avec sa famille chrétienne la France pour un îlot de paix du Pacifique pour se soustraire à l’islamisation de l’Occident et au risque d’affrontement qui s’annonce. C’est au fil de ce périple, tant géographique que spirituel, qu’Aquila nous dévoile le visage de l’Islam qu’elle voit.

Elle nous alerte sur les dangers de l’islamisation du monde libre et de ce qui pourrait arriver si les gouvernements et les peuples d’Europe continuent d’ignorer la déclaration de guerre ouverte d’un courant de l’islam contre l’Occident. Un regard implacable et critique de l’intérieur, un témoignage précieux, une torche qui éclaire les ténèbres et montre la voie vers la lumière.

extrait : « Au nom d’Allah Akbar et de l’Islam, des militaires, des policiers, des journalistes, des intellectuels, des écrivains, des artistes, des hommes politiques, des étrangers furent assassinés par balles ou déchiquetés par des bombes de voitures piégées.

Au nom d’Allah Akbar et de l’Islam, des moines et des étrangers furent décapités.
Au nom d’Allah Akbar et de l’Islam, des voitures bourrées d’explosifs explosèrent en plein centre-ville, tuant des centaines de civils.
Au nom d’Allah Akbar et de l’Islam, des femmes enceintes furent éventrées, des foetus et des bébés furent fracassés aux murs ou mis aux fours.
Au nom d’Allah Akbar et de l’Islam, des milliers de jeunes filles furent violées et voilées, et des centaines furent prises comme butins de guerre et comme les Yazidis aujourd’hui, réduites en esclavage sexuel dans les maquis.
Au nom d’Allah Akbar et de l’Islam, de simples citoyens furent massacrés à la hache et démembrés …

Cet extrait d’un article datant de l’époque décrivant une scène devenue ordinaire presque quotidienne d’un massacre vous donnera une petite idée de l’horreur : « Pendant que les étendards de la mort happaient les âmes des innocents, nourrissons, enfants et femmes au milieu de flots de sang, les voisins attendaient leur tour [pour être égorgés] dans un état d’hystérie et d’épouvante poussé à l’extrême. » (Al Khabar, 24 septembre 1997)

L’auteur : Aquila est une kabyle née en Algérie où elle a vécu 30 ans, avant de pouvoir enfin partir en France pour s’y réfugier. Fuyant un mariage forcé, une culture où la femme est systématiquement rabaissée, et un climat de terreur permanente, elle a refait sa vie en France. C’est son premier livre, dix ans après son départ de la terre natale. En librairie le 05 septembre 2016

Pour un monde sans islam – Aquila – éditions Tatamis – 20€. En librairie le 5 septembre 2016.

Source : Breizh-info

Les femmes, premières victimes des migrations de masse

black-woman-crying.jpg

Mardi 16 août, un tribunal autrichien a placé en détention provisoire neuf migrants irakiens après le viol collectif d’une jeune femme, survenu à Vienne pendant cette même nuit de la Saint-Sylvestre que les habitantes de Cologne se rappellent si tristement. De son côté, le quotidien The Sun a révélé, le 31 juillet dernier, des chiffres alarmants communiqués par la police britannique : en 2015, 897 infractions, incluant des viols et des agressions sexuelles, ont été commises par des réfugiés syriens en Angleterre et au pays de Galles.

Tandis qu’en Europe un grand nombre de femmes subissent un véritable calvaire consubstantiel à la submersion masculine, il existe en amont une autre vérité tout aussi douloureuse et qui frappe les femmes africaines – ces oubliées du voyage vers le Vieux Continent. En effet, si les Syriennes sont presque à parité avec les hommes dans les camps de réfugiés de guerre au Proche-Orient, beaucoup moins nombreuses sont celles qui se risquent à traverser la Méditerranée – et très minoritaires les femmes en provenance du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne. Tandis que les stricts migrants de guerre fuient paritairement les zones de combat, sans aucune distinction de sexe ou d’âge, la proportion des femmes est inférieure à 10 % sur les routes maritimes et africaines des grandes migrations économiques. Comment interpréter ce chiffre ? Pourquoi les femmes africaines ne sont-elles pas candidates à l’émigration massive ? Peut-être parce que si les hommes s’exposent au risque de la mer, elles en courent un second, qui meurtrit l’âme autant que le corps : celui des viols commis sur le long chemin des migrations, le nomadisme frappant toujours les femmes prioritairement.

Ainsi, une grande majorité d’entre elles restent seules au pays, prises en otage par la fuite de leurs fils, l’abandon de leurs frères. Si elles partent, elles s’exposent au risque du viol – chaque étape, chaque convoi, chaque navire devenant pour elles un piège en puissance. Si elles restent, elles sont désormais totalement vulnérables aux agressions sexuelles des hordes qui sévissent, n’ayant plus aucun protecteur au foyer. Ainsi, le Soudan a connu une épidémie de viols collectifs en juillet, dus aux conflits interethniques mais aussi à la fragilisation des femmes livrées à elles-mêmes au sein de structures familiales défaites, à surreprésentation féminine.

Pour celles qui se risquent au grand voyage, Le Figaro rapportait le 1er août dernier le témoignage édifiant d’une jeune femme d’Afrique de l’Ouest, emprisonnée pendant cinq mois en Libye pour clandestinité, torturée et menacée quotidiennement de viol dans sa geôle. Étape incontournable, la Libye est devenue un territoire de non-droit où les femmes qui s’y hasardent paient presque toujours le tribut du déshonneur. Lorsqu’elles parviennent sur nos rivages, leur sort n’est pas plus enviable. Ainsi, une équipe de l’Agence nationale de recherche sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS) a présenté un rapport aux conclusions alarmantes le 19 juillet dernier : un tiers des femmes d’origine subsaharienne vivant en France et diagnostiquées séropositives ont ainsi été contaminées sur notre sol – leur immense précarité les conduisant à la prostitution pour obtenir de l’argent ou un logement, ou les livrant à toutes les prédations dans les foyers d’hébergement précaires.

Par ailleurs, précise ledit rapport,

les femmes venues en France parce que leur vie était menacée dans leur pays d’origine sont six fois plus à risque de subir un rapport sexuel forcé après leur arrivée

Sur les promoteurs médiatiques de l’accueil systématique pèse le poids de la prédation des femmes d’Europe et d’Afrique. Mais ils s’en lavent les mains. Ni leurs épouses ni leurs filles n’empruntent ni ne croisent la route des clandestins.

Thomas Clavel

Source : Boulevard Voltaire



Interdire le salafisme ?

idiot-cerveau-brain.jpg

Voilà la dernière lubie en vogue dans la classe politique cet été. Elle trahit encore, hélas, leur niveau d’incompétence et d’ignorance.

Car l’État islamique n’est pas « salafiste ». Il est khawarij : cet islam originel, celui de l’épée, antérieur à la division entre chiites et sunnites. Dans le Sinaï, l’État islamique local capture et livre les salafistes au Hamas, qui les torture et les livre à son tour à Israël… Orient compliqué. Entrer dans ces raffinements, c’est déjà trop. Vouloir cibler tel ou tel style de voile, telle ou telle tendance mahométane, c’est déjà obéir à une injonction d’apprentissage de l’islam.

La vraie question qu’il faut poser, c’est celle de notre société occidentale. Au Caire, on peut se promener partout de jour comme de nuit : c’est la grande métropole la moins criminelle du monde. L’appel du muezzin est une injonction puissante : 1 homme sur 5 a la trace du tapis de prière sur le front. Chez certains, c’est de la corne. En 2013, il y a deux fois plus d’homicides au Luxembourg qu’en Égypte .

Lorsque le pape tente de nous interpeller sur la question de la violence dans nos sociétés, c’est la bronca. Pourtant, il ne s’adresse pas qu’au dernier million de Français qui va encore à la messe, mais à un milliard de catholiques. Et il parle d’une réalité qu’il connaît bien : celle de la violence en Amérique du Sud. Dérangeant pour nos idées reçues, n’est-ce pas ?

Voici le message prosélyte ultime : dans la maison de l’islam, on vit en paix. À l’extérieur, c’est la maison du désordre et de la guerre entre « communautés ». La troublante réalité est que l’islam ne connaît que la violence politique, celle qui impose son modèle social et sa paix civile. Convertissez-vous, braves gens, vous aurez la paix.

Et nous, que proposons-nous ? Quel idéal ? Quelle paix civile ? Hier, sur une radio nationale, des féministes engagées défendaient le « burkini », une liberté pour les femmes, au même titre que le « topless ». Qu’importe, pour ces belles âmes, si dans la maison de l’islam, le voile est aussi celui des privations de tous les droits civiques et sociaux. Sur les plages, il semble que la cohabitation du voile intégral et des seins nus soit impossible. Quelle alternative sociale avons-nous à proposer ? Le chômage, l’insécurité, le mariage homosexuel et les familles décomposées ? Où sont nos fidélités ?

Anarchie post-chrétienne ou nouvel ordre islamique ? Le problème est devant nous, il ne vient pas d’une énième guerre civile interne en terre d’islam, ou de telle tendance musulmane aussi radicale que subtile. Il vient de nos faiblesses. Le temps presse. Ne nous trompons pas d’enjeu : celui d’une guerre insurrectionnelle, c’est le contrôle des foules. Pendant des décennies, nos élus ont laissé prospérer l’islamisation de pans entiers de notre territoire : ce n’était qu’un sursis, d’un mandat à l’autre, pour avoir le calme dans leurs fiefs électoraux. Celui de cette guerre, c’est la conversion des foules à l’islam, ou le regain d’une foi chrétienne authentique qui ne soit pas seulement une posture identitaire ou un salmigondis de laïcité républicaine et de spiritualité « new age ».

Maxime de La Devèze

Source : Boulevard Voltaire



L’immigration en Europe est organisée par les États-Unis

American-Imperialism.jpg

Au début du mois d’août, en catimini, une circulaire des ministères français de l’Intérieur et du Logement a pratiquement aboli la distinction entre immigration régulière et immigration illégale, permettant ainsi la régularisation massive des immigrés en situation irrégulière et facilitant, du même coup, l’arrivée torrentielle de nouveaux « migrants », auxquels on ne pourra désormais plus opposer le moindre obstacle administratif ou juridique.

Pourtant, de moins en moins de gens ignorent que l’invasion que nous subissons actuellement dans toute l’Europe est largement organisée par les USA, qui y voient un moyen « providentiel » de submerger le Vieux Continent, d’achever de dissoudre l’identité des nations qui le composent et de rendre celles-ci impuissantes à jamais en tant qu’États. Autant de gagné pour l’Empire !

Sait-on qu’il existe, à Genève, une agence intergouvernementale, l’International Organization for Migration (IOM), en grande partie financée par les Américains, dont une des principales missions est, précisément, d’accélérer la migration des populations africaines en direction de l’Europe ?

Le directeur général de cette organisation s’appelle William Lacy Swing. Il a 82 ans, c’est un diplomate chevronné, qui connaît parfaitement l’Afrique, où il a exercé de multiples fonctions.

Officiellement, l’organisation qu’il dirige depuis 2008 a pour mission de veiller à ce que les millions de « migrants » qui envahissent l’Europe soient bien accueillis. Il dispose, pour cela, d’une armée de 8.000 fonctionnaires (excusez du peu !) qui organisent, contrôlent et facilitent sur place le travail des « exportateurs » et des « importateurs ».

W.L. Swing travaille tellement bien et ses patrons sont tellement contents de lui que, malgré son âge, il a été reconduit pour cinq ans, en 2013, à la tête de ladite IOM.

Le 7 janvier 2015, reprenant les termes d’une interview qu’il venait de donner à CNN, il déclarait sur Facebook : « Migration is inevitable, necessary and desirable, so let’s change the narrative. » Or, c’est notamment pour que cette migration « inévitable, nécessaire et désirable » s’accélère, aux frontières de l’Europe, au Proche-Orient et dans toute l’Afrique — et qu’avec elle s’accélère aussi le remplacement de nos populations — que les USA ont décidé, comme on sait, de détruire, avec leurs alliés de l’OTAN, cinq pays arabes dont les dirigeants ne leur étaient pas assez soumis : Irak, Égypte, Tunisie, Libye et Syrie.

La destruction de la Libye était particulièrement importante et urgente, ce pays constituant, de par sa proximité avec l’Italie, le lieu de passage obligé vers l’Europe des masses en provenance de l’Afrique subsaharienne.

Quand on sait, d’autre part, que l’oligarchie américaine ne verrait pas d’un mauvais œil l’islamisation de l’Europe (elle permettrait, notamment, d’en finir avec l’influence du catholicisme), on comprend l’intérêt que représente, pour elle, la décision des autorités françaises d’ouvrir tout grand les vannes à l’invasion.

Raoul de Gerrx

Source : Boulevard Voltaire



En Belgique, une députée d’origine marocaine veut faire interdire le burkini

nadia-1080x660.jpg

La querelle agitant la France, depuis une semaine, sur le port du burkini s’est exportée jusqu’en Belgique et son littoral s’étendant sur soixante-six kilomètres de plages et de coquettes stations balnéaires. Comme tout débat sociétal divisant la France, celui-ci a connu un écho dans le plat pays.

C’est une députée d’origine marocaine qui a mis le feu aux poudres : Nadia Sminate, membre de la Nieuw-Vlaamse Alliantie – que l’on pourrait traduire en français par l’appellation « Alliance néo-flamande » -, premier parti du pays, n’y est pas allée par quatre chemins :

« Il faut absolument éviter que des femmes se promènent en burkini en Flandre, que cela soit dans les piscines ou sur les plages. Je ne pense pas que les femmes veulent, au nom de la foi, se balader avec une telle horreur sur la plage. Si vous l’autorisez, vous mettez les femmes au ban de la société. »

Conséquente avec sa prise de position courageuse, Nadia Sminate espère voir une interdiction du port du burkini, estimant, « au nom des normes et des valeurs », que c’est « à la Flandre à déterminer les règles qui s’appliquent sur son territoire ».

La députée a été soutenue par son parti généralement (relativement) conservateur sur les questions de société. Dans un grand classique, les partis traditionnels ont, quant à eux, botté en touche. Pour le bourgmestre Open-VLD (libéral, parti d’un certain… Guy Verhofstadt, qui tance les souverainistes au Parlement européen) de Blankenberge, station balnéaire populaire, Patrick De Klerck, il n’y a « aucun problème avec le burkini ».

Nadia Sminate est, par ailleurs, la première bourgmestre d’origine marocaine du pays. Suscitant la curiosité après son accession au maïorat de la petite commune de Londerzeel, dans le Brabant flamand, elle déclara :

« Ma mère est flamande. Mon père est marocain. J’ai toujours habité à Londerzeel. Et j’ai été éduquée uniquement en flamand, même si ce n’était que la quatrième langue de mon père. »

Nadia Sminate est, avec sa coreligionnaire Zuhal Demir, autre talentueuse bretteuse quand il s’agit d’attaquer le Parti socialiste ou les syndicats, un brillant exemple d’intégration. Leur parti, pourtant, ne cesse d’être taxé d’extrémisme par les forces bien-pensantes.

Gregory Vanden Bruel

Source : Boulevard Voltaire

lundi, 22 août 2016

Le burkini, une arme au service de l’islamisation de la France

burkini-et-bikini.png

L’islam n’est pas une religion de paix et d’amour comme le prétendent ceux qui maudissent les Juifs et les Chrétiens dix sept fois par jour en priant mais celle du mensonge, de la falsification et du chaos organisé. Il s’est imposé au cours des siècles grâce aux torrents de sang, car sans sa violence sacrée, il serait passé depuis longtemps dans le domaine du folklore…
C’est une religion de haine et d’exclusion, c’est un apartheid voulu par Allah et son Envoyé contre tout non musulman, contre tout apostat et contre les femmes qui sont désignées comme les symboles de l’impureté et les alliées du diable ( El chaytane).
En cette période estivale propice à la détente et aux loisirs, une tempête médiatique est sciemment entretenue en France par les mahométans purs et durs ( c’est à dire les islamistes) qui tentent de faire passer le burkini comme étant un choix personnel des femmes musulmanes qui le portent pour ‘ bronzer’ et profiter ainsi des plaisirs de la mer comme si l’islam le recommandait.
Pourtant, au temps du beau modèle de Médine, il n’y avait pas de congés payés et encore moins les joies de la mer dont on pouvait profiter en famille. Il y avait uniquement une économie basée sur le bazar et les razzias où les femmes étaient une marchandise qui rapportait gros surtout lorsqu’elles étaient jeunes et esclaves sexuelles, comme le sont actuellement certaines filles et femmes yazidies aux mains de DAESH, que les médias du système mondial ignorent car ces malheureuses n’habitent pas dans une contrée qui regorge de pétrole comme en Arabie Saoudite.
Prétendre que le burkini est un choix de vie de la femme musulmane est une hérésie, c’est un mensonge éhonté que seuls les adeptes d’Allah savent produire en quantité industrielle dès qu’ils se sentent acculés, en jouant sur les fibres de la victimisation pour endormir les idiots utiles.
Il est bon de rappeler que selon l’orthodoxie musulmane, la femme musulmane doit se voiler intégralement et sous aucun prétexte se montrer en publique sans son khimar ( le voile intégral).
Par conséquent, le burkini est une innovation ( une bidâa) que l’islam condamne fermement, d’après ses textes fondateurs (coran, sunna, fiqh) .
Et toute bidâa est blâmable et ses initiateurs ou initiatrices sont voués à l’enfer, selon les quatre écoles sunnites (malékite, hanafite, chafiite, hanbalite).
Le burkini ne fait pas partie des accoutrements islamiques mais par contre le voile intégral (burqua) est un ordre d’Allah.

Dans la sourate 24 ( An-Nur) verset 31, il est écrit :
« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté et de ne montrer de leurs atours que ce qui est paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, où à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès ».

Et dans la sourate 33 ( al-ahzab) versets 33 et 59, il est écrit aussi :
« Restez dans vos foyers ; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’avant l’islam ( Jahiliyah). Accomplissez la salat (la prière), acquittez la Zakat(l’aumône) et obéissez à Allah et son Messager. Allah ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ô gens de la maison (du prophète), et veut vous purifier pleinement ».
« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants de ramener sur elles leurs grands voile : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux ».

D’après le coran, la femme musulmane n’a pas le droit de quitter son foyer sans sa burqua et sans l’autorisation de son tuteur.
Et ceux qui disent le contraire, n’ont qu’à apporter des preuves coraniques.
En vérité, les islamistes savent ce qu’ils font mais en conquérants pernicieux et fourbes, ils claironnent que la musulmane est libre pour obtenir le soutien des islamo-collabos afin d’islamiser la France sans faire de vagues.
Les idéologues de l’islamisme mènent le djihad conformément aux recommandations d’Allah et de son Prophète et ils ne sont pas aussi naïfs comment on essaye de les faire passer. Car contrairement à ceux en Occident qui permettent à l’islam de s’étendre, eux sauront utiliser sa violence sacrée au moment opportun pour créer le désordre et la peur.
En attendant, ils profitent des bienfaits de la démocratie et de la liberté, tout en continuant à propager le virus islamique en Occident. Mais ils n’oublieront jamais les hadiths de Mahomet qui considèrent la femme comme une éternelle mineure, incapable de réfléchir et qui doit avoir un tuteur (wali), son maître incontesté ici-bas et dans l’au-delà.
Et pour la bonne cause, certains dignitaires religieux musulmans essayent de vendre l’égalité homme-femme.
Faut-il les croire ?

En réalité, ils créent une tempête médiatique pour se faire passer comme étant des victimes du racisme gaulois. Leur mensonge ne pourra pas durer une éternité parce qu’un jour viendra, à ce moment-là, les non musulmans se lèveront pour dire stop à la terreur islamique. Ce n’est qu’une question de temps.
Selon la sunna, les croyantes doivent impérativement porter le khimar (ou niqab, djilbab), ce voile intégral qui ne doit laisser rien transparaître de leur corps afin qu’elles ne soient pas souillées par le regard des hommes. Dans le cas contraire, elles désobéissent à Allah et son Envoyé et elles savent ce qui les attend, le jour du jugement dernier.

Porter le burkini sur une plage au milieu des hommes, n’est-ce pas désobéir à Allah et son Envoyé?
Selon Muslim, Mahomet a dit : « toute femme qui se met du parfum et qui passe devant les hommes est une fornicatrice ».
Et celle qui se met en burkini sur une plage, n’est-elle pas une provocatrice ?

Dans sahih Bukhari, Mahomet a dit :
« Toute femme qui enlève son khimar (voile intégral) dans une autre maison que la sienne ou celle de son époux ôte l’enveloppe qui la protège devant Dieu ».
Une femme en burkini sur la plage, ne se montre-t-elle pas nue devant Allah et son Messager?

Mahomet a averti les musulmanes en leur disant : « Vous les femmes, vous n’avez pas le droit de marcher au milieu des hommes en sortant de la mosquée. Restez sur les côtés ».

Où est donc passée l’égalité homme-femme que les féministes islamistes  chantent à tue-tête ?
L’Apôtre d’Allah avertit aussi ses ouailles en les prévenant : « Il ne peut pas y avoir de tête-tête entre un homme et une femme sans que le diable ne s’en mêle et ne provoque le pire ».

Au moins, c’est limpide alors attention à la fornication, messieurs-dames du monde musulman.
Selon Abou Daoud, un hadit de Mahomet rapporté par Aïcha, la femme favorite de Mahomet, et mère des croyantes  dit :
«  Asma entra chez l’Apôtre d’Allah, avec des vêtements transparents, le prophète se détourna en disant : « Il y aura dans ma communauté des femmes habillées mais en réalité, elles sont nues. Sur leur tête, il y a comme des bosses de chameaux, maudissez-les car elles sont devenues maudites ; elles n’entreront pas au paradis et ne sentiront pas son odeur, bien qu’on puisse sentir son odeur de très loin ».

Et les femmes en burkini, les musulmans, doivent-ils les maudire ?
Une femme en burkini dès qu’elle est dans l’eau, son burkini devient moulant et ses rondeurs (qui sont parfois généreuses) sont visibles à un kilomètre à la ronde.
Où est donc passée la pudeur que les imams ressassent chacun vendredi dans leurs prêches ?
Mais pour eux, le burkini est licite parce qu’il participe activement à l’islamisation de la France au même titre que le ramadan, le voile islamique, la nourriture halal, la construction des mosquées, l’aïd al-adha et les accoutrements ostentatoires dans l’espace public.

Désormais, l’islam avance à visage découvert et aucun obstacle ne le gêne, à l’exemple de cette auto-école de Villefranche-sur-Saône, dont la gérante veut ouvrir une salle de cours réservée exclusivement aux femmes.
Hamdoulillah ! Machâa Allah ! Ina Allah âala kouli chayine kadir (Allah est capable de tout) !

Hamdane Ammar

Source : Riposte laique

Toutes en burkini !

arton11532.png

Dans la presse étrangère c’est la stupéfaction et la risée devant les arrêtés municipaux interdisant le burkini sur des plages françaises. On marche sur la tête, en quoi une tenue de plage dont le visage n’est pas couvert porte t-il atteinte à la sécurité du territoire ou aux valeurs de la république. Est-ce du repli identitaire que des femmes choisissent de ne pas se balader sur les plages en bikinis, les seins nus, en strings voire carrément nues. Il est évident que ce n’est pas la tenue qui est visée mais celles qui la portent parce qu’elles sont musulmanes.

Sur fond d’attentats et d’état d’urgence, les ruées racistes contre les musulmans
se multiplient : après la peur du grand remplacement idéologisé par Eric Zemmour et le Front National, le fichage des élèves musulmans proposés par le scandaleux maire de Beziers, on interdit aux femmes musulmanes de porter des burkinis. Et pourquoi ne pas interdire la barbe des musulmans tant qu’on y est ?

Créer un lobby pro arabo-musulman

Face à cette spirale islamophobe, il faut que les français arabo-musulman s’organisent en lobby afin de peser dans le débat publique trop souvent accaparé par la droite et l’extrême droite. Ce n’est pas en propulsant Jean Pierre Chevènement à la tête de la Fondation pour l’ Islam de France que l’on va régler les problèmes, d’autant qu’à peine installer il a enjoint les musulmans à la discrétion.Ce qui à provoqué bien des moqueries sur Twitter. Il est scandaleux qu’un premier ministre, de gauche de surcroît, Manuel Valls apporte son soutien aux maires - majoritairement de droite - qui ont interdit le port du burkini sur les plages.

Le Conseil contre l’islamophobie en France (CCIF) a déposé à juste titre un recours contre l’arrêté de la ville de Cannes qui interdit aux femmes de porter des burkini sur la plage.L’association féministe Ni pute Ni Soumise dirigée par l’ancienne ministre Fadela Amara( qui pantoufle bien tranquillement dans un ministère) est bizarrement totalement absente du débat. Il faut que nos élites françaises d’origine arabo-musulmane investissent davantage le champ des médias, de la politique nationale afin de peser dans le débat. Que les pays du Golfe sanctionnent la France pour ses dérapages répétées contraire aux valeurs de la république en gelant leurs investissements ou en stoppant leurs achats d’armes et de produits de luxe.
Le burkini a été inventé il y a une dizaine d’années par le designer australien Aheda Zanetti, qui a repéré un business prometteur dans le marché des vêtements de sport islamique.

Source : France-moyenorient

Grèce. Débat sur la construction d’une mosquée à Athènes

mosque_2-thumb-large-thumb-large.jpg

La décision de construire une mosquée à Votanikos, un quartier d’Athènes – la première mosquée moderne érigée dans le pays –, est importante pour des raisons historiques et politiques. Trente-trois ans après la première demande, les musulmans du pays, qui sont plus de 100’000 selon le Ministère des affaires étrangères grec, auront enfin droit à une vraie mosquée dans la capitale. C’est un pas important en termes d’égalité des cultes en Grèce. Pourtant, la décision a donné lieu à une polémique violente et les représentants d’ANEL (Grecs indépendants), parti de la droite extrême populiste qui participe au gouvernement, ont voté contre la motion. L’Aube dorée, le parti nazi, a aussi voté contre et ses députés ont attaqué un député musulman à l’intérieur du parlement. Thanasis Kourkoulas, membre de DEA [Gauche ouvrière internationale], du Réseau Rouge et de KAR [Mouvement « Déportez le racisme »], écrit ici en faveur de la création de la mosquée.

*****

L’islamophobie ne caractérise pas seulement les fascistes et l’extrême droite. Il s’agit d’une large campagne idéologique conduite par les médias, les politiciens nationalistes et les partis au pouvoir à une échelle d’ensemble et avec des appuis internationaux.

Après le 11-Septembre, les Etats-Unis et leurs alliés ont commencé une croisade incroyable contre « l’axe du mal », une croisade qui a pris la forme de deux guerres impérialistes en Afghanistan et en Irak, de la création des prisons illégales pour les musulmans dans divers pays et de la montée de la répression policière contre les musulmans et les Arabes dans les pays de l’Ouest.

En même temps, le fondamentalisme chrétien à l’Ouest a été renforcé par les « croisés » de l’extrême droite, qui ne permettaient pas la création de mosquées à New York, qui interdisaient les minarets en Suisse et le voile intégral en France. En Grèce, un des slogans fondamentaux d’Aube dorée est « Pas de mosquée à Votanikos ». Les plus importants « arguments » des islamophobes sont que la civilisation chrétienne et la civilisation musulmane sont incompatibles, que l’islam est une religion réactionnaire et une source de terroristes, que le caractère « gréco-chrétien » du pays sera déformé, etc. Il s’agit d’arguments réactionnaires grotesques, lesquels – s’ils étaient avalisés par la majorité parlementaire (du gouvernement Tsipras) – pourraient créer ce qu’elle veut éviter : la réaction et le repli des musulmans sur une base religieuse, comme réponse à leur marginalisation et au refus d’’être intégrés égalitairement à la société.

Et quel est danger pour la religion dominante en Grèce quand il y a une église orthodoxe à chaque coin de rue ? Quand l’Eglise orthodoxe est le plus grand propriétaire de terre et d’immeubles du pays ; une machine gigantesque qui – au lieu d’être taxée – est financée par l’Etat ? Quand les salaires des prêtres sont payés par l’Etat ? Quand chaque jour les classes des écoles commencent par la « prière » ?

Il s’agit en fait d’un fondamentalisme orthodoxe tellement profondément ancré dans le système qu’il a le culot de renier la liberté de culte même dans sa forme constitutionnalisée, de refuser aux autres cultes tout droit démocratique d’expression religieuse.

Les femmes

Un argument central de la propagande anti-islamique concerne la position de la femme dans le monde musulman. Mais, à ce propos, les Eglises chrétiennes ne sont pas nécessairement plus progressistes. Selon la Bible, la première femme a été créée à partir d’une côte du premier homme. La « chute du paradis » a été la faute d’Eve, qui a entraîné Adam dans le péché. Lors des mariages orthodoxes les prêtres disent à la femme « d’avoir peur de l’homme ».

Jusqu’au XIXe siècle, dans les pays développés de l’Ouest, les rapports sexuels avant le mariage étaient défendus pour les femmes, les femmes devaient être couvertes jusqu’aux chevilles, les enfants conçus en dehors du mariage étaient stigmatisés, la propriété était héritée par le fils aîné et la femme n’avait pas le droit de demander le divorce.

Les différences entre « l’Est » et « l’Ouest » résultent du fait que l’Est est aujourd’hui moins développé économiquement que l’Ouest. Mais la raison n’est autre que l’exploitation de ces pays par les puissances impérialistes de l’Ouest au XIXe siècle comme au XXe siècle. Il ne s’agit pas ici d’un quelconque gouffre éternel entre civilisations « progressistes » et « réactionnaires » créé par la religion.

Des libertés religieuses

La concession des libertés religieuses aux musulmans va dépolariser les « différends religieux » et faciliter les luttes communes des travailleurs locaux et immigrés / réfugiés sur les problèmes que nous avons en commun et que nous devons affronter en commun : les mesures d’austérité barbares, la pauvreté et le chômage, les politiques des capitalistes et de leurs gouvernements.

C’est une grave erreur de manifester de l’indifférence pour ce qui a trait aux droits religieux des immigré·e·s et des réfugié·e·s en adoptant l’argument selon lequel les religions en général sont réactionnaires. C’est une erreur encore plus grave de soutenir les interdictions religieuses des gouvernements au nom du « progrès », comme une partie de la gauche est encline à le faire.

La défense des libertés religieuses des immigré·e·s et des réfugié·e·s crée la possibilité de former des relations spécifiques de confiance et facilite notre communication au sein du mouvement social et des salarié·e·s. Aujourd’hui, en particulier, au moment où leurs conditions de vie dans les camps de concentration sont déplorables, cette prise de position est plus nécessaire que jamais. Le « snobisme » ou le soutien à l’oppression religieuse dominante ne font que faciliter les ambassadeurs et les cliques religieuses réactionnaires d’agir au milieu des immigrés / réfugiés et de se présenter en tant que défenseurs de leurs droits. Aussi, ils renforcent parmi les immigrés / réfugiés l’opinion qu’ils n’ont pas seulement contre eux les gouvernements et les fascistes, mais toute la population locale. Cela crée ainsi une polarisation religieuse accentuée entre les exploité·e·s et les opprimé·e·s. (Article publié dans le bimensuel de DEA, le 9 août 2016, traduction Sotiris Siamandouras, édition A l’Encontre)

Thanasis Kourkoulas

Source : Alencontre

Ces Allemands qui quittent l’Allemagne pour fuir les migrants

Nos confrères d’Alsace Actu ont découvert un reportage de la chaîne allemande ZDT (télévision) à propos de ces Allemands qui commencent à fuir leur pays pour échapper à l’invasion migratoire. La politique migratoire initiée par Angela Merkel, et qui a abouti en 2015 à l’arrivée de plus d’un million de migrants, ne fait en effet pas que des heureux en Allemagne, ni en Europe de l’Ouest en général.

« Cette arrivée massive a engendré depuis un certain nombre de problèmes, parmi lesquels les agressions sexuelles de masse de Cologne et d’autres villes au Nouvel An, ou les attaques terroristes commises par des terroristes infiltrés parmi les masses de migrants. En outre, elle semble inciter un nombre croissant d’Allemands à quitter l’Allemagne pour des pays moins concernés par l’immigration extra-européenne. Si ce phénomène est connu parmi les populations retraitées, il commence également à toucher les jeunes. C’est à ce sujet que la chaîne de télévision allemande ZDF a réalisé un court reportage sur un couple de jeunes Allemands qui prépare son émigration en Hongrie, sur les bords du lac Balaton.» écrivent nos confrères.

La politique protectrice menée par Orban notamment en Hongrie, mais aussi celle menée en Slovaquie, en République Tchèque, en Autriche, en Pologne, incite de plus en plus d’Européens à se rendre dans ces pays. Et à songer, éventuellement, à s’y installer plus tard : « si la Bretagne venait à être touchée comme le reste de la France par l’immigration – et c’est déjà pratiquement le cas dans les grandes villes – alors nous choisirions de partir à l’Est » nous explique Laurent, un breton père de 5 enfants qui « le ferait la mort dans l’âme ». « Mais si c’est nécessaire pour assurer un avenir à mes enfants dans une société harmonieuse et réellement européenne, alors je le ferai. Nos parents et nos grands parents ont laissé faire cette situation et nous ont offert un cauchemar multiculturel, à nous de protéger nos enfants et de leur offrir un avenir meilleur ».

Source : Breizh-info

Sous les pavés, l’islam

Swimming-Burka-For-Woman-600x480.jpg

Les idiotes utiles de l’islamisation – entendez, par là, les féministes de tous bords -, ne savent plus comment décrêper le chignon, fût-il sous un voile ou une burka.

Depuis presque un demi-siècle, l’Internationale féministe nous broie les tympans menu avec le droit acquis de disposer de son corps, témoin (nous dit-on) de « la libre expression de la volonté et de la responsabilité individuelle » de celles qui y souscrivent. Cet apostolat est, en fait, le jumeau de celui de l’Internationale multiculturaliste, qui milite pour le droit à la différence et celui des minorités dites visibles. Ces deux combats sociétaux sont, d’ailleurs, souvent menés de front et de pair par les mêmes thuriféraires du progrès.

Des musulmanes voilées abreuvées de valeurs républicaines, tout récemment dévoilées féministes, se sont donc judicieusement réappropriées ce droit à disposer de leur corps selon leurs convenances. À l’instar des soixante-huitardes qui ont su se libérer à leur façon, ces bâchées – partiellement ou intégralement- se targuent désormais de faire ce qu’elles veulent de leur corps et de décider, légitimement, des parties de leur anatomie qu’elles souhaitent dévoiler et de celles qu’elles préfèrent occulter aux rétines masculines concupiscentes. Hier, à la plage, c’était « Aujourd’hui, j’enlève le haut », aujourd’hui, sur cette même plage c’est « Demain, j’enfile mon burkini »… et je vous emmerde parce que je suis une femme libérée !

En 68, le soutien-gorge était l’objet emblématique de la libération, pour la femme occidentale, du joug patriarcal ; de nos jours, le voile, la burka, le burkini seront probablement considérés (moyennant une plaidoirie, une démographie, une soumission et un électoralisme de circonstance) comme le signe emblématique de l’émancipation de la femme musulmane, qui use elle aussi de plein gré du droit de « disposer de son corps ». Et tous ceux qui, comme Manuel Valls, crieront à la provocation islamiste et à l’« apartheid » vestimentaire n’y feront strictement rien car, à ce jeu, les musulmans ont déjà prouvé qu’ils sont les plus forts, comme en témoigne la stricte non-application de la loi républicaine contre le voile intégral.

Et puis, pourra-t-on parler de provocation, de pratique « archaïque », de « symbole d’un projet politique hostile à la mixité et à l’émancipation des femmes », comme le piaillait récemment le ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, alors que les minorités dites visibles bénéficient d’une protection juridique, médiatique et de leur droit acquis à la différence ? Il n’est pas interdit à d’autres « minorités visibles » de s’accoutrer comme bon leur semble. A-t-on jamais entendu les trémolos républicains de Manuel Valls à la vue d’une plume entre les fesses d’un adepte de la Gay Pride, une muselière dans la gueule, vêtu intégralement d’une combinaison en latex et se faisant fouetter en public ? Est-ce de la provocation ou le droit à la différence ?

Main dans la main, le prosélytisme politico-religieux et le prosélytisme sociétal, les féministes et les progressistes, voilées et emburkinées : sous les pavés, la plage, la plage en burkini. Ou, plus succinctement : sous les pavés, l’islam.

Pierre Mylestin

Source : Boulevard Voltaire



L’Allemagne se déciderait-elle à lutter sérieusement contre l’islamisme ?

bericht_aus_berlin_merkel_burka-1550x660.jpg

Les Allemands auraient-ils enfin pris conscience de l’ampleur du danger causé par le terrorisme islamiste en Europe ? Certains indices pourraient a priori le laisser espérer. Deux nouvelles montrent que l’Allemagne a décidé d’agir : tout d’abord, le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière (descendant de huguenots, comme son nom l’indique), songe à une interdiction partielle de la burqa ; ensuite, l’Allemagne envisage la possibilité de déchoir les terroristes binationaux de leur nationalité allemande. Diverses mesures complémentaires, relatives aux moyens des forces de l’ordre, sont aussi en chantier.

Au cours d’une conférence de presse, Thomas de Maizière a déclaré :

« Les Allemands qui participent aux combats à l’étranger pour une milice terroriste et qui possèdent une autre nationalité doivent à l’avenir perdre leur nationalité allemande. »

Si cette position relève simplement du bon sens, elle ne va pas de soi dans l’Allemagne des droits de l’Autre d’Angela Merkel. Un temps, le gouvernement français avait envisagé une mesure similaire, avant d’y renoncer sous la pression de l’aile gauchiste de la majorité. Comme l’a rappelé M. de Maizière, la législation allemande permet déjà de priver de leur nationalité allemande les binationaux engagés dans les forces régulières de pays étrangers. Cet argument d’une logique implacable suffira-t-il à convaincre la puissante bobocratie outre-rhénane ? Pas si sûr.

Pour ce qui concerne le port de la burka, le gouvernement allemand semble vouloir l’interdire partiellement. Thomas de Maizière estime que l’interdiction générale du voile intégral serait « inconstitutionnelle », mais qu’il faudrait introduire

« le principe de montrer son visage là où [ce serait] nécessaire : au volant, lors de procédures administratives, dans les écoles et les universités, dans le service public, devant les tribunaux ».

Pour très largement insuffisante que soit cette déclaration, elle démontre une évolution positive dans l’appréhension du phénomène islamique par les autorités germaniques. De toute façon, l’Allemagne sera bien obligée, à plus ou moins long terme, d’interdire purement et simplement burqas et niqabs sur son territoire national.

Dernière chose, le ministère de l’Intérieur allemand proposera une batterie de mesures destinées à permettre au pays de mieux lutter contre les attaques terroristes : création d’un motif d’arrestation de « mise en danger de la sécurité publique » visant à placer rapidement en détention les étrangers soupçonnés de préparer des attentats ; accélération des procédures d’expulsion, direction unique des forces spéciales, augmentation importante des effectifs de police, investissement dans les technologies de reconnaissance faciale…

Ces bonnes décisions laissent pourtant un goût amer. Le gouvernement allemand, à l’identique du nôtre, n’entend pas lutter contre l’immigration massive, matrice du terrorisme islamiste en Europe. Le chef du renseignement bavarois avertissait, dernièrement, que des groupes liés à l’État islamique avaient pénétré en Allemagne, déguisés en « réfugiés ». Angela Merkel a ouvert la boîte de Pandore. Plutôt que de la fermer instamment, elle tente d’en limiter l’impact. Cruelle erreur historique…

Gabriel Robin

Source : Boulevard Voltaire



dimanche, 21 août 2016

L'extrême droite allemande milite pour le port d'arme

media_xll_8987547.jpg

Tous les citoyens respectueux de la loi devraient pouvoir détenir des armes afin de se protéger ainsi que leurs familles, a déclaré la chef du parti populiste d'extrême droite Alternative for Germany (AfD) samedi.

"Nous savons tous combien de temps cela prend pour que la police arrive, surtout dans les zones peu peuplées", a dit Frauke Petry, co-présidente du parti AfD, dans une interview accordée aux journaux du groupe Funke Medien.

Ce n'est pas un souci quand les habitants sont armés, a-t-elle ajouté.

Frauke Petry a rejeté l'idée de renforcer les lois sur le port d'arme, affirmant que cela n'aurait d'impact que sur "les honnêtes citoyens et non sur ceux qui se procurent des armes via le darknet", du nom d'un réseau informatique nécessitant un logiciel spécial pour y accéder.

Un nombre croissant de personnes en Allemagne détient des licences pour de petites armes à feu, avec environ 402.000 titulaires de permis dans la première moitié de 2016 (+49%), a rapporté le journal allemand Welt am Sonntag en juillet, citant des informations du ministère de l'Intérieur.

Un tel permis peut s'obtenir sans avoir besoin de démontrer de connaissances spécialisées ou une nécessité. Il permet au titulaire de porter des pistolets au gaz et des pistolets de détresse en public.

Toutefois, le nombre de permis pour des armes plus lourdes a chuté dans la première moitié de l'année à 1,894 million de personnes, selon les chiffres du ministère.

Source : 7sur7.be

Des députés belges avaient milité pour la libération d’un djihadiste !

belgique-frite.jpg

Cela ne s’invente pas : en Belgique, berceau du terrorisme moderne, quatre députés, tous de gauche – qui l’eût cru ? -, ont appuyé, à grands coups d’accusations contre l’État belge, la libération d’un… djihadiste.

Les faits remontent à 2010. Oussama Atar est, à l’époque, emprisonné dans une geôle irakienne et souffre, selon sa famille, abondamment relayée par les bonnes âmes, d’un cancer du rein nécessitant une opération urgente. Il en guérira, en réalité, dès son retour dans le plat pays… dont on ignorait tout des vertus guérisseuses.

L’homme possédait déjà alors un fameux pedigree : connu des services de renseignement depuis 2000, l’apprenti djihadiste est spécialisé dans le trafic d’armes à destination de groupes terroristes et ne présente en rien les traits du citoyen pacifiste qui se serait retrouvé, par hasard, dans la prison d’Abou Ghraib.

À l’époque, Zoé Genot – archétype, jusque dans le style vestimentaire et capillaire, de l’écologiste bobo toujours prompte à aider son prochain… s’il est étranger -, Ahmed Mouhssin – archétype du communautariste dont le principal fait d’armes parlementaire est d’avoir déposé une proposition de résolution relative à la lutte contre l’islamophobie -, les… Molenbeekois Jamal Izkaban – archétype du militant pro-palestinien et pro-Hamas, qui écrivit un jour, de sa plume ignorante, que Verdun signifiait… la fin du nazisme -, et Ahmed El Khannouss – archétype du politicien sans talent que l’origine a réussi à faire élire – ont donc appuyé les ONG, dont Amnesty International, pour le faire libérer.

Les partis respectifs des quatre dirigeants politiques impliqués – Ecolo, Parti socialiste et Centre démocrate humaniste – mènent, depuis des années, une politique communautariste faite de clientélisme, d’aveuglement volontaire et de renoncements, afin de profiter de la manne de voix des musulmans au cœur d’une région bruxelloise où il naît plus de Mohammed que de Pierre.

Aussitôt revenu en Belgique, Oussama Atar s’engage dans des groupes terroristes et serait impliqué dans les attentats de Bruxelles qui ont, pour rappel, causé la mort de trente-deux personnes. L’homme actuellement recherché n’est ni plus ni moins que le cousin des frères El Bakraoui, qui se sont fait exploser le 22 mars dans la capitale belge.

Le député libéral, et souvent en rupture avec son parti très timoré, Alain Destexhe a demandé qu’une commission d’enquête sur les attentats diligente une investigation sur les informations dont disposaient Amnesty International et les députés en question.

C’est pourtant au tribunal de l’Histoire que devront paraître les quatre députés. Ils auront été, certes involontairement, complices du terrorisme qui ronge nos sociétés. En temps de guerre, il s’est toujours trouvé des responsables politiques pour pactiser avec l’ennemi.

Gregory Vanden Bruel

Source : Boulevard Voltaire



Hillary Clinton, championne des deux charias

giant_040115_SM_Hillary-Clinton-Benghazi.jpg

Hillary Clinton est aujourd’hui la déléguée commerciale de deux sponsors qui l’ont abondamment financée : les mondialistes et les islamistes. Deux commanditaires, vecteurs de deux charias : celle des droits de l’homme et celle du salafisme. Deux charias pour un pacte transitoire : l’annulation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Fidel Castro disait qu’avant de seriner ad nauseam les droits de l’homme, on ferait mieux de s’occuper des droits de l’humanité. Du concret, en somme… et c’est là que le pacte clintonien devient contradiction. La charia des droits de l’homme, qui fait se retourner dans leur tombe les maçons originels des républiques américaine et française, alors conçues unes et indivisibles, ne fera pas le poids face à celle du salafisme.

Les droits de l’homme, arrogante abstraction, sont en perpétuelle quête de confirmation ; les droits de Dieu sont immanents, intuitivement compris… même si l’on n’y croit pas. La première charia, celle des punaises de sacristie de la raison universelle, est inculquée, abstraite ; la seconde, celle des soldats de Dieu, est consentie, concrète. On meurt facilement pour Dieu, mais pas pour une équerre, un marteau ou une faucille. Les Cristeros mexicains l’ont démontré. Staline, ancien séminariste, aussi, transformant aux forceps le marxisme en « communisme sacerdotal », avant-garde de la grande guerre patriotique.

Les masses musulmanes fournissent aujourd’hui l’ingrédient d’un cocktail explosif entre « l’esprit cristero » et la conduite « sacerdotale » staliniste. Riches ou pauvres, respectueux des lois ou non, ils ne voient pas l’utilité de s’intégrer à une société décadente, corrompue, qui se bat pour des idoles mais pas pour sa survie. Et qui n’a rien à leur offrir au plan psychologique, encore moins spirituel. La question pour eux n’est pas d’être modérés ou non, mais d’être excédés ou pas par la veulerie du pays « hôte ». Passé ce stade, c’est le Bataclan. Trop tard…

Le jour où les amis mondialistes de madame Clinton auront détruit les peuples, la Constantinople occidentale, malgré tous les byzantinismes dont elle sera capable, malgré tout son argent, tombera sous les coups des soldats de Dieu cachés derrière les commanditaires de la fondation Clinton, ceux du Proche-Orient ou d’Asie Mineure.

Quant à Trump, il résiste et joue la carte du respect, celui d’un peuple indivisible : les immigrés, de quelque origine qu’ils soient, ne s’assimilent jamais quand ils méprisent le pays d’accueil, lequel devient fatalement pays de conquête. Trump lance donc les 15 et 16 août son offensive identitaire, prenant le taureau par les cornes sur le terrorisme comme sur la résurgence des désordres raciaux, offrant une main tendue à tous les musulmans ainsi qu’à tous les électeurs afro-américains afin de « refaire » l’Amérique, le politiquement correct en moins. Les machos parlent aux machos… Il semble avoir été entendu : Zuhdi Jasser, responsable de l’American Islamic Forum for Democracy, tout comme Harris Zafar, porte-parole de l’Ahmadiyya Muslim Community, soutiennent la proposition trumpienne de criblage « idéologique » des immigrants ou réfugiés, avec la charia pour note éliminatoire. Les deux groupes, minoritaires, se veulent une force de contre-feu idéologique au djihadisme et à la charia salafiste.

Clinton commence à s’inquiéter pour ses protectorats. À voir la tête des journalistes… elle a raison !

André Archimbaud

Source : Boulevard Voltaire

Un député travailliste veut négocier avec Daech !

smith-2-1200x660.jpg

En 1938, France, Italie et Angleterre négociaient lâchement avec Hitler les accords de Munich, avec les suites que l’on connaît. En 2016, un député socialiste anglais veut « négocier » avec l’État islamique.

Dans l’esprit éclairé d’Owen Smith, qui s’exprimait sur la BBC,

Toutes les solutions à ce genre de crises internationales passent par le dialogue. Pour résoudre ce problème, tous les acteurs doivent être impliqués.

Et, osant comparer, en quelque sorte, cette « négociation » avec le terrorisme islamique à la résolution du conflit en Irlande du Nord, dans laquelle il aurait joué, évidemment, un rôle bénéfique, notre député émet l’idée délirante de se « mettre autour de la table » avec les représentants de l’État islamique !

L’Angleterre accepte le port d’accoutrements islamiques, ordonne la réduction du carillon des cloches des églises, ne trouve rien à redire à l’exercice de près d’une centaine de tribunaux islamiques, et maintenant un élu de gauche envisage de négocier avec Daech ! « Propos hâtifs et irréfléchis », selon l’actuel chef du parti Labour, brigué par le Owen en question : semblable proposition, c’est « ne pas comprendre le défi posé par Daech ».

En effet, est-ce qu’on négocie avec des terroristes ?

Est-ce qu’on négocie avec des terroristes islamistes ?

Est-ce qu’on négocie avec des individus qui lapident les femmes, exécutent pour blasphème, apostasie, espionnage, homosexualité, qui pratiquent l’esclavage et décapitent ?

Est-ce qu’on négocie avec des tueurs sanguinaires qui vendent, noient, crucifient, ou enterrent vivants les enfants non musulmans ?

Est-ce qu’on négocie avec un État qui, dès 1996 – comme le relate le journaliste Andrew Hosken dans Empire de la peur : à l’intérieur de l’État islamique -, a planifié l’invasion de l’Europe entière, du Proche-Orient, de l’Afrique du Nord, de la Chine, la déstabilisation de l’Irak et de la Syrie ou encore l’utilisation d’armes chimiques et biologiques ? Qui, depuis, a perpétré plus de 30.000 attentats partout dans le monde ?

Bref, est-ce qu’on négocie avec un État qui sème la terreur partout où il passe et qui enjoint de « massacrer les infidèles » ? Smith s’imagine vraiment nous faire croire que ces fous d’Allah rêvant de califat se rangeraient, comme ça, bien gentiment, à des desseins plus cléments ? Surtout, des négociations entraînant ipso facto des tractations, quelles contreparties projetterait-il de leur accorder, aux terroristes, pour qu’ils nous laissent tranquilles ? De leur céder le pouvoir contre la promesse « de faire de ce pays un havre de paix si la charia est appliquée », comme le réclamait le porte-parole du Conseil musulman d’Angleterre, en 2008, interviewé par le Daily Telegraph ? Crétin ou dément ou traître corrompu, peut-être tout cela à la fois, ce socialiste gallois ! Et déçu, aussi, l’État islamique n’étant « pour le moment clairement pas intéressé par la question »

Alors, au vu du tollé généré par aussi extravagante idée, le bonhomme tempère. Négocier, oui, mais après que l’État islamique – dont le Code pénal, tout juste rédigé, applique strictement la charia – aura « renoncé à la violence, cessé tout acte de terreur et se sera engagé à un règlement pacifique ». Pire encore que l’état d’esprit munichois : si Mein Kampf n’avait jamais eu de précédent, le Coran et son application, si. En 1938, hier, en 2016, aujourd’hui, il se trouve toujours, chez les politiques, des socialistes pour pactiser avec le diable.

Caroline Artus

Source : Boulevard Voltaire



Rixe de Sisco : une vision trop « ethnicisée » de l’affaire, selon SOS Racisme !

sos-racisme-main-touche-pas-a-mon.jpg

À l’heure du bilan, il y a une association qu’il ne faudra pas oublier de démanteler : vous l’avez deviné, SOS Racisme fait encore des siennes après la rixe de Sisco. Les médias ont parlé de « communauté corse » en Corse (heureusement, ils n’ont pas parlé de minorité corse), ce n’est pas pour autant que SOS Racisme est venu prendre leur défense. C’est même, d’ailleurs, plutôt le contraire : SOS Racisme blâme les autorités corses ainsi que le traitement médiatique de l’affaire. En bref, l’association continue de nous jouer du pipeau !

L’association dénonce tout particulièrement une « vision très ethnicisée » de la rixe de Sisco : les faits sont capricieux et, quand des Maghrébins agressent des Corses, l’analyse en devient nécessairement ethnique. À ce propos, Mesdames et Messieurs de SOS Racisme, que pensez-vous du meurtre d’Aubervilliers, pourtant un crime raciste d’une communauté envers une autre ? On ne vous entend pas prendre la défense des travailleurs chinois… Et pourtant, eux auraient besoin d’une association pour les défendre des criminels que vous protégez à tout instant, invoquant la pauvreté, l’exclusion et le racisme de la société pour seule excuse (chose que la communauté chinoise ne connaît absolument pas, comme chacun le sait) !

SOS Racisme est une association faite par et pour les communautés noire et maghrébine. SOS Racisme était, à ses débuts, composé de quelques jeunes qui tentaient de pénétrer dans des boîtes de nuit dans le but d’être refoulés pour ensuite attaquer en justice ladite boîte de nuit au motif du racisme, si bien que la situation d’aujourd’hui est cocasse. SOS Racisme nous demande de ne pas « ethniciser » le débat alors que ça fait 30 ans qu’ils le font pour protéger les communautés noire et arabe et culpabiliser les « sales babtous ». Et quand ils tombent sur un os, de type corse aujourd’hui, ils viennent pleurer sur le maire de Sisco qui a pris un arrêté anti-burkini…

SOS Racisme s’est aussi offusqué de la réaction des nationalistes corses qui ont pris le parti des deux Corses placés en garde à vue avec les trois agresseurs maghrébins. Bienvenue : dans l’île de Beauté, la Corse est aux Corses et ils sont chez eux !

À l’heure du bilan, il existe une association qu’il ne faudra vraiment pas oublier de démanteler : SOS Racisme est typiquement l’association qui gangrène la France et qui empêche les Français de bouger par son discours culpabilisant et en répétant sans cesse l’absence de responsabilité de l’islam dans les boucheries modernes. Et pourtant, en paraphrasant la pensée du général de Gaulle, si les problèmes viennent d’une seule communauté, ce n’est pas la majorité qui est raciste mais bien la minorité qui ne s’intègre pas. Et tous les défenseurs de cette minorité, lui cherchant des excuses et participant à son communautarisme, devront, eux aussi, être punis pour avoir fait croire au peuple français que c’était lui le foutu méchant de cette mauvaise fable !

Henri d'Aramis

Source : Boulevard Voltaire



Les Français sont-ils si lâches ?

poule1-1550x660.jpg

Dans le camp « patriote », après chaque attentat, nous pouvons lire une avalanche de critiques sur la lâcheté française : notre peuple se laisserait massacrer, consciemment, et sans réagir. Pourtant, il ne faut pas penser que la majorité désire la paix à tout prix. Nombreux sont ceux qui seraient joyeux de prendre les armes et d’entrer en guerre. Mais pas une guerre sur deux fronts, à la fois contre les islamo-racailles et contre l’État français.

Il est facile de condamner la passivité des Français d’aujourd’hui, qui feraient piètre figure face au courage des hoplites grecs, des légionnaires romains et des poilus. C’est oublier qu’ils étaient tous appuyés, commandés, par leurs dirigeants politiques. Ils n’étaient pas pris en étau entre l’ennemi étranger et leurs propres institutions. Certes, c’était la situation des résistants durant la Deuxième Guerre mondiale, à ceci près qu’il n’ont jamais été éduqués par une idéologie transformant l’envahisseur allemand en une chance pour la patrie.

Car des Français, on exige l’impossible. On demande à des individus ayant grandi dans une société dévirilisée et pacifiste de montrer davantage de ferveur que leurs ancêtres, forgés dans le monde de la guerre. Si le courage est l’aptitude à surmonter sa peur, le Français qui osera brandir le glaive en aura bien davantage que le soldat s’élançant à l’assaut des tranchées allemandes. Le premier doit réapprendre la guerre, étant à lui-même son propre général, et de surcroît criminel au regard de l’État ; le second n’est qu’un pion au milieu d’une marée humaine, encadré par une discipline de fer. Ce ne sont pas les Français que nous devons juger, mais le monde qu’ils habitent.

Les seuls individus susceptibles de passer à l’acte seront des marginaux, qui n’ont que peu à perdre, des dépressifs aux tendances suicidaires, mais choisissant de quitter ce monde en entrant dans l’Histoire. Des déséquilibrés qui, pour une fois, joueront en notre faveur.

Leurs représailles pourraient hâter la guerre civile, ce qui serait heureux car, au regard des évolutions démographiques, le temps joue contre nous. Mais la priorité reste la reconquête des commandes de l’État, afin qu’à nouveau il serve le vrai peuple, plutôt que de le combattre. Nous ne saurions nous satisfaire d’un scénario où l’État arbitrerait un affrontement entre Français. De la même façon que l’État islamique préfère s’en prendre à l’ennemi proche (les régimes militaires mécréants) plutôt qu’à l’ennemi lointain (les attentats sur sol européen sont pensés comme des ripostes aux bombardements aériens en Irak et en Syrie), les Français doivent évincer l’ennemi proche : les collabos qui, depuis trop longtemps, nous gouvernent.

C’est la première bataille, et la plus difficile : celle pour la reconquête de l’Élysée. La seconde bataille – la reconquête territoriale – sera, elle, une promenade de santé.

Romain d’Aspremont
 

Farouk Ben Abbes indemnisé par la justice : dame République est bien généreuse

Farouk Ben Abbes est un islamiste notoire, connu des services de renseignement depuis l’année 2009, date de son signalement par leurs homologues égyptiens qui avaient alors indiqué que l’homme projetait un attentat contre… le Bataclan. Cette année-là, une école française avait été la cible d’une attaque. Une jeune femme, arrêtée puis envoyée en France par la police égyptienne, avait révélé qu’un proche, Farouk Ben Abbes, voulait « se faire exploser » dans la salle de concert car le patron était « un juif [finançant] l’armée israélienne » (aucune mesure particulière de protection n’avait été mise en place avant le drame de novembre 2015). Peu de temps après, l’islamo-racaille était appréhendée à son retour de Gaza.

justice-1550x660.jpg

Ami des frères Clain (les voix françaises des vidéos de l’État islamique), l’islamiste belge réside actuellement au cœur d’une zone de non-France à Toulouse : Le Mirail. Placé en détention provisoire le 20 juillet 2010 dans le cadre d’une information judiciaire, Farouk Ben Abbes a été emprisonné jusqu’au 9 décembre 2011 pour cette affaire, purgeant un mois supplémentaire en prison dans le cadre d’un autre dossier. Bref, il s’agit d’un habitué des prétoires. Un non-lieu fut prononcé en septembre 2012, faute de preuves…

Peu au fait de l’honneur, l’islamiste réclama immédiatement une indemnisation au titre du préjudice subi, comme le droit français le lui permettait. Au terme de la procédure judiciaire, la Cour de cassation finit par concéder à monsieur Ben Abbes une indemnisation pour le préjudice moral, s’élevant à la somme de 6.000 euros. Inexplicablement, l’État a versé 21.950 euros à ce voyou en 2016, soit le montant initialement prévu par la cour d’appel (majoré des intérêts de retard), qui avait pourtant été largement revu à la baisse devant la juridiction la plus élevée de notre ordre judiciaire !

Comme le rappelle Philippe Bilger dans les colonnes du Figaro, c’est par pure démagogie que l’État a facilité l’indemnisation en réparation d’une détention suivie par un non-lieu, une relaxe ou un acquittement à partir de l’année 1996. Auparavant, il fallait démontrer l’existence d’un préjudice « anormal et d’une particulière gravité », ce qui n’est manifestement pas le cas dans l’affaire Farouk Ben Abbes.

Ces gens interrogent l’État de droit, dont les contours sont flous et mal définis, et auquel certains auteurs, comme Carré de Malberg, préféraient l’État légal. D’ailleurs, et sans rapport avec le droit positif, une question un peu provocatrice mérite aujourd’hui d’être posée : puisque les islamistes ne reconnaissent pas les lois des hommes, celles de la République française, faut-il leur accorder des droits ? Pour contradictoire avec nos principes que soit cette interrogation, elle fait sens.

Nous devons bâtir un arsenal juridique qui nous mette en mesure d’éviter ces situations déplorables, ubuesques et choquantes. Les terroristes et leurs soutiens ne doivent plus bénéficier de l’État de droit qu’ils espèrent ardemment abattre pour instaurer la charia. En premier lieu, il convient d’appliquer à la lettre le droit en vigueur. Dans un second temps, il ne faut pas se priver d’un droit d’exception à même de répondre à une situation exceptionnelle : la guerre.

Gabriel Robin

Source : Boulevard Voltaire



L’islam en France 3 La vraie question est celle de l’immigration.

immigration2-1024x456.jpg

La véritable question, c’est que la présence dans un pays de migrants porteurs d’une autre religion et d’une autre culture est un fait qui doit être observé de près et contrôlé. Les discours politiques et religieux qui n’en voient pas le danger sont irresponsables. L’immigration est un phénomène considérable. Il a un aspect quantitatif qui est lié à son importance démographique. Il a un aspect qualitatif dont va dépendre l’identité même du pays d’accueil. Certaines nations sont en quasi totalité constituées d’immigrants. Lorsqu’une large majorité de ceux-ci appartient à la même culture, la mentalité nationale, le patriotisme ne subissent pas d’obstacle insurmontable. Les communautés anglaise, irlandaise, italienne, chinoise, et d’autres encore, aux Etats-Unis ont leur particularité, leurs fêtes, leurs quartiers. Les vagues d’immigrants ont fait se succéder des confessions différentes mais majoritairement chrétiennes. Des frictions se sont produites. La criminalité a prospéré sur les solidarités des minorités. Des problèmes persistent : celui des noirs qui forment un groupe par défaut, non pas fondé sur une origine culturelle commune, mais sur le statut historique de l’esclavage ; celui des hispaniques dont le nombre modifie l’identité culturelle « wasp » et dont la situation comporte une légère similitude avec celle des anciens colonisés immigrés en Europe. Mais, l’immense majorité de la population est chrétienne. La minorité juive joue un rôle important et positif dans la vie et la politique du pays. La prudente ségrégation imposée durant la guerre aux Japonais est oubliée. Les immigrés qui ont choisi l’Amérique, le Canada ou l’Australie en retirent pour beaucoup une certaine fierté, celle d’être devenus les citoyens de pays riches, respectés dans le monde et qui offrent à leurs capacités des chances de s’épanouir assez librement. Plusieurs attentats commis par des musulmans, étrangers le 11 Septembre 2001, américains depuis, comme à Fort Hood, Boston, San Bernardino et Orlando soulignent toutefois la difficulté particulière posée par l’islam et les immigrés qui s’en réclament. Les musulmans ne représentent cependant que 1% de la population américaine et beaucoup sont des Afro-Américains convertis, non des migrants. Donald Trump a été jusqu’à envisager l’interdiction de toute immigration musulmane en raison de cette dangerosité spécifique. Ni les Allemands, ni les Italiens n’ont choisi leur nation d’origine contre leur nation d’accueil durant la seconde guerre mondiale. Des membres de « l’oumma » islamique choisissent manifestement son camp contre les Etats-Unis qui d’après eux lui font la guerre.

On voit immédiatement qu’un pays qui n’est pas essentiellement issu de l’immigration mais qui comprend une proportion importante d’habitants qui sont d’origine musulmane court un risque infiniment plus grave dont les dirigeants européens semblent inconscients. Le péril est d’autant plus aigu pour un Etat que ses frontières sont des passoires, que la présence et l’accès à la nationalité des immigrés sont facilités, et que l’histoire coloniale suscite avec eux des sentiments mélangés. La France est donc particulièrement exposée. Depuis la fin de la dernière guerre mondiale, l’Europe a connu une évolution considérable à des vitesses différentes suivant la situation politique des Etats. Le nationalisme a été rejeté. Un individualisme hédoniste et narcissique a envahi l’idéologie dominante d’une société de consommation doublée d’une montée de l’Etat-Providence. La course aux droits a supplanté le parcours des devoirs. Le recul de la famille à travers la progression des divorces et la diminution des mariages a traduit ce phénomène dans la structure de la société. L’ensemble a conduit à un hiver démographique freiné ici et là par des politiques familiales dynamiques, comme dans notre pays. Mais les exigences légitimes de niveau de vie se sont conjuguées avec les revendications d’égalité entre les sexes pour faire croître le travail féminin. Le déficit ou la stagnation démographiques qui entraînent un vieillissement de la population et un déséquilibre catastrophique à terme, notamment pour assurer les revenus et les soins des plus âgés, ont amené à trouver dans l’immigration la sortie de l’impasse. L’arrivée des migrants sur le marché du travail permettait à la fois de rééquilibrer la pyramide des âges, d’occuper des emplois délaissés par les autochtones et d’exercer une pression sur le coût du travail. C’est pourquoi les bons sentiments et les intérêts se sont mêlés pour appeler les Européens à accepter le regroupement familial des étrangers, l’accueil des réfugiés, la régularisation des clandestins en plus de l’immigration régulière fondée sur le travail devenue très minoritaire. Les Français avaient intégré les Italiens, les Polonais, les Espagnols et les Portugais. Il en irait de même pour les populations maghrébine et subsaharienne. Une véritable machine à fabriquer des Français s’est mise à tourner, avec efficacité puisque la France parvenait à peu près à renouveler sa population quand des pays comme l’Allemagne se voyaient disparaître à terme. C’est ce qui explique la frénésie de Mme Merkel pour ouvrir généreusement les portes de la Germanie aux « réfugiés ». Sans eux, ce sera la retraite à 70 ans !

La France a en fait entamé le processus depuis plus longtemps et de façon plus subtile. Le droit du sol permet à ceux qui naissent sur le territoire national d’être français à terme, même à Mayotte ou en Guyane, et immédiatement si leurs parents sont nés en Algérie avant 1962. Le droit du sang permettait aux Allemands de la Volga de regagner leur ancienne « patrie », mais ne facilitait pas l’acquisition de la nationalité par les Turcs. Le droit du sol l’a donc emporté sous le masque de la générosité juridique. Il n’est que l’ersatz de la démographie. L’Allemagne s’est engouffrée avec son excès habituel sur le chemin emprunté depuis longtemps par la France. La gauche française pas mécontente de voir arriver de futurs électeurs endort l’opinion publique en lui serinant que le nombre des étrangers reste stable. Juridiquement, oui, mais politiquement, non. Les acquisitions de nationalité automatiques ou par naturalisation compensent l’arrivée des nouveaux étrangers et augmente évidemment le nombre des double-nationaux. Le nombre d’enfants des familles issues de l’immigration africaine étant plus important, la proportion de la population musulmane croît sensiblement. Derrière cette évolution quantitative masquée, comme l’a montré Michelle Triballat, un changement qualitatif profond se produit avec la présence massive d’habitants de notre pays qui ne partagent pas notre culture. Or l’intégration des immigrés dépend évidemment de leur proximité culturelle. Hugues Lagrange avait souligné ce phénomène. Jean Paul Gourévitch estimait au 1er Janvier 2015 qu’il y avait entre 6 et 9 millions de personnes en France qui étaient d’origine musulmane dont entre 2,5 et 4 millions pratiquaient plus ou moins. Impossible d’être plus précis et de quantifier les islamistes radicalisés potentiels. Notre République qui a horreur des chiffres déplaisants a cassé le thermomètre sous prétexte de vie privée et de laïcité. Il est évident que cet aveuglement technique et idéologique nos prépare des problèmes communautaires dont le terrorisme sera le plus douloureux, mais non le seul.

Christian Vanneste

Source : Le blog de Christian Vanneste

samedi, 20 août 2016

La Slovaquie interdira les patrouilles d'extrême droite anti-Roms dans les trains

Le gouvernement slovaque interdira les patrouilles anti-Roms dans les trains, lancées par un parti d’extrême droite entré au Parlement à la faveur des élections législatives en mars, a annoncé vendredi le ministère slovaque de la Justice.

20160819162902_000_GI57EQPCT.1-0.jpg

Les membres du Parti Populaire Notre Slovaquie-Kotleba (LSNS, opposition) ont commencé à patrouiller dans les transports ferroviaires slovaques en avril, après qu’un garçon de 16 ans eut agressé une jeune femme de 21 ans pour lui voler son portefeuille dans un train. Le président de ce parti et député Marian Kotleba, considéré par ses opposants comme un néonazi, avait alors traité l’agresseur d’«extrémiste tsigane».

Le gouvernement de coalition du Premier ministre de gauche Robert Fico a préparé un amendement à la loi sur les Chemins de fer, qui interdit dans les rames «toute sorte de protection ou de surveillance autre que celle de la police», a indiqué à l’AFP le porte-parole de ministère de la Justice, Peter Bubla.

400 000 Roms dans le pays

«L’objectif est d’éliminer la situation injustifiée où des patrouilles paramilitaires errent dans les rames publiques», a précisé à l’AFP Abel Ravasz, chargé au sein du gouvernement des affaires relatives à la minorité Rom, estimée à 400.000 dans ce pays de 5,4 millions d’habitants.

«Ces patrouilles sont controversées, principalement parce qu’elles visent à intimider une minorité, les Roms», a-t-il souligné. Un député de LSNS, Milan Uhrik, s’est élevé contre l’interdiction proposée de ces patrouilles, en déclarant sur son profil Facebook qu’on «ne discute pas avec les ivrognes et les extrémistes tsiganes antisociaux».

Le projet d’amendement devrait être approuvé sans difficultés par le Parlement où la coalition de Robert Fico dispose de 81 sièges sur 150. LSNS y détient 14 sièges.

Source : sudinfo.be

Burqa: Merkel cède aux revendications de sa base

Face à l’émergence de l’extrême droite, les conservateurs allemands tombent à leur tour dans le piège du débat sur le voile.

topelement.jpg

Il n’existe aucun chiffre officiel sur le voile intégral en Allemagne. Même à Berlin, ville très cosmopolite, il est extrêmement rare d’en voir. Il y en a sur les avenues commerçantes du quartier chic de Charlottenburg, mais il est porté par des touristes saoudiennes. Quant à la burqa, qui cache aussi les yeux, personne n’en a jamais vu. A l’approche d’une année électorale importante, qui s’achèvera dans un an avec les législatives, la proposition des ministres conservateurs des Länder présentée ce vendredi à Berlin sonne donc comme une mesure électoraliste. Elle ne reste d’ailleurs qu’une «proposition» du camp conservateur, ont précisé les trois ministres présents.

Ce n’est pas un hasard si ce sont deux ministres de l’Intérieur actuellement en campagne électorale dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et à Berlin qui ont présenté ce document hier avec Thomas de Maizière, le ministre fédéral de l’Intérieur (les élections ont lieu le 4 et le 18 septembre). Ils veulent bannir la burqa des écoles, des administrations, des tribunaux et au volant des voitures. «Le voile intégral ne correspond pas aux valeurs de notre pays ouvert sur le monde», a résumé Thomas de Maizière.

Le ministre a répété que cette interdiction partielle était un problème d’intégration. «Le voile intégral n’a rien à voir avec la sécurité», a-t-il répété alors que le document propose parallèlement une série de mesures concernant 15 000 policiers supplémentaires et plus de surveillance vidéo.

Les propositions sont donc interprétées par les experts comme une réaction à l’émergence de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), le parti d’extrême droite désormais ancré dans le paysage politique. «Les conservateurs veulent se réapproprier le thème de la sécurité», analyse Volker Kronenberg, politologue à l’Université de Bonn.

Le ministre a fait une autre concession à ses amis en campagne électorale en acceptant le principe d’une déchéance de nationalité pour les djihadistes avec un double passeport. «Quelqu’un qui se bat contre l’Allemagne ne peut pas être Allemand», a-t-il résumé.

Même certains ténors du Parti chrétien-démocrate (CDU) s’inquiètent de cette dérive populiste. «La situation en matière de sécurité est suffisamment préoccupante pour qu’on arrête de se focaliser sur des mesures symboliques. On va finir par faire croire aux gens que la double nationalité est le signe d’un manque de loyauté envers l’Allemagne. Ce genre de débat surréaliste ne peut que profiter à l’AfD», prévient Armin Laschet, vice-président de la CDU, qui demande qu’on cesse ce débat sur la burqa et la déchéance de nationalité.

L’AfD est déjà présente dans la moitié des parlements régionaux. Ouvertement islamophobe, elle est en mesure d’entrer au Bundestag en automne 2017, créditée de 10% des voix, et de devenir la troisième force politique en Allemagne.

«Les conservateurs nous offrent un spectacle estival navrant», ajoute Irene Mhalic, porte-parole du groupe parlementaire écologiste de l’Assemblée fédérale (Bundestag). «Nous n’avons pas besoin de propositions racoleuses pour notre sécurité. Après la tuerie de Munich, les conservateurs devraient nous faire plutôt avancer sur la législation des ventes d’armes sur Internet», ajoute-t-elle.

Christophe Bourdoiseau

Source : Tdg.ch

Mahométans, soyez « discrets » : chaque chose en son temps !

islam.jpg

Dans un entretien accordé au quotidien La Provence publié ce mercredi, et tout comme Jean-Pierre Chevènement quelques jours avant lui, Manuel Valls recommande aux conquérants de se faire plus discrets. S’agit-il d’une coïncidence ou aurait-il compris, lui aussi, tout benêt qu’il est, que la discrétion est la condition d’une substitution ethnique réussie, que, comme l’auteur du Lion et le Rat le dirait, « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » ?

En effet, et sauf l’infini respect dû à l’infinie douleur des proches et aux victimes, que font les petits excités à la kalachnikov ou au « burkini », sinon attirer l’attention, de manière intempestive, irréfléchie, totalement irresponsable et totalement contre-productive, sur le processus en cours, tourner les regards vers les ténèbres qui montent à l’horizon, alerter ceux qui ne le sont pas encore, les tirer de leur funeste torpeur ? Le tapage que font les petits excités à la kalachnikov ou au burkini n’a-t-il pas fini par réveiller certains parmi les plus endormis ? Avec leur inconséquente frénésie, leur irrépressible autant que déplorable envie de précipiter les choses, ce besoin imbécile et forcené d’aller plus vite que la musique, les Mehri, les frères Kouacha, les Koulimachin et cætera, ne sont-ils pas les plus efficaces adversaires de leur cause, cette cause qu’ils prétendent défendre et, par défaut, les plus fiables alliés, sinon les seuls, de ceux qu’ils haïssent et prétendent anéantir ?

Comment, d’un côté, espérer surprendre, pour les détruire, une langue, une culture, des traditions et tous ceux qui se sont endormis dessus comme sur des lauriers, comment, surtout, anéantir une race et des gènes rivaux si, d’un autre côté, de sombres abrutis au QI d’animateur télé se mêlent de les réveiller en sursaut par le fracas de leur impatience, éclaboussant de sang leurs rêves les plus doux ?

Notre dénatalité contre leur fécondité, notre pilule et notre avortement contre le « ventre de leurs femmes », leur opportunisme contre nos renoncements, leur ahurissante cruauté contre notre ahurissante naïveté, leur soif de conquête contre notre lâcheté : faut-il que nos petites crapules encapuchonnées soient stupides, faut-il qu’ils soient confits, pourris, de jeux vidéo, de collège unique, de publicité, de jeu de ballon et de télé-réalité, nos Merhi, nos Kouacha et nos Koulimachin, leurs quelques neurones restant micro-ondés par les ondes radio et télé, pour ne pas comprendre qu’ils ont gagné, depuis longtemps gagné, et que s’ils ont gagné, ces sombres abrutis, nos involontaires alliés, si les mahométans ont gagné, ce ne sera vraiment pas grâce à eux, les Merhi, les Kouacha et les Koulimachin en burkini, mais bien grâce à ceux qui ont su, qui savent et qui sauront, le temps qu’il faudra, « accepter la discrétion » !

Maxime Sentence

Source : Boulevard Voltaire

Cachez ce burkini que je ne saurais voir !

unnamed-1.jpg

La confusion entre religion et culture conduit à une inversion surprenante entre la tolérance théoriquement impliquée par la laïcité et l’obligation stricte revendiquée par la religion. Depuis quelques jours, le maillot de bain intégral qui correspond à la pudeur féminine exigée par les textes et la tradition islamiques, le « burkini », fait l’objet d’arrêtés d’interdiction sur les plages de plusieurs stations balnéaires. C’est donc la laïcité qui contraint et la religion qui proclame le droit de s’habiller comme on le veut.

La France détient le secret de ces débats vestimentaires qui cachent son incapacité d’affronter le véritable problème, qui est celui de l’immigration. Il y a eu, dans les années 90, la question du voile à l’école. La « burka », en fait le « niqab », fut l’étape suivante de cette guerre du vêtement. Le troisième acte de la comédie est donc le « burkini ».

Entre la satisfaction un peu primaire de dire bien fort « On est chez nous » et le ridicule d’une situation qui fait rire une bonne partie de la planète, l’opinion tangue. Est-il normal que, dans un pays libéral, on puisse empêcher les gens de se vêtir comme ils le désirent ? Il est grotesque de parler, ici, des valeurs de la France comme le fait Manuel Valls. L’impudeur serait-elle une valeur, dès lors que les seins nus deviennent plus admissibles que le burkini ? Il est trop facile, à une musulmane, de répondre qu’elle ne souhaite pas s’offrir aux regards comme une marchandise et que tel est son choix.

En fait, de façon implicite, la réaction de rejet répond à une intention de provocation parfaitement identifiée, même si elle se camoufle en exigence pudique. La tenue ample et sombre d’un seul tenant, des pieds à la tête, ne cache pas, elle provoque, et agace à juste titre. Le paradoxe de l’interdiction vient de la très grande liberté qu’il y a de se déshabiller, qui légitime mal qu’on empêche de se couvrir. Le monokini, les seins nus, le nudisme marginal pratiqué ici et là parce que la police a autre chose à faire que de défendre la pudeur offensée, fournissent aux musulmans un argument de poids : « Ces corps dénudés nous choquent, mais nous sommes bien obligés de les tolérer. Pourquoi voudriez-vous stigmatiser notre correction vestimentaire ? » On se rend compte à quel point nous sommes loin de la religion, car la plupart des chrétiens souhaitent également une certaine rigueur du vêtement. Alors, comme le Premier ministre, on se réfugie dans les plis de la République laïque : le voile exhibe l’inégalité des sexes et la servitude féminine.

Chacun sait que cet argument est de mauvaise foi. Cette tenue est, en fait, insupportable parce qu’elle nous jette à la figure la présence, chez nous, de gens qui n’aiment pas notre façon de vivre et affichent de manière ostentatoire leur différence, voire leur hostilité. Le costume n’est pas qu’une coutume, mais un message. Il dit qui vous êtes, et en l’occurrence se fait signal, un signal d’affrontement délibéré. C’est là toute la question que l’on n’ose pas nommer, parce qu’elle remet en cause la litanie du « vivre ensemble » et qu’elle dévoile la guerre en gestation entre les « communautés ».

Christian Vanneste

Source : Boulevard Voltaire